51. Jahrgang Nr. 3 / Mai 2021
Datenschutzerklärung | Zum Archiv | Suche




Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2004
Eberhard Heller: Besuch aus Mexiko


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2005
Nachruf auf P. Adler/Nachrichten


Ausgabe Nr. 9 Monat November 2004
Vier neue mexikanische Priester


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2004
L’ERREUR FONDAMENTALE DE VATICAN II


Ausgabe Nr. 4 Monat April 2003
Surrexit Christus, spes mea


Ausgabe Nr. 4 Monat April 2003
La silla apostólica ocupada


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
L’Eglise Catholique-Romaine de la diaspora


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
A propos de la situation actuelle de l’Eglise (fr.)


Ausgabe Nr. 11 Monat December 2003
The Apostolic See Occupied


Ausgabe Nr. 1 Monat März 2002
Christus ist auferstanden und dem Simon erschienen


Ausgabe Nr. 2 Monat Mars 2002
Le Seigneur est ressuscité et il est apparu à Simon (fr/eng/spa)


Ausgabe Nr. 5 Monat September 2002
Der Apostolische Stuhl


Ausgabe Nr. 6 Monat November 2002
Offener Brief an H.H. Prof. Dr. August Groß und Abbé Seraphim


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
Mèditation pour le temps de noël


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
Le Siège apostolique < occupé >


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
La consécration épiscopale du P. Guérard des Lauriers


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
La sede apostolica


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
Ha permitido Roma el viejo rito misal


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
A la recherche de l'unité perdue


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
COMMUNICATION DE LA REDACTION (fr./engl/espa/ital)


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2001
Christus erstand, Er, mein Hoffen


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2001
Den Wiederaufbau im Visier


Ausgabe Nr. 8 Monat Januar 2002
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2000
Über die Geheimnisse des Lebens Jesu Christi


Ausgabe Nr. 7 Monat März 2001
Hat Rom allen Priestern den erlaubt?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1999
Vom katholischen Priestertum heute


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1999
Erscheint die Muttergottes wirklich in Marpingen?


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 2000
In memoriam H.H. Pfr. i.R. Werner Graus


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1998
ERWIDERUNG AUF DIE STELLUNGNAHME VON DR. E. HELLER


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1998
Nachtrag zum Briefwechsel mit Pfr. Paul Schoonbroodt


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1998
Siebels Oratoriumswasser


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1998
Er kam in sein Eigentum


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1998
Gott, von dem ich nicht einmal weiß, ob er überhaupt existiert


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1998
Anfrage an H.H. Abbé Paul Schoonbroodt


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1993
ZUM PROBLEM DER INTENTIONALITÄT BEI DER SPENDUNG DER SAKRAMENTE


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1995
IN MEMORIAM...


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1994
In memoriam


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1988
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 8 Monat März 1989
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2006
Zum Tode von Schw. Emilia Vaiciulis


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1984
FRONTWECHSEL


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1981
15 JAHRE NACH DEM II. VATIKANISCHEN KONZIL


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1981
JUDE UND CHRIST


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1981
PREDIGT ZUM EVANGELIUM VOM 7. SONNTAG NACH PFINGSTEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
DAS HEILIGE LEICHENTUCH BEWEIS FÜR CHRISTI TOD UND AUFERSTEHUNG


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
IN MEMORIAM


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
QU'EST-CE À DIRE: LA NOUVELLE MESSE PEUT TRE VALIDE ?


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1980
DAS HEILIGE LEICHENTUCH BEWEIS FÜR CHRISTI TOD UND AUFERSTEHUNG


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1980
CHRISTUS NOVUM INSTITUIT PASCHA...


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1980
REPONSE DE HR L'ABBE HANS MILCH AUX QUESTIONS


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1980
CHRISTUS IST UNS GEBOREN, KOMMT LASSET UNS ANBETEN


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1980
DAS HEILIGE LEICHENTUCH BEWEIS FÜR CHRISTI TOD UND AUFERSTEHUNG


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1981
DAS HEILIGE LEICHENTUCH BEWEIS FÜR CHRISTI TOD UND AUFERSTEHUNG


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1977
DER WIDERSTAND FORMIERT SICH


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1976
DAS WEITERE GESCHEHEN UM ECONE


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
Wo zwei oder drei in Meinem Namen versammelt sind


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2008
Ich leide keinen Mangel


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2008
Gegendarstellung


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2009
Die Holocaust-Latte liegt zu hoch!


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
The Holocaust Bar is too High


Ausgabe Nr. 13 Monat Diciembre 2009
L’EGLISE CATHOLIQUE-ROMAINE DE LA DIASPORA


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2010
GESCHICHTE AUS DJAKARTA!


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
LOS BIENAVENTURADOS … ESTAN JUBILADOS


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2011
Mitteilungen der Redaktion - wichtige Hinweise


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2012
In memoriam H.H. Pfr. Paul Schoonbroodt


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2012
Mitteilungen der Redaktion, Hinweise


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2019
In memoriam Frau Irmgard Staude


Surrexit Christus, spes mea
 
"Surrexit Christus, spes mea"
"Christ, Who is my hope, has risen" (Easter Sequence)

by
Fr. Paul Schoonbroodt
translated by Emilia Vaiciulis

A Meditation on the Mystery of Easter
 
In the Church liturgy the Resurrection of Our Lord Jesus Christ is announced again. Once more our hearts rejoice, because after having suffered under Pontius Pilate, being crucified and buried, on the the third day after He has risen from the dead-in fulfillment of the scriptures. Many varying melodies for the Alleluia verse, resumed on the Vigil of Easter, are required to express the explosion of joy of the Resurrection. In such a way they relieve the need to adapt our prayer to express our praise, adoration, and particularly our thanksgiving for the work of Redemption.
 
The Resurrection of Jesus was announced by the prophecies
 
The stupendous mystery of the Resurrection of Jesus was foretold by several prophecies: before it occurred, they were obscure to the understanding. Who, in Old Testament times, was capable of understanding that verse in the Psalms which stated " for you shall not deliver my soul to death, you will not permit that He who loves you will see corruption...". Here, the Resurrection of Christ is foretold in the statements that His Soul would not be left in the valley of the shadow of death, and that His Body would not see corruption. (Acts 2,27 + 31).
 
When Jesus Himself announced His Resurrection, this announcement did not seem to have pro-voked much reaction from the apostles. It was only when the three favoured disciples witnessed the Transfiguration of Jesus on Mount Thabor, where He warned them not to speak of it before the Son of Man was resurrected, that they asked each other, what the words " resurrected from the dead" signified. When you consider the first three Gospels, described as 'Synoptic' because they all recounted the same events, this is prophecy is shared in common: "Jesus will be put to death, but on the third day He will rise from the dead". (Matth. 16,21; Mk. 8, 31; 9, 31; Lk. 9, 22, 9.36 ff.) Therefore it was foretold how Jesus would die. However the disciples were so devastated by the Passion of Jesus and his cruel death on the Cross that they had need of the words of consolation and counsel which Jesus had previously uttered precisely to sustain them, when this time had come. On the other hand, it must be said that the enemies of Jesus had a sharper recollection of His words. It would seem that the words of somebody one hates are fixed more in the memory because of that. And so I would seem that the hatred of his enemies for Him caused them to remember what He had said all the better because of this hatred. What could they do to prevent Jesus from returning in some way following His death on the Cross? It was necessary for them to take measures to prevent this. "On the mor-row, which was Saturday, the princes of the priests and the pharisees went together to find Pilate and they said to him: "Sir, we remember that this imposter, while He was still living had said: "After three days I shall rise from the dead." (Matt. 27, 63).
 
Thereupon the Jews asked Pilate's authorisation to place a guard of four soldiers at the tomb. They did so because they were absolutely determined to prevent the disciples of Christ from taking His Body away and then spreading the rumour around that Christ had risen from the dead.

Jesus was buried
 
We now come to the burial of the crucified One. Because the Sabbath was imminent it was necessary to act without delay. The tortured Body of Jesus was therefor laid in a new tomb which had been fashioned in the rock, near Calvary. The fact that it was a new tomb, in which no man had ever been buried is important in the light of the fact that after the Resurrection it was once again empty. It was Joseph of Arimathea who had offered it for the Lord. According to Jewish burial customs Jesus was placed in a long winding-sheet and was so buried. The entrance of the sepulchre was closed and sealed. An enormous rock was even rolled before it. Clearly nobody would have been able to interfere with such a security measure. Had not guards been posted there too? And now, if in spite of this measure something happened, it could certainly not be attributed to the doings of men, but to a supernatural cause -i.e., to God Himself. A direct intervention from God was certainly the last thing they exspected. In that case they would be powerless!
Jesus rises from the dead
 
And yet that is precisely what happened: during the night of the third day that followed, the crucified One, Who was lying in the sepulchre emerged forth to a new form of life. He rose and passed through the grave-stone for now He had acquired subtility, the proper of the spiritualised, transfigured body. In a German Easter hymn it is said:" nothing could bar His way, neither the seal nor tomb, nor stone or rock". Though He had left the sepulchre through His Resurrection, its entrance was still sealed by a massive boulder. Besides, the Gospels relate that it was only subsequent to the Resurrection that it was rolled away. "Suddenly there was a great earthquake, for an Angel of the Lord descended from heaven, rolled this boulder away and sat on it. His face shone like lightning and his raiment was as white as snow". And now the guards themselves would become witnesses to the Resurrection of Christ: "The guards were so terror-stricken that they were as dead men" (Matt. 28,2-4).
 
It was ascertained that the tomb was empty
 
Subsequent to this it was Peter and John who were to confirm the reality of the Resurrection. Both having proceeded to the tomb after hearing the message of Mary Magdalen and the holy women, they found it unoccupied. "Looking in, he saw the linen cloths lying there, but he did not go in: Simon Peter, coming after him, went in to the tomb and saw the linen cloths lying there, and also the veil which had been put over Jesus' head, not lying with the linen cloths, but still wrapped round and round in a place by itself." (John 20,4-7).
 
Thus they were able to establish the tomb was empty themselves. John speaks of himself in the third person, when he writes:"he entered too, and he saw and believed". (John 20,8).
 
Many apparitions of the Resurrection of Jesus took place following the official verification of the the empty sepulchre by Peter and John. According to oral tradition Jesus first appeared to His Mother, as is fitting. Firstly she was standing at the foot of the Cross on Good Friday. It was there that the prophecy of Simeon was fulfilled: "A sword shall pierce your soul" (Luke 2,35). Having been profoundly united to the Passion and Death of Jesus on the Cross, she now enjoys this new way of reunion with her resurrected Sun. Henceforth, an unspeakable joy will replace her sorrow. In this way the mystery of the participation of the Mother of Sorrows at the death of Jesus on the Cross will be continued in her participation of the triumph of the Resurrection. On the other hand, it is the role of the holy women, not of the Holy Virgin, to announce that Jesus is alive.
 
The accounts of the Apparitions
 
Thereafter, apparitions of the Resurrected One continue to take place till the fourtieth day after Easter, then comes the Ascension of Our Lord. These apparitions are inaugurated by the one of Easter Day and are completed by the one of the evening when Jesus entered through closed doors wishing them peace and where He showed them the wounds of the Crucifixion and the wound in His side. The disciples rejoiced because they saw the Lord. And He said to them a second time: "Peace be with you. As My Father has sent me, so now I send you. With that, He breathed on them and said to them, Receive the Hoy Ghost; whose sins you shall forgive shall be forgiven, whose sins you shall retain, shall be retained." (John 20, 19-23). Let us also mention the detailed account of St. Luke of the apparition of Jesus on the road to Emmaus, when He interpreted the sacred Scriptures to them; and then, when He had set down at the table with them, He took bread and blessed and broke and offered it to them. "Whereupon their eyes were opened and they recognized Him, and with that, He disappeared from their sight". (Luke 24,30-31).
 
As for St. Paul, he recounts what eye-witness had told him: "After that, He was seen by more than 500 of the brethren at once, most of whom are still alive today, though some have gone to their rest" (1 Cor 15,6). Certainly this apparition was just as unforgettable as the others for those concerned. Do we realize the number of times these 500 witnesses would have related their experience to others! How perfectly this account conforms with the preaching of the apostles! Henceforth it was no longer possible to suppress the message of the Resurrection of the crucified One Who had been laid in the tomb.
 
The Resurrected Oneprepares the apostles for their mission
 
It is certain that there were a good number of apparitions not mentioned in the holy Scriptures apart from the official number of 15 accounted for. Seeing that now the disciples believed, there was no more need to convince them of the reality of the Resurrection. What was important now was to instruct them more profoundly in the mysteries of the Reign of God, i.e. of the Holy church, of which Peter was to be the visible Head: "Feed My lambs, feed My sheep". He also isntructed them in the rites to be observed for the celebration of the Holy Mass: "Each time you do this, you will do so in commemoration of Me". He taught them how to administer the Sacraments: "Baptise them..." For it is by the Sacraments that the graces of Redemption would be applied to souls. Whe the Holy Ghost came, He would confirm the teachings of Jesus."So much converse I have held with you, still at your side. He Who is to befriend you, the Holy Ghost, Whom the Father will send on My account, will in His turn make everything plain, and recall to your minds everything I have said to you". (John 14, 25-26).
 
Like the disciples, Christians receive their strength from the Resurrection
 
The preaching of the apostles to men in Mediterranean countries indicates how the Pascal Mystery dominates the life of the early Church. If some converted, others left them. When Jesus said: "He who is not with Me is against Me, he who does not gather with Me, disperses". (Luke 11,23). This affirmation also applied to the Resurrection. Peter and John had to justify themselves before the Sanhedrin for the the healing of an infirm beggar. "Then Peter was filled with the Holy Ghost and said to them. Rulers of the people, Elders of Israel, listen to me: If it is over kindness done to a cripple and the means by which he has been healed, that we have been called in questin, here is news for you and for the whole people of Israel. You crucified Jesus Christ the Nazarene, and God raised Him from the dead; it is in His Name that this man stands healed before you". (Acts 4,8-10).
 
It is a fact that the apostles, their successors and persecuted Christians throughout the ages, have undertaken all sorts of labors and sufferings, because they believed in the Resurrection. A great number of them finally bore witness to this truth by sacrificing their lives for it like the apostles. Martyrdom has never had the effect hoped for by the persecutors- elimination of Christianity. On the con-trary, it had the opposed effect: the latin saying Sanguis martyrum semen christianorum (the blood of martyrs is the seed of Christians) has always been proved right. It has demonstrated the supernatural force of bearing witness to the Faith. The ultimate consequences of this lead to martyrdom. Moreover, who would be so fanatical or stupid as to sacrifice sacrifce his life for a myth?
 
"I await the resurrection of the body"
 
To believe in the Resurrection of Jesus Christ also means to believe in the resurrection of the dead on the day of the Last Judgment. Once again we refer to St. Paul who has this to teach: "If the dead, I say, do not rise, then Christ has not risen either; and if Christ has not risen, all your Faith is a delusion; you are back in your sins". (1 Cor. 15,16-17). In following this train of thought we can easily deduce that the remission of sins by Baptism and then by the sacrament of Penance, the life of grace and eternal salvation, all stem from the Resurrection of Christ. During our earthly pilgrimage, we Christians are obliged to lead our lives guided in the light of the Faith and accompanied by our good works- i.e. by the practice of christian virtues. By doing so we live like men dead to sin and living a life of grace in Christ. Is this not already the beginning of our mystical life? This is a gift which is not just reserved for religious, for even Catholics in the world living in a state of grace and participation in the celebration of the Holy Mysteries of the Church are able to lead a mystical life! "You have undergone death, and your life is hidden away now with Christ in God" (Col. 3, 3).
 
It is by receiving Holy Communion that we receive Christ. the pledge of our future resurrection and of a happy eternity. And if the Church solemnly obliges us by Church law to fulfill our Easter Duty by confession and Holy Communion, it is by virtue of the mystery of the Resurrection of Christ. "Salvation is to be found nowhere else. Of all the names under Heaven, this alone has been appointed to man as the One by which we are to be saved. "(Acts 4,12). The same applies to Christ's Church: "outside of the Church there is no salvation".
 
Confronted with the Easter Mystery, false religions and ideologies must cede
 
By fact of the Resurrection of Christ, and of ours on the Last Day, the present Jewish messianism, materialistic ideologies and all pagan religions are definitively refuted! In discussions the relationship of the Catholic Religion with non-Catholic ones, it is wrong to think on the lines of the conciliar document Nostra aetate which claims that "the Church also esteems musulmans who adore the One living and eternal God", for Islam denies the mystery of the Blessed Trinity. Besides, it must be pointed out that this conciliar declaration claims that "although Islam does not acknowledge Jesus to be God, it venerates Him as a prophet". (Delc. 3).
 
Each time we recite or chant the Credo we are opposed to modern exegesis. This hardly attaches any importance to the empty tomb at all, nay, it even declares that the Resurrection is but a figment of the imagination of the early Christians, and can be expressed as followed:"the Jesus business goes on", but the Resurrection of His Body is not taken into consideration. Thus, the modern exegetes deny the most important miracle of Jesus. But the true doctrine teaches us that Jesus was resurrected to life by the reunion of the soul with the dead body which had been buried, never to die again. Henceforth He is glorified, and His Body is no longer submitted to physical laws of gravity, nor is it solid, like bodies ordinarily are. Seeing that Jesus arose through His own power, He thereby definitely proved that He was GOD. Amongst the miracles wrought by Jesus the Resurrection is by far the greatest. If Catholics and even priests are timid in confessing Christ and the Chruch before the adepts of other religions, one must conclude that they have been taken in by the spirit of the times and by human respect. When on occasions television forums take place, involving discussions between representatives of false religions and Catholics - it is not unusual to find that Catholics are not instructed in their own religion - they are incapable of defending Christ and His Church. What comment can be made about them? They have no filial devotion to Christ. What has become of the love of the disciple for His Master?
 
The agiornamento introduced into the Church since the so-called Vatican Council II is the cause of profound changes in all Church institutions, of Church doctrine being riddled with errors, of ecclesiastical discipline being abolished, and of the suppression of pious customs. The sources of grace - i.e. the Holy Sacrifice of the Mass and the Sacraments, have been suppressed. Hardly anyone is interested in sanctifying Sunday any more. Now, for a good thirty years, the expression"weekend" has been commonly used in associating Sunday, the first day of the week with Saturday. The Resur-rection having taking place on the first day of the week, it is called Dies Dominica, the Day of the Lord. This day unceasingly reminds us of the Resurrection, and so is solemnised in a special way. Since then, it is not the Sabbath any more, but the first day of the week which shall be sanctified. Probably the ennemies of Christ and of the Church imagine that in the space of thirty years they have succeeded in burying the Catholic Church. How short-sighted they are! They do not reckon with the victorious power of the Resurrected One, for on the Cross He carried of the definitive victory over Satan, death, suffering and sin. It will be on the day of the Last Judgment that this victory will shine resplendant before everybody. It is then that the wicked will behold the felicity of the just that they have persecuted on earth:" In the eyes of the foolish they seem to be dead...but they are in peace". (Wisdom 3,3).
 
Let us conclude: World History attained its summit in the Resurrection of Christ. The final period of time is taking its course and will cease at the Last Judgment with the Apparition of Christ as the Almighty Lord, the Pantocrator.
 
***


"Surrexit Christus, spes mea"
« Le Christ est ressuscité, il est mon espérance »
(Séquence de Páques )

par
l'abbé Paul Schoonbroodt

Dans sa liturgie l'Eglise nous annonce de nouveau la Résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Une fois de plus nos cœurs se réjouissent, parce que le Christ, après avoir souffert sous le gouverneur Ponce Pilate, après avoir été crucifié et "enseveli, est ressuscité le troisième jour selon les Ecritures. Le chant de l'Alléluia qu'on reprend dès la vigile pascale, va dire cette joie par des mélodies très variées. De ce fait, nos prières rendront une tournure propre, que ce soit la louange, l'adoration et particulièrement l'action de grâces pour l'œuvre de la Rédemption.

Le mystère de la résurrection du Christ repose. sur plusieurs prophéties; au moment même ces prophéties étaient obscures. Qui aurait pu comprendre, au temps de l' Ancien Testament, le verset de psaume qui dit: « Car tu ne livreras pas mon âme à l'enfer, tu ne permettras pas que celui qui t'aime voie la corruption » (Ps. 15). Plus tard, lors de son sermon de Pentecôte, St. Pierre citera ce verset en l'interprétant comme ayant rapport à la résurrection. « Car vous ne laisserez pas mon âme dans le séjour des morts, et vous ne permettrez pas que votre Saint voie la corruption... c'est la résurrection du Christ qu'il a vue d'avance, en disant que son âme ne serait pas laissée dans le séjour des morts et que sa chair ne verrait pas la corruption. » (Actes 2,27 et 31).

Quand c'est Jésus Lui-même qui annonce la résurrection, cette annonce ne semble pas avoir provoqué chez les apôtres beaucoup de réactions. Ce n'est que, lorsque les trois disciples préférés ont été témoins de la transfiguration de Jésus sur le mont Thabor où il leur dit de ne pas en parler avant que le Fils de l'homme ne ressuscite, qu'ils se demandent entre eux ce que signifiait ce mot : « être ressuscité des morts! » (Mc 9,9) Quand on prend les trois premiers évangélistes qu'on appelle les synoptiques, à cause des récits communs, l'on trouve la prophétie: «L'on mettra Jésus à mort, mais il ressuscitera le troisième jour » (Matth 16,21 ; Mc 8,31 ; 9 ;31 ; Lc 9,22; 9,36 ss.). L'on savait donc de quelle manière la vie de Jésus allait prendre fin. Cependant, le spectacle de la passion du Christ et de sa mort cruelle en croix avait tellement ébranlé qu'ils avaient tout simplement oublié ce que Jésus avait dit auparavant comme paroles de recommandation et de consolation. Par contre, il faut bien dire que les ennemis de Jésus avaient gardé un souvenir plus précis de ses paroles. Il semble bien que la haine contre quelqu'un affûte la mémoire de ce que l'adversaire a dit auparavant. D'ailleurs que pourraient-ils faire pour l'empêcher, si Jésus reviendrait d'une manière ou de l'autre après sa mort en croix ? Il fallait prendre des mesures afin de prévenir cette éventualité. « Le lendemain qui était le samedi, les Princes des prêtres et les Pharisiens allèrent ensemble trouver Pilate et ils lui dirent: « Seigneur, nous nous sommes rappelés que cet imposteur, lorsqu'il vivait encore, a dit: Après trois jours, je ressusciterai » (Matth. 27,63).

Là-dessus les juifs demandèrent à Pilate de pouvoir placer à la tombe un détachement de quatre sol-dats. C'était dans l'intention d'empêcher coûte que coûte que les disciples ne dérobent le corps du Christ et qu'ils répandraient ensuite la légende que le Christ serait ressuscité.
 
Méditation du Mystère pascal: Les prophéties ont annoncé la résurrection de Jésus

Jésus a été enseveli

Venons-en à l'ensevelissement du Crucifié. Comme le sabbat allait commencer, il fallait faire vite. On déposa donc le corps meurtri de Jésus dans un tombeau nouveau, qui avait été creusé dans le rocher ; c'était à proximité du Calvaire. Le fait qu c'était un tombeau neuf, où l'on n'avait enterré personne jusque-là, aura son importance lorsqu'il s'agira de constater que le tombeau était vide après la résurrection. C'est Joseph d'Arimathie qui l'avait mis à la disposition du Seigneur. Selon la coutume juive d'ensevelir les corps, Jésus fut déposé dans un grand linceul et enseveli ainsi. La porte du caveau fut fermée et scellée. On roula même une énorme pierre devant. Il est évident que personne n'aurait pu défaire ce dispositif de sécurité. De plus les gardes étaient à leur poste ! Maintenant, si malgré ce dispositif il se passerait quelque chose, cela ne serait nullement le fait des hommes, mais d'une puissance supérieure, c'est-à-dire de Dieu Lui-même. Or, ils n'envisageaient nullement une intervention directe de Dieu. En effet, dans ce cas, ils seraient tout à fait impuissants.
 
Jésus est ressuscité

Et pourtant c'est ce qui allait se passer : Pendant la nuit du troisième jour, le crucifié, qui gisait dans le tombeau, revint à  une vie nouvelle. Il surgit et passa sans difficulté à travers la paroi rocheuse du tombeau, car il avait acquis désormais la liberté totale qui est le propre d'un corps spiritualisé et transfiguré. Comme il est dit dans un cantique allemand pour Pâques: « rien ne peut lui barrer le passage, ni sceau, ni tombeau, ni pierre, ni rocher ».

Malgré que Jésus ait quitté le tombeau par sa résurrection, la porte devant laquelle l'on avait roulé la grosse pierre était toujours fermée. D'ailleurs l'évangile nous rapporte que ce n'est qu'après l'événement de la résurrection qu'elle a été déplacée. « Tout à coup il se fit un grand tremblement de terre; car un ange du Seigneur descendit du ciel, vint renverser la pierre, et s'assit dessus. Son visage était brillant comme un éclair, et ses vêtements blancs comme la neige ». Maintenant les gardes eux-mêmes deviendront, à leur manière, des témoins de la résurrection du Christ: « Les gardes furent tellement saisis de frayeur, qu'ils devinrent comme morts » (Matth. 28,2-4).
 
La constatation du tombeau vide

Suite à cela ce sont Pierre et Jean qui confirment la réalité de la résurrection, s'étant rendus tous deux au sépulcre suite au message de Marie Madeleine et des saintes femmes, ils le trouvèrent vide. »S'étant baissé, il vit les linceuls posés à terre, mais il n'entra point. Simon Pierre, qui le suivait, arriva et entra dans le sépulcre, et vit les linceuls posés à terre; le suaire qu'on avait mis sur sa tête n'était pas avec les linceuls, mais plié à part » (Jean 20,4-7). C'est ainsi qu'ils ont pu se rendre compte eux-mêmes que le tombeau était vide. Jean parle de lui-même à la troisième personne en écrivant:  « il entra aussi , et il vit et il crut » (Jean 20,8).

Ensuite des apparitions multiples du Ressuscité suivirent la constatation officielle du tombeau vide par Pierre et Jean. D'après la tradition orale l'on sait que Jésus apparut en premier à sa mère ce qui est tout à fait normal. D'une part la sainte Vierge, le Vendredi-Saint, était debout au pied de la Croix ; c'est alors que la prophétie du vieillard Siméon se réalisa:  « un glaive transpercera votre âme » (Luc,2,35). Ayant été profondément unie à la Passion et la Mort de Jésus en croix elle bénéficie maintenant de cette rencontre d'un mode nouveau avec son Fils ressuscité. Dès lors c'est une joie indicible qui vient se substituer à  sa douleur. De la sorte le mystère de la participation de la Mère des Douleurs à  la mort de Jésus en croix se continue en participation au triomphe de la résurrection. Par contre ce n'est pas à la sainte Vierge qu'il incombe d'annoncer que Jésus est dorénavant vivant, mais bien aux saintes femmes.
 
Les récits des apparitions

Suivent alors les apparitions du Ressuscité jusqu'au quarantième jour après Pâques ; c'est l'Ascension. Ces apparitions sont inaugurées par celle du jour de Pâques à  ses disciples ; au soir où Jésus entra, portes closes, en leur souhaitant la paix et où il leur montra les cicatrices de la crucifixion et la plaie du côté. Les disciples éprouvèrent une grande joie ayant vu le Seigneur. Et il leur dit une seconde fois : « La paix soit avec vous. Comme mon Père m'a envoyé, de même je vous envoie. Ayant dit ces mots, il souffla sur eux, et leur dit : Recevez le Saint-Esprit : Les péchés seront remis à ceux à  qui vous les remettrez, et ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez » (Jean 20, 19-23). Faisons également mention du récit détaillé de l'apparition de Jésus aux disciples sur le chemin d'Emmaüs par St. Luc interprétant l'Ecriture sainte. Etant à  table avec eux, il prit le pain, le bénit, le rompit, et le leur présenta. Alors leurs yeux s'ouvrirent et ils le reconnurent » (Luc 24, 30-31).

De son côté St. Paul nous transmet ce que des témoins oculaires lui avaient raconté :  « Après cela il est apparu en une seule fois à  plus de cinq cents frères, dont la plupart sont encore vivants, et quel-ques-uns se sont endormis » ( 1 Cor.15,6). Cette apparition comme d'ailleurs les autres apparitions étaient certainement inoubliables pour les témoins. Est-ce que nous nous rendons compte du nombre de fois que les « 500 frères » ont référé ce fait vécu aux autres ? Comme ce témoignage était aussi en parfaite conformité avec la prédication des apôtres ! Dès lors il n'était plus possible d'étouffer le message de la résurrection du crucifié qui avait été enseveli dans le sépulcre.
 
Les apôtres sont préparés par le Ressuscité à leur mission

Il est certain qu'il faut ajouter au nombre officiel de 15 apparitions rapportées par les saintes Ecri-tures bon nombre d'autres apparitions non consignées dans les textes sacrés. Etant donné que, maintenant, les disciples croyaient, Jésus n'avait plus à les convaincre de la réalité de la Résurrection. Ce qui importait c'est de les introduire plus à fond dans les mystères du royaume de Dieu c'est-à-dire de la sainte Eglise dont Pierre sera le chef visible :  « Pais mes brebis, pais mes agneaux ». Il les instruit aussi des rites à  observer pour la célébration de la sainte messe. « Faites ceci, chaque fois que vous le ferez, en mémoire de moi ». Il les instruit de la manière dont il faut administrer les sacrements : « Baptisez-les... » Car, c'est par les sacrements que les grâces de la rédemption seront appliquées aux âmes. Quand le Saint-Esprit viendra, il confirmera les enseignements de Jésus.
 
Comme les disciples, les chrétiens trouvent leur force dans le Ressuscité.

La prédication des apôtres aux hommes des pays de la Méditerranée montre combien le mystère pascal domine la vie de la jeune Eglise. S'il y en avait qui se convertissaient d'autres se détournaient d'eux, il est vrai. Quand Jésus a dit :  « Celui qui n'est pas avec moi est contre moi, qui n'amasse avec moi, dissipe » (Luc 11,23), cette affirmation vaut aussi pour la résurrection. Pierre et Jean eurent à  se justifier devant le Sanhédrin pour un bienfait en faveur d'un mendiant infirme. « Pierre rempli de l'Esprit Saint leur dit : nous vous déclarons à vous tous, et à tout le peuple d'Israà«l, que c'est au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ de Nazareth que vous avez crucifié et que Dieu a ressuscité d'entre les morts, que cet homme a été guéri, et qu'il est debout devant vous » (Actes 4, 8,10).

Il est un fait que les apôtres, leurs successeurs et les chrétiens persécutés de tous les temps, ont pris sur eux toutes sortes de labeurs et de souffrances à cause de la foi en la résurrection. A la fin un grand nombre d'entre eux ont témoigné pour cette vérité, comme les apôtres, par le sacrifice de leur vie. Le martyre n'eut nullement l'effet escompté par les ennemis, à savoir la fin du christianisme. C'est le contraire qui se passa : le dicton latin Sanguis martyrum, semen christianorum (le sang des martyrs est la semence des chrétiens) s'est toujours vérifié et prouve la force surnaturelle du témoignage de la foi. La logique ultime de cette foi va jusqu'au martyre. D'ailleurs qui serait fanatique ou imbécile au point de sacrifier sa vie pour un mythe ?  
 
« J'attends la résurrection des morts ».

Croire à  la résurrection de Jésus-Christ c'est aussi croire à  la résurrection des morts le jour du jugement dernier. Une fois de plus nous faisons appel à  St Paul qui enseigne ceci:  « Si les morts ne  ressuscitent pas, le Christ non plus n'est pas ressuscité. Et si le Christ n'est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés » (Cor. 15, 16-17). En poursuivant cette réflexion nous découvrirons aisément que la rémission des péchés par le baptême et ensuite par le sacrement de pénitence, la vie de la grâce et le salut éternel trouvent leur source dans la résurrection du Christ. Pendant notre pèlerinage terrestre nous, les chrétiens, nous sommes tenus de mener notre vie dans la clarté de la foi et des bonnes œuvres c'est-à-dire par la pratique des vertus chrétiennes. Ce faisant nous vivrons comme des hommes morts au péché et vivant une vie de ressuscité par la vie de la grâce dans le Christ. N'est-ce pas déjà le début de la vie mystique ? C'est un don qui n'est pas réservé aux religieux uniquement, car même le catholique dans le monde, vivant en état de grâce et participant à la célébration par l'Eglise des saints mystères, est apte à mener une vie mystique ! « Car vous êtes morts et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu » (Col. 3,3).

C'est en recevant la sainte communion que nous recevons le Christ, gage de notre résurrection future et de l'éternité heureuse. Et si l'Eglise oblige par un commandement à la confession pascale et à la communion, elle en trouve le fondement dans le mystère de la Résurrection du Christ. « Et il n'y a point de salut par aucun autre, car, nul autre nom sous le ciel, n'a été donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4,12). Il en est de même de l'Eglise de Jésus-Christ :  « hors de l'Eglise pas de salut ».  
 
Face au mystère de Pâques les fausses religions et les idéologies ne tiennent pas

Par le fait de la résurrection du Christ et de la nôtre au dernier jour le messianisme juif actuel, l'idéologie matérialiste et toute religion païenne est définitivement réfutée. C'est faux de déclarer, comme dans le document conciliaire  «Nostra aetate» traitant des rapports de la religion catholique avec les religions non-chrétiennes que « l'Eglise regarde aussi avec estime les musulmans, qui adorent le Dieu Un, vivant et subsistant », car, l'Islam nie le mystère de la Sainte Trinité. Il faut d'ailleurs noter que cette déclaration conciliaire avoue que « bien qu'ils ne reconnaissent pas Jésus comme Dieu, ils le vénèrent comme prophète » (Décl. 3).

Chaque fois que nous récitons ou chantons le Credo nous nous opposons aussi à l'exégèse moderne. Celle-ci n'attache guère d'importance au tombeau vide, par exemple, voire elle assure même que la résurrection n'est qu'un produit de l'imagination des premiers chrétiens ; ce qui peut être résumé par cette phrase :  « l'affaire de Jésus va son cours », mais l'on élimine la résurrection corporelle. Ainsi les exégètes modernes nient le miracle le plus important de Jésus. Or, la doctrine vraie nous apprend que Jésus est ressuscité à la vie, par l'union de l'âme et du corps mort qui avait été enseveli ; il ne meurt plus. Désormais il est glorifié et son corps n'est plus soumis aux lois physiques de la gravitation et de l'opacité des corps durs. Etant donné que Jésus est ressuscité par sa propre puissance il a prouvé indéniablement par là  qu'il est DIEU. Parmi les miracles opérés par Jésus la résurrection est bien le plus grand.

Si des catholiques, voire même des prêtres, perdent leur assurance devant des représentants d'autres religions et manquent de défendre le Christ et son Eglise, il faut conclure que l'esprit du temps a prise sur eux et qu'ils sont tenus par le respect humain. Lors de discussions entre représentants de fausses religions à la télévision il n'est pas rare de voir et d'entendre des catholiques qui ignorent leur propre religion ; ils ne sont pas capables de défendre le Christ et son Eglise. Que dire ? ils n'ont guère d'attachement au Christ. Qu'est devenu l'amour du disciple pour le divin maître ?

L'agiornamento introduit dans l'Eglise depuis le soi-disant concile Vatican II, a été la cause de ce que les institutions ont changé, la doctrine a été pénétrée d'erreurs, la discipline ecclésiastique a été pratiquement abolie tandis que les pieuses coutumes ont été supprimées. Les sources de la grâce, savoir le saint sacrifice de la messe et les sacrements sont taries. On ne se préoccupe plus de la sanctification du dimanche. Or, depuis une bonne trentaine d'années on parle communément de weekend en associant le dimanche, 1er jour de la semaine, au samedi. La résurrection s'étant passée le premier jour de la semaine, il est devenu le dies dominica, le jour du Seigneur. Ce jour nous rappelle sans cesse la résurrection et revêt de ce fait une solennité particulière. Depuis ce ne sera plus le sabbat, mais le premier jour de la semaine qui sera sanctifié.

Probablement les ennemis du Christ et de l'Eglise s'imaginent qu'ils sont parvenus, en l'espace de trente ans, à enterrer l'Eglise catholique. Comme ils sont myopes ! Ils ne comptent pas avec la puissance victorieuse du ressuscité, car c'est sur la croix qu'il a remporté la victoire définitive sur Satan, la mort, la souffrance et le péché. Ce sera au jour du jugement dernier que cette victoire  éclatera aux yeux de tous. Alors les méchants verront le bonheur des justes qu'ils ont persécutés sur la terre :   « Aux yeux des insensés ils paraissent être morts..., mais ils sont dans la paix  » (Sagesse 3,3).

Concluons : l'histoire du monde a atteint son apogée dans la résurrection du Christ. La période finale est amorcée et trouvera son terme lors du Jugement dernier par l'apparition du Christ comme le Seigneur tout-puissant, le Pantocrator.

† Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

 
(c) 2004-2018 brainsquad.de