51. Jahrgang Nr. 3 / Mai 2021
Datenschutzerklärung | Zum Archiv | Suche




Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2004
Eberhard Heller: Besuch aus Mexiko


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2005
Nachruf auf P. Adler/Nachrichten


Ausgabe Nr. 9 Monat November 2004
Vier neue mexikanische Priester


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2004
L’ERREUR FONDAMENTALE DE VATICAN II


Ausgabe Nr. 4 Monat April 2003
Surrexit Christus, spes mea


Ausgabe Nr. 4 Monat April 2003
La silla apostólica ocupada


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
L’Eglise Catholique-Romaine de la diaspora


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
A propos de la situation actuelle de l’Eglise (fr.)


Ausgabe Nr. 11 Monat December 2003
The Apostolic See Occupied


Ausgabe Nr. 1 Monat März 2002
Christus ist auferstanden und dem Simon erschienen


Ausgabe Nr. 2 Monat Mars 2002
Le Seigneur est ressuscité et il est apparu à Simon (fr/eng/spa)


Ausgabe Nr. 5 Monat September 2002
Der Apostolische Stuhl


Ausgabe Nr. 6 Monat November 2002
Offener Brief an H.H. Prof. Dr. August Groß und Abbé Seraphim


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
Mèditation pour le temps de noël


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
Le Siège apostolique < occupé >


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
La consécration épiscopale du P. Guérard des Lauriers


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
La sede apostolica


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
Ha permitido Roma el viejo rito misal


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
A la recherche de l'unité perdue


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
COMMUNICATION DE LA REDACTION (fr./engl/espa/ital)


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2001
Christus erstand, Er, mein Hoffen


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2001
Den Wiederaufbau im Visier


Ausgabe Nr. 8 Monat Januar 2002
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2000
Über die Geheimnisse des Lebens Jesu Christi


Ausgabe Nr. 7 Monat März 2001
Hat Rom allen Priestern den erlaubt?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1999
Vom katholischen Priestertum heute


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1999
Erscheint die Muttergottes wirklich in Marpingen?


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 2000
In memoriam H.H. Pfr. i.R. Werner Graus


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1998
ERWIDERUNG AUF DIE STELLUNGNAHME VON DR. E. HELLER


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1998
Nachtrag zum Briefwechsel mit Pfr. Paul Schoonbroodt


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1998
Siebels Oratoriumswasser


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1998
Er kam in sein Eigentum


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1998
Gott, von dem ich nicht einmal weiß, ob er überhaupt existiert


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1998
Anfrage an H.H. Abbé Paul Schoonbroodt


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1993
ZUM PROBLEM DER INTENTIONALITÄT BEI DER SPENDUNG DER SAKRAMENTE


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1995
IN MEMORIAM...


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1994
In memoriam


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1988
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 8 Monat März 1989
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2006
Zum Tode von Schw. Emilia Vaiciulis


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1984
FRONTWECHSEL


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1981
15 JAHRE NACH DEM II. VATIKANISCHEN KONZIL


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1981
JUDE UND CHRIST


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1981
PREDIGT ZUM EVANGELIUM VOM 7. SONNTAG NACH PFINGSTEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
DAS HEILIGE LEICHENTUCH BEWEIS FÜR CHRISTI TOD UND AUFERSTEHUNG


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
IN MEMORIAM


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
QU'EST-CE À DIRE: LA NOUVELLE MESSE PEUT TRE VALIDE ?


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1980
DAS HEILIGE LEICHENTUCH BEWEIS FÜR CHRISTI TOD UND AUFERSTEHUNG


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1980
CHRISTUS NOVUM INSTITUIT PASCHA...


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1980
REPONSE DE HR L'ABBE HANS MILCH AUX QUESTIONS


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1980
CHRISTUS IST UNS GEBOREN, KOMMT LASSET UNS ANBETEN


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1980
DAS HEILIGE LEICHENTUCH BEWEIS FÜR CHRISTI TOD UND AUFERSTEHUNG


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1981
DAS HEILIGE LEICHENTUCH BEWEIS FÜR CHRISTI TOD UND AUFERSTEHUNG


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1977
DER WIDERSTAND FORMIERT SICH


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1976
DAS WEITERE GESCHEHEN UM ECONE


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
Wo zwei oder drei in Meinem Namen versammelt sind


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2008
Ich leide keinen Mangel


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2008
Gegendarstellung


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2009
Die Holocaust-Latte liegt zu hoch!


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
The Holocaust Bar is too High


Ausgabe Nr. 13 Monat Diciembre 2009
L’EGLISE CATHOLIQUE-ROMAINE DE LA DIASPORA


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2010
GESCHICHTE AUS DJAKARTA!


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
LOS BIENAVENTURADOS … ESTAN JUBILADOS


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2011
Mitteilungen der Redaktion - wichtige Hinweise


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2012
In memoriam H.H. Pfr. Paul Schoonbroodt


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2012
Mitteilungen der Redaktion, Hinweise


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2019
In memoriam Frau Irmgard Staude


QU'EST-CE À DIRE: LA NOUVELLE MESSE PEUT TRE VALIDE ?
 
QU'EST-CE À DIRE: 'LA NOUVELLE MESSE PEUT  ETRE VALIDE' ?

par
le Dr. Reinhard Lauth, prof. d'université
trad. par l'abbé Paul Schoonbroodt, curé


La nouvelle messe peut être valide dans certaines circonstances: voilà le grand argument sur lequel Mgr. Lefebvre cherche à appuyer sa position ambigue. Examinons ce que cette proposition affirme en réalité.

Pour qu'une messe soit valide il y faut un prêtre validement ordonné, la matière du sacrifice seule permise, à savoir du pain et du vin, l'intention correcte chez le prêtre qui célèbre la messe et en plus la forme correcte da la Ste. Messe. Il n'y a pas de discussion sur la nécessité que seul un prêtre ordonné peut célébrer le Saint Sacrifice, ni non plus sur la nécessité d'avoir du pain et du vin qui seuls peuvent être la matière en vue de la transsubstantiation. Toute la discussion potte donc sur l'intention et la forme de la Sainte Messe.

La proposition "le N.O.M. peut être valide" pourrait signifier que le Saint Sacrifice s'accomplit uniquement si le prêtre a la bonne intention. Or, à considérer les choses de plus près, la proposition "le N.O.M. peut être valide" ne peut pas avoir cette signification-là dans la pensée de Mgr. Lefebvre. Car la condition de la bonne intention vaut tout autant pour la Messe dite de St. Pie V. Si c'est l'intention seule qui est le facteur dont la validité de la messe dépend, la proposition en question signifierait: cette intention étant sauve, le N.O.M. peut être valide sans plus dans sa forme actuelle (ou plus exactement dans ses formes actuelles), célébré tel qu'il a été prescrit par ses auteurs et par Paul VI qui a promulgué le texte et les directives correspondantes.

Or, d'après les autres déclarations de Mgr. Lefebvre au sujet du N.O.M. il ne semblerait pas que c'est cela qu'il a voulu dire; s'il l'a voulu dire, il serait simplement un rebelle schismatique puisqu'il refuse de se servir de ce nouvel ordre de la messe.

Quant à savoir si le N.O.M. peut être valide quand il est célébré, cela doit dépendre de quelque chose d'autre que de l'intention correcte du célébrant. Voyons donc ce que cela pourrait être.

Ce sont tout d'abord les paroles consécratoireg con falsifiées. Puisque l'Eglise retient comme un fait dogmatique que seules les paroles de l'institution dont s'est servi le Seigneur peuvent opérer la transsubstantiation, les "Messes" dans lesquelles ces paroles ne sont pas employées sont automatiquement exclues du domaine des messes valides.

Mais prenons le cas qu'à la consécration du vin, c'est l'expression pro mnltis (ou les paroles correspondantes en langue vernaculaire) qui est employée. Le N.O.M. dans ce cas est-il valide?

Le passage du texte o˘ les paroles de la consécration du N.O.M. se trouvent, réfère ces paroles comme relatant un fait historique. Si celui qui célèbre d'après le nouvel ordo récite des paroles telles qu'elles sont mentionnées dans le N.O.M., à savoir comme récit d'institution, il rapporte donc un fait historique qui s'est passé il y a environ 2ooo ans. Pareil récit n'opérera pas présentement le changement des substances au corps et au gang de Notre-Seigneur. Le célébrant devrait donc au moins - à ce qu'il semblerait - vouloir spécifier chaque fois l'intention en disant: en prononçant les paroles telles qu'elles se trouvent dans le N.O.M. elles ne doivent pas être un compterendu historique, mais elles doivent opérer présentement la transsubstantiation. Mais - même cela serait sans valeur! Car, si le prêtre dit la messe, son intention doit être de faire ce que l'Eglise veut faire quand elle lui fait prononcer ces paroles.

Or, d'une part la définition de l'essence de la messe d'après le fameux article VII de la constitution du N.O.M. (première et originale version, retirée plus tard) et d'autre part la comprehension spontanée et naturelle de ce passage de la conséctation dans le texte du N.O.M. démontrent clairement qu'au moment de la promulgation l'église du renouveau avait comme intention, ou bien de remplacer les paroles efficases de la consécration par un récit purement historique ou bien de promulguer quelque chose d' ambigu qui se trouve a egale distance d'un récit historique et d'una transsubstantiation efficace, accomplie au moment même. Mgr. Lefebvre lui-même a déclaré que la nouvelle "Messe" est ambigue. Il faut ajouter que ce sont ses auteurs qui l'ont voulue ambigue. Si donc le célébrant accomplit ce qui d'après leur idee doit s'accomplir pendant le N.O.M., il pose alors une action délibérément équivoque et qui justement pour cette raison n'opère rien d'efficace.

Ne pourrait-t-on pas envisager la possibilité pour le célébrant de valider la messe en séparant des paroles consécratoires par une opération mentale tous les éléments qui en font un simple récit? Il faut remarquer que quand on agit de cette manière, ce ne serait plus le N.O.M. qui serait célébré! Par le seul fait de convenir que la Consécration ne peut se réaliser que par cet acte de distinction l'on concède simultanément que le N.O.M. en tant que tel, comme il est promulgué par Paul VI ne peut en aucun cas être une messe valide.

Passons. Supposons que le prêtre-célébrant agit, de la façon décrite plus haut, en ayant l'intention spécifique dont nous avons parlé, sa messe peut-elle par là devenir valide? D'abord il faut remarquer que les seules paroles consécratoires isolées du reste (et qui ne sont pas falsifiées) ne peuvent pas opérer une consécration. Par ces paroles prises au pied de la lettre, le prêtre ne changerait pas le pain et le vin au corps et au sang de Notre-Seigneur, mais en son propre corps et en son propre sang. "Ceci est mon corps" veut dire, littéralement, dans la bouche de celui qui les prononce, que c'est précisément son corps, et non le corps du Christ. Le prêtre est tenu d'agir au nom de la personne du Christ et l'exprimer clairement au cours de la Sainte Messe. Or le passage de la Consécration du N.O.M. n'exprime pas que présentement une transsubstantiation a lieu, mais au mieux que cela peut être également le sens de l'action, mais tout aussi bien que c'est simplement le récit historique d'un événement qui est passé depuis longtemps. Les paroles d'une messe célébrée doivent exprimer univoquement que la consécration se réalise par les paroles de l'institution à ce moment précis c.‚.d. que le sacrifice du Christ est renouvelé (de façon non-sanglante cette fois).

Voilà qui nous amène à parler du sens des autres paroles et rites de la sainte Messe en rapport avec les paroles de la consécration. Les prières et les rites entourants le sacrifice sont sous un certain rapport essentiels à la realisation du sacrifice. Ils doivent dire clairement que les paroles consécratoires et que l'action accomplie par celles-ci doivent effectuer une transsubstantiation à ce moment précis. Si elles disent le contraire ou délibérément quelque chose d'ambigu, les paroles consécratoires correctes, isolées mentalement du texte et des rites de la messe (ou de la "messe"), ne peuvent opérer la Consécration.

Or, les prières et les rites qui accompagnent la Consécration, indépendamment de ce qu'elles signifient par rapport aux paroles de la Consécration et de son action au sein de la même messe (ou "messe"), peuvent exprimer quelque chose d'autre et qui est en contradiction avec le sens de la Ste. Messe et de la Foi de l'Eglise qui la célèbre. Mais si on lit le texte du N.O.M. et si l'on pense au sens des rites qui doivent s'y accomplir, l^one ne trouve pas de sacrifice de l'Eglise et du célébrant, mais simplement "une présentation d'offrandes" o˘ le célébrant caricaturant le sacrifice de 1' ancience loi se réfère à l'ouvrage de ses mains. (N.B. C'est une relation qui est illicite et sacrilège déjà rien que d'après la prescription juive.

Nous n'offrons rien d'autre que ce que Dieu nous a donné, et non le fier ouvrage de nos mains - car nos mains sont incapable de réaliser quelque chose.) De plus nous trouvons dans le N.O.M. un repas au lieu d'une participation au sacrifice du Christ et ce n'est qu'au repas que doit servir la bénédiction des matières. Dans le N.O.M., nous trouvons le culte de la solidarité humaine qui suivant l'intention du N.O.M. ne résulte pas indirectement de la communion avec Dieu au cours du St. Sacrifice, mais directement de l'assemblée de célébration avec son président. Les paroles et les rites qui entourent le N.O.M. contredisent par là la vrai messe et la foi de l'Eglise. C'est d'autant plus evident, quand on pense que l'intention de ceux qui créèrent et promulguèrent le texte (ou les textes) du N.O.M. consistait précisément dans cette opposition a la conception catholique traditionnelle de la St. Messe instituée par Notre-Seigneur lui-même. Délibérément on s'est adapté consciemment aux prières et aux rites hérétique d'autres confessions chrétiennes*) - à un point tel qu'on a accepté d'entier dans un antagonisme avec les catholiques Orientaux; la communion dans la foi catholique avec eux a été rendue impossible. (Jamais l'Eglise orthodoxe n'admettra la validité d'une liturgie semblable.)

Je résume: rien que le passage de la consécration du N.O.M. pris dans le sens de ses auteurs et promulgateurs, et pris à la lettre dans sa rédaction officielle (et même quand on se sert da l'expression "pour beaucoup") rend impossible une consécration valide et actuelle. Le N.O.M. ne pourra donc jamais être une messe valide. Ce n' est que dans le cas o˘ le prêtre célébrant remplacerait subrepticement, et d'une manière trompeuse pour l'assistance, des passages du N.O.M. par des extraits de la liturgie valide, que cette messe pourrait être une vraie messe. Mais alors elle ne sera plus une messe selon le N.O.M. !!! Alors ce n'est que sous l'apparence du N.O.M. qu'on célébre une liturgie valide (défectueuse).

Mais, comme nous l'avons dit, les prières et les rites du N.O.M. qui entourent les paroles de la consécration eux aussi rendent invalides les paroles consêcratoires correctes, introduites subrepticement parce que ces prières et ces rites sont équivoques, trompeurs et en contradiction avec la Foi catholique et avec le sens de la vraie messe. Dans le cas d'une correction et d'une substitution secrète de ces paroles et de ces rites, il faut dire comme dans le paragraphe plus haut que ce n'est plus le N.O.M. mais que c'est une autre liturgie qui est célébrée. C'est celle-là qui est valide et qui rend valide la consécration en même temps, mais ce n'est pas le N.O.M. qui l'aurait effectuée.

C'est pourquoi nous pouvons affirmer en guise de conclusion et en résumé: le N.O.M. ne pourra jamais être valide. Ce n'est qu'une liturgie en accord avec la foi qui pourrait être une messe valide sous l'apparence du N.O.M. - et ce serait toujours sous peine de péché grave pour le célébrant. Mais cette liturgie n'est pas le N.O.M., c'est plutôt une liturgie restée en accord avec la foi et qui est encore catholique. Si les partisans dé Mgr. Lefebvre affirment à sa suite: le N.O.M. pourrait être valide en certaines circonstances, ils induisent les fidèles en erreur par une expression inadmissible. Le N.O.M. s'il n'est vraiment que le N.O.M. - ne pourra jamais être valide.

Si le lecteur a suivi et saisi ce raisonnement et sa conclusion, qu'il se pose la question que voici: un "pape" qui impose une "messe" de l'espèce du N.O.M. et qui la célèbre devant le monde entier (Jean-Paul II en Amérique latine: por todos!), alors qu'elle ne peut absolument pas être valide, peut-il être vraiment pape? Ne doit-il pas être considéré plutôt comme un usurpateur qui occupe de fait le siège de Pierre alors qu'il ne lui revient pas de plein droit? Ce pseudo-pape et par là ce pseudo-Christ réprime (en conscience de ce qu'il fait et) intentionnellement la permanance du St. Sacrifice voulu par le Seigneur au bénéfice d'une messe simulée et inefficace. Il empêche que le sang**) se répande dans le Corps du Christ, et par là il appartient à la catégorie de ceux qui crucifient le Christ.

Remarques:
*) Dans sa brochure "De abroganda missa privata" de 1521 Luther écrit: "Vous, les prêtres de Baal, dites-nous donc: o˘ est-il écrit que la messe est un sacrifice, ou bien, où le Christ a-t-il enseigné qu'il faut offrir du pain et du vin bénits? Le Christ s'est offert lui-même autrefois, dorénavant il n'accepte pas d'être offert par quelqu'un d'autre. Il désire que l'on se souvienne de son sacrifice. Pourquoi êtes-vous tellement téméraires que d'un mémorial vous fassiez un sacrifice?" - Luther aurait facilement pu se rendre compte qu'on trouve le contraire de cette affirmation chez Tertullian, Cyprien, Cyrille, Chrysostome, Ambroise, Augustin, pour ne citer que ceuxlà des anciens Pères, et dans les liturgies de toute l'Eglise catholique. Faudrait-il croire que les premiere chrétiens déjà ont dévié et partout de la volonté du Christ?
**) Ce n'est pas par hasard que les paroles de la consécration du vin au sang du Seigneur ont été falsifiées!


* * *

WHAT DOES IT MEAN: THE "NEW MASS" CAN BE VALID?

by
Reinhard Lauth
transl. by Gladys Resch


The great argument of Mgr. Lefebvre in support of his ambiguous attitude towards the NOM is as follows: under certain circumstances the new mass can be valid. We shall discern what the true interpretation of this sentence is.

The valid Holy Mass requires an ordained priest, the only admissible sacrificial substance (wine and bread), the correct intention of the priest, who performs the sacrifice of the Mass and the correct form of the Mass. The necessity, that an ordained priest performes the holy sacrifice is not disputed, neither that only bread and wine can be the substances to be consecrated. Thus the issue is concentrated on the intention and the form of the Holy Mass.

The sentence: the NOM can be valid could express that the holy sacrifice can only be accomplished with the correct intention of the priest. However this cannot be the opinion of Mgr. Lefebvre when examining this sentence "the NOM can be valid", because the supposition of the correct intention is also required for the tridentine Mass. If only the intention is the factor on which the validity of the Holy Mass depends, then the sentence under scrtiny would mean: provided there was the right intention the NOM would be valid if celebrated in the present form, (or rather the present forms) as it is prescribed by its authors and Paul VI, who promulgated the text and the accompanying rules. According to other utterances of Mgr. Lefebvre regarding the NOM it would appear that this is not what he wanted to express; but if it is this, what he wanted to say, then with his refusal to accept the NOM he would, without doubt, be a schismatic rebel.

Therefore there must still be another reason apart from the right intention of the celebrant whether the performance of the NOM is valid or not. Now let us consider what this could be.

First there would be the falsified words of the consecration. Since the Churoh has dogmatically defined that only the institutional words of Christ can effect the transsubstantiation, "masses" in which these words are not used are by themselves excluded from the sphere of the valid masses. But considering the instance that at the consecration of the wine the words "pro multis" (respectively the equivalent words in the vernacular) are used, is then the NOM valid?

The context in which the words of consecration are used in the NOM express a historical report. If the celebrant of the NOM recites these words as they are mentioned in the NOM as an institutional report, he reports a historical event which happened some 2ooo years ago. However such an ordinary report does not effect the actual transubstantiation of the substances into the body and blood of our Lord. It would appear that the celebrant would be obliged to will a special intention each time he recites these words as they stand in the NOM, so that they should not be a historical report but should effect the transubstantiation.

But this would be of no use. Because when the priest says Holy Mass, he must do, according to hin intention what the Church intends to do, when she makes him pronounce those words. The definition of the nature of the Holy Mass given in the ill famed original Article VII of the NOM, which was later retracted, as well as the unprejudicedly apprehended sense of the consecration context prove that at its promulgation the intention of the reform church was either to put in place of the effective actual consecration a historical report or to promulgate at least something ambiguous, that stands between a historical report and an effective consummated actual consecration. Mgr. Lefebvre himself said, the new "Mass" is "ambiguous" (ambiguê). One has to make the additional remark, that it was intended by its originators that the "Mass" should be ambiguous. So, when the celebrant consummates, what, according to their intention got to be consummated in the NOM, he intentionally consummates an ambiguous action, which therefore cannot bring about anything valid.

Can not the celebrant then make the Mass valid by his way of thinking, separating everything from the words of consecration that are related to them in the NOM and which make them become a historical report? One should realise that by acting this way it would not be anymore the NOM that is accomplished. Already by admitting that the consecration of the NOM could only become effective by such an act of isolation one admits by this fact that the NOM as such, as it is promulgated, can never be a valid Holy Mass.

But let us set it aside. Would the celebrant priest act consciously with a special intention in the mentioned way - now can his mass become valid?

Here one must notice that by themselves the.just isolated (even unadulterated) words of consecration cannot effect a Consecration. Taken literally, the priest would not change by them the bread and wine into the body and blood of the Lord but in his own body and blood. "This is …cy_ Body", taken literally means, in the expression of the person who pronounces these word, that his own body is meant, and not the Body of Christ. The priest must act in the person of Christ and express this clearly in the Holy Mass. The context of the consecration of the NOM does not express that this could also be the meaning of the action, but also that an event, which took place lang ago, is being historically reported. The words of the celebrated Mass must express clearly that with the words of Institution the consecration is truly presently consummated, that means the renewed (this time unbloody) sacrifice of Christ.

And this leads us to the meaning of the remaining words and actions of the Holy Mass, regarding the words of consecration. These accompanying prayers and actions are in a very special way essential for the consummation of the holy Sacrifice.

They must express clearly that the words of consecration and through them the accomplished act effect an actual consecration. If they mean the contrary or intentionally something ambiguous, the unalterated words of consecration cannot consummate the holy consecration if they are isolated in thoughts from the remaining text and the other actions of the Mass (or "Mass").

The prayers and actions accompanying the holy consecration can, independently of what they mean in relation to the words and action of consecration in the same mass (or "mass"), mean something that stands in contradiction to the meaning of the Holy Mass celebrated by the Church and the belief of the Church.

Reading the text of the NOM and if one thinks over the meaning of the actions taking place therein, one does not find a co-sacrifice of the Church and the celebrant, but only a "presentation of gifts". The celebrant refers, like a carricature of the sacrifice of the Old Testament, to the work of his hands. (N.B. a reference, forbidden and heretic according to Jewish precepts. We sacrifice only, what God has given us and not the proud work of our hands - because our hands by themselves cannot effect anything!) Further ve find in the NOM, instead of a participation in the sacrifice of Christ, a celebration of a meal only, for which the substances are blessed. We find in the NOM a cult of human companionship, which is not to be realised indirectly through the communion with God in the holy sacrifice but directly in the community meeting under the chairmanship of a president.

The accompanying words and actions of the NOM thus contradict the true Holy Mass and the faith of the Church. This becomes still much more evident if one considers that the aim of those who formulated and promulgsted the text (or the texts) of the NOM, was this antithesis to the traditional catholic and by the Lord Himself instituted conception of the Holy Mass. One has intp.ndedly assimilated to heretical prayers and actions of other Christian denominations*) so much so that one was prepared to go into opposition with the Christians of the eastern catholic rite, thus making the communion of Catholicism impossible. (The orthodox Church will never recognise such a liturgy to be valid.)

I summarize: already the consecration context of the NOM, taken in the sense of its authors and promulgators and word by word, as it is set down, make an effective and actual consecration impossible (also when the words "for many" are used).Therefore the NOM can never be a valid Holy Mass. Only if the celebrating priest is inserting tacitly and deceptively for the congregation parts of the valid liturgy in the place of such parts ot the NOM, could this mass possibly be a true Holy Mass. But then it is not anmore the NOM!! ! In that case a valid liturgy is (defectively) celebrated under the mere appearence of the NOM, and this liturgy makes the Holy Consecration valid.

As we have seen the prayers and actions accompanying the context of the consecration of the NOM invalidate, because they are ambiguous, deceiving, and in contrast to the Catholic faith and to the intention of the true Holy Mass. The same applies also to subreptively used correct words of consecration. If these accompanying words and actions are tacitly and deceptively improved or replaced by others, the above paragraph applies that it is not the NOM anymore but a different liturgy that is celebrated. This_one then is valid and makes this consecration valid, but not the NOM.

Therefore, in a short conclusive summary, we can say: the NOM can never be valid. Only the true liturgy under the appearance of the NOM - for the celebrant always a serious offence - could be a valid Mass. But this liturgy is not the NOM but always the Catholic orthodox liturgy.

If Mgr. Lefebvre and his followers say: the NOM can be valid under certain conditions, they are misleading the faithful by way of an inadmissible use of speach. The NOM - if it is really only the NOM - can never be valid.

Whoever has come to this knowledge should now ask himself: Can a 'Pope', who prescribes such a mass as the NOM that can never be valid, who is publicly celebrating it (John Paul II in Latein America: por todos!) can he himself be a valid Pope? Or must he rather not be recognised as an usurper, who de facto occupies the Chair of Peter, although de jure, he has no claim to it? This Pseudo-Pope and thus Pseudo-Christ suppresses consciously and purposely the by Our Lord intended continuous consummation of His holy sacrifice in favour of a pseudo-mass; he restricts the flow of blood **) to the body of the Lord and with that he belongs to the crucifiers of Christ.

Notes:
*) In his paper "De abroganda missa privata" of 1521 Luther writes: "Tell us you parsons of Baal: where is it written that the mass is a sacrifice or where is Christ's teaching that blessed bread and wine should be sacrificed? (...) Christ has sacrificed Himself once, he does not want anymore to be sacrificed by somebody else. He wants that His sacrifice be commemorated. How can you be so bold as to make a sacrifice out of a commemoration?" Luther could have easily convinced himself that by Tertullian, Cyprian, Cyril, John Chrysostom, Ambrose, Augustine, to name only these old fathers of the Church and especially in the liturgies of the whole Catholic Church the contrary is stated. Should one assume that the early Christians deviated from the will of Christ - and everywhere?
**) It is not without purpose that the words of Consecration of the wine into the Blood of the Lord are falsified!


* * *

HINWEIS AUF ZEITSCHRIFTEN:

1. "FIDELIDAD A LA SANTA IGLESIA"/ HRSG. VON ALVARO DANIEL RAM EZ ARANDIGOYEN UND ATILIO CARLOS NEIRA. - ANSCHRIFT: CASILLA DE CORREO 4224/ CORREO CENTRAL, 1000 - BUENOS AIRES, REP. ARGENTINA. - (EIN BEITRAG AUS DIESER ZEITSCHRIFT ERSCHIEN BEREITS IN DT. ÜBERSETZUNG IN "FORTES IN FIDE" NR.11: DIE HYPOTHESE EINER TRADITIONELLEN AUSLEGUNG V. VAT.II
2. "DLDASCO"/ HRSG. VON PLERRE MLCHEL BOURGUIGNON/ ANSCHRIFT: BOŒTE POSTALE 2, BRUXELLES 24, RUE DES BOGARDS 17, B - 1000 - BRUXELLES.
 
(c) 2004-2018 brainsquad.de