51. Jahrgang Nr. 3 / Mai 2021
Datenschutzerklärung | Zum Archiv | Suche




Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2004
Eberhard Heller: Besuch aus Mexiko


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2005
Nachruf auf P. Adler/Nachrichten


Ausgabe Nr. 9 Monat November 2004
Vier neue mexikanische Priester


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2004
L’ERREUR FONDAMENTALE DE VATICAN II


Ausgabe Nr. 4 Monat April 2003
Surrexit Christus, spes mea


Ausgabe Nr. 4 Monat April 2003
La silla apostólica ocupada


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
L’Eglise Catholique-Romaine de la diaspora


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
A propos de la situation actuelle de l’Eglise (fr.)


Ausgabe Nr. 11 Monat December 2003
The Apostolic See Occupied


Ausgabe Nr. 1 Monat März 2002
Christus ist auferstanden und dem Simon erschienen


Ausgabe Nr. 2 Monat Mars 2002
Le Seigneur est ressuscité et il est apparu à Simon (fr/eng/spa)


Ausgabe Nr. 5 Monat September 2002
Der Apostolische Stuhl


Ausgabe Nr. 6 Monat November 2002
Offener Brief an H.H. Prof. Dr. August Groß und Abbé Seraphim


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
Mèditation pour le temps de noël


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
Le Siège apostolique < occupé >


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
La consécration épiscopale du P. Guérard des Lauriers


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
La sede apostolica


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
Ha permitido Roma el viejo rito misal


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
A la recherche de l'unité perdue


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
COMMUNICATION DE LA REDACTION (fr./engl/espa/ital)


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2001
Christus erstand, Er, mein Hoffen


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2001
Den Wiederaufbau im Visier


Ausgabe Nr. 8 Monat Januar 2002
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2000
Über die Geheimnisse des Lebens Jesu Christi


Ausgabe Nr. 7 Monat März 2001
Hat Rom allen Priestern den erlaubt?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1999
Vom katholischen Priestertum heute


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1999
Erscheint die Muttergottes wirklich in Marpingen?


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 2000
In memoriam H.H. Pfr. i.R. Werner Graus


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1998
ERWIDERUNG AUF DIE STELLUNGNAHME VON DR. E. HELLER


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1998
Nachtrag zum Briefwechsel mit Pfr. Paul Schoonbroodt


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1998
Siebels Oratoriumswasser


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1998
Er kam in sein Eigentum


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1998
Gott, von dem ich nicht einmal weiß, ob er überhaupt existiert


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1998
Anfrage an H.H. Abbé Paul Schoonbroodt


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1993
ZUM PROBLEM DER INTENTIONALITÄT BEI DER SPENDUNG DER SAKRAMENTE


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1995
IN MEMORIAM...


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1994
In memoriam


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1988
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 8 Monat März 1989
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2006
Zum Tode von Schw. Emilia Vaiciulis


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1984
FRONTWECHSEL


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1981
15 JAHRE NACH DEM II. VATIKANISCHEN KONZIL


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1981
JUDE UND CHRIST


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1981
PREDIGT ZUM EVANGELIUM VOM 7. SONNTAG NACH PFINGSTEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
DAS HEILIGE LEICHENTUCH BEWEIS FÜR CHRISTI TOD UND AUFERSTEHUNG


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
IN MEMORIAM


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
QU'EST-CE À DIRE: LA NOUVELLE MESSE PEUT TRE VALIDE ?


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1980
DAS HEILIGE LEICHENTUCH BEWEIS FÜR CHRISTI TOD UND AUFERSTEHUNG


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1980
CHRISTUS NOVUM INSTITUIT PASCHA...


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1980
REPONSE DE HR L'ABBE HANS MILCH AUX QUESTIONS


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1980
CHRISTUS IST UNS GEBOREN, KOMMT LASSET UNS ANBETEN


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1980
DAS HEILIGE LEICHENTUCH BEWEIS FÜR CHRISTI TOD UND AUFERSTEHUNG


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1981
DAS HEILIGE LEICHENTUCH BEWEIS FÜR CHRISTI TOD UND AUFERSTEHUNG


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1977
DER WIDERSTAND FORMIERT SICH


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1976
DAS WEITERE GESCHEHEN UM ECONE


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
Wo zwei oder drei in Meinem Namen versammelt sind


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2008
Ich leide keinen Mangel


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2008
Gegendarstellung


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2009
Die Holocaust-Latte liegt zu hoch!


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
The Holocaust Bar is too High


Ausgabe Nr. 13 Monat Diciembre 2009
L’EGLISE CATHOLIQUE-ROMAINE DE LA DIASPORA


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2010
GESCHICHTE AUS DJAKARTA!


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
LOS BIENAVENTURADOS … ESTAN JUBILADOS


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2011
Mitteilungen der Redaktion - wichtige Hinweise


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2012
In memoriam H.H. Pfr. Paul Schoonbroodt


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2012
Mitteilungen der Redaktion, Hinweise


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2019
In memoriam Frau Irmgard Staude


REPONSE DE HR L'ABBE HANS MILCH AUX QUESTIONS
 
REPONSE DE HR L'ABBE HANS MILCH
AUX QUESTIONS QUI LUI ONT ETE POSEES PUBLIQUEMENT


Mr le Dr Heller, dans le numéro d'avril 1980 d' EINSICHT, m'a adressé quelques questions auxquelles je Tais ré pondre assez brièvement. En effet, une ré ponse dé taillé e qui est à la porté e de chacun dé passerait certainement, par la longueur, le cadre de ce pé riodique.Mais, je pré vois de donner prochainement ma pensé e sous forme d'une prise de position plus longue.

Réponse à la question no 1: "Monsieur le Curé , partagez-vous l'avis de Mgr Lefebvre qui dit que le n.o.m. et la Sainte Messe peuvent être célébrés au même autel?"

Afin de mieux saisir la question et la ré ponse,il faut considé rer que les bâtiments de la Ste Eglise sont occupés. Or, face à Dieu, nous, catholiques resté s fidèles, nous avons un droit inaliénable aux bâtiments de l'Eglise occupée; ces lieux sont nôtres. Ses autels et ses sanctuaires sont nôtres. Le fait que le n.o.m. est célébré à nos autels et dans nos sanctuaires, voilà qui est en soi une situation effrayante et sacrilège. Le voisinage de la Sainte Messe et de la 'nouvelle messe' dans un même sanctuaire constitue une abomination que nous n'accepterons jamais et qu'il ne nous est pas permis d'accepter. Par contre, ce qu'on pourrait oser et justifier, à l'exemple d'Elie - comme une "expérience" sur le mont Carmel pour demander un signe du Ciel - ce serait d'accepter l'offre de célébrer la Sainte Messe (voulue par Dieu) dans un sanctuaire profané et qui continue à être profané , en tant que c'est nous les vrais maîtres et propriétaires. Il est un fait que la 'nouvelle messe1 est une abomination aux yeux du Seigneur des armé es. Si nous demandons de pouvoir célébrer la vraie messe sur nos autels, cela ne signifiera jamais de notre part une reconnaissance de droit é gal à la n.m. au sein d'une sorte de pluralisme, mais bien une invocation victorieuse du jugement de Dieu.-Mgr Lefebvre aussi bien que moi-même, nous savons que cette solution comporte des risques et des malentendus; mais je pense que dans toute oette affaire il faut prendre en considé ration les avantages et les diffé rents aspects de la question.

Réponse à la question no 2: "Est-ce que vous partagez l'opinion de Mgr Lefebvre concernant le fait que Wojtyla, apostat et occupant actuel du siège de Pierre, est pape légitime?"

Poser la question de savoir si "Wojtyla" est hérétique formel ou matériel, c'est perdre son temps. - J'ai conscience que dans 'Redemptor hominis' il y a non seulement des paragraphes hérétiques mais aussi ré ellement antichré tiens. Quant à savoir si 'Wojtyla' se rend compte du caractère hérétique ou antichrétien de ses é crits, voilà ce dont nous ne pouvons pas juger. Quelqu'un qui n'est qu'un hérétique matériel peut très bien être l'occupant lé gitime du siège de Pierre. Par contre, quelqu'un qui serait herétique formel, c.à d. qui a conscience de ce que sa croyance a unparactère anticatholique, celui-là cesserait d'être pape par le fait même de sa conception. En tout cas, jusqu'à pré sent Jean Paul est prisonnier de l'Eglise occupé e et de ses structures envahies. Par consé quent, si Mgr Lefebvre tient pour la lé gitimité du souverain pontificat de 'Wojtyla', il le fait - comme pour appliquer le principe "in dubio pro reo" - pour maintenir le respect à l'égard' des aspects et des contenus spirituels essentiels.

Reponse à la question no 3; "Et enfin, est-ce que vous aussi, vous é liminez de votre groupe "tous ceux qui refuseraient de prier pour le Pape" c.à d. pour Wojtyla qui sûrement n'est pas le Saint-Père,comme c'est arrivé à M. l'abbé Katzer et àafecitres de la part de Mgr Lefebvre?"

Tant que l'invalidité du souverain pontificat de 'Wojtyla' n'est pas établie, il me faut supposer que ce pontificat est valide. Dans les circonstances actuelles il y a un devoir impérieux de prier pour lui - et même aussi au cours du canon de la Messe; et cela d'autant plus que son gourverrement se trouve être tellement hypothéqué, tellement ambigu et, actuellement du moins encore, tellement é loigné de l'accomplissemnt de la vraie mission de Pierre. Affirmer de façon absolue et avec certitude que 'Wojtyla' n'est pas le Saint-Père, voilà qui té moigne d'un refus d'appliquer les principes sains et séculaires de la pensé e catholique. Par consé quent, l'attitude pratique de Mgr est légitime et même, il a l'obligation d'exclure ceux qui pensent de la sorte. Personnellement, je n'ai pas juridiction pour "exclure" d'une communauté .

(signé:)
Hans Milch

***

PRISE DE POSITION COHCERNANT CES REPONSES

Révérend Monsieur le Curé,

Nous vous remercions vivement de nous avoir envoyé un texte contenant les affirmations qui précisent votre point de vue. Il se fait que, de la part d'Ecône, et jusqu'à ce jour, il ne nous est pas encore parvenu de réponse aussi franche et claire.

Qu'il me soit permis, en raison du sé rieux de la chose, de revenir surle sujet en analysant votre argumentation.

Pour la réponse no 1 : Afin de délimiter la position d'un chacun, il faut retenir d'abord que Mgr Lefebvre préconise une célébration simultanée du soi-disant n.o.m. et de la Sainte Messe en se soumettant à la .juridiction de l'évêque réformiste 'compétent', (cfr Lettre no 16). En clair, cela signifie qu'il réconnaît le soi-disant n.o.m. à côté de l'ordo de St Pie V, qui est approuvé , comme une Sainte Messe parfaitement valide! Pourriez-vous, Révérend Mr le Curé , approuver cette conception?

D'autre part, nous aussi, comme vous-même, nous considé rons que la presque totalité des é glises catholiques sont occupé es par les novateurs illégitimement et que le domaine de Dieu est profané par des sacrilèges. Comme nous, vous considérez que la célébration du soi-disant n.o.m. est sacrilège et que le voisinage de la Sainte Messe et de la nouvelle messe "dans un même sanctuaire" est une abomination.Des lors, il m'est endore plus difficile de comprendre comment vous accepteriez, le cas é ché ant, de célébrer la "Sainte Messe" dans un sanctuaire profané et qui continue à l'être." Les églises , autrefois catholiques, se trouvent pré sentement entre les mains des novateurs; en Allemagne, il n'y a pas de recours légal pour les en chasser. Or, si ceux-là mêmes qui ont la volonté arrêté e d'empecher que la Ste Messe soit célébrée, vous accordaient é ventuellement quelque droit particulier, cesserait que pour vous amener à accepter des compromis et à faire des concessions à l'église nouvelle. (Il faut noter que c'est ce que Mgr Lefebvre a fait avec la lettre no 16 au plus tard.) Ou bien ce serait aussi pour contrôler la ré sistance aux ré formes, puisque le gouvernement officieux n'est pas parvenu à la supprimer, de sorte que la Ste Messe, au dire de Mgr Ratzinger, puisse s'éteindre doucement au sein de l'"église" nouvelle.

En acceptant une offre semblable, vous ne tenteriez pas seulement une "expérience" sur le mont Carmel pour demander un signe de Dieu, mais vous donneriez tout simplement occasion à de nouveaux sacrilèges et à une profanation totale du Saint Sacrement. C'est pourquoi il est dit dans, le canon 823 &1 du code de droit canonique: "Dans une église ou chapelle d'hérétiques ou de schismatiques, il n'est pas permis de dire la messe, même quand elle a été régulièrement consacrée ou bénite autrefois".

Même Mgr Lefebvre a qualifié une fois l'"église" nouvelle de schismatique et hérétique, dans sa prise de position du 29/7/1976 suite à la suspense a divinis.

D'ailleurs, contrairement à ce que vous supposez, le prélat d'Ecône ne voit pas les dangers que comporte un tel voisinage. Tandis que, aux yeux des novateurs, on pourrait qualifier votre objectif coings une tentative illicite d'une reconquête illégale, l'autorisation de la Ste Messe à côté de la soi- disant nouvelle messe consituerait un acte légal relevant de la compé tence de l'église nouvelle.Par là, "l'unité .... se retrouverait immédiatement sur le plan local ". (cfr Lettre no 16)

Pour la ré ponse no 2: Puisque, selon vous, nous n'avons pas la possibilité de juger de la question de savoir si Wojtyla est héré ique formel ou pas, il nous faut donc reconnaître la légitimité du Souverain Pontificat de Wojtyla. Car, selon vous, un hérétique matériel peut absolument être l'occupant lé gitime du siège de Pierre.

Alors que vous convenez que les textes officiels de Wojtyla contiennent des hérésies (matérielles), Mgr Lefebvre est loin d'affirmer cela. D'après ses prises de position officielles, Wojtyla est simplement un pape'libéral'. Cette qualification théologiquement non-spécifique ne dit rien au point de vue dogmatique ou canonique.

a) D'après le Droit canon, can. 16 & 2a - surtout quand il s'agit de dignitaires é levés - on ne doit pas admettre que quelqu'un se trouve dans l'erreur sans le savoir. Wojtyla a été consacré évêque du temps de Pie XII. A l'époque il fallait montrer, par un procès réglementaire d'informations et de définitions l'orthodoxie de sa foi et la compétence pour cette fonction. (Cfr C.I.C. can 330 et 331) .. De plus, Wojtyla était obligé , lors de sa oonsécration episcopale, de réciter la profession vaticane. Or, si ce même Wojtyla falsifie le sens défini de la révélation de Dieu comme par ex. dans "Redemptor hominis" (où vous avez constaté ,tout cornue nous, l'hérésie matérielle - à l'opposé de Mgr Lefebvre qui ne le fait pas) ou s'il prend les paroles consécratoires falsifiées (comme p.ex. au Mexique, "per todos"), on peut conclure alors, qu'il est conscient des hérésies qu'il a manifesté es à différentes reprises devant le monde entier; d'autant plus que, de par sa fonction il s'occupe de la position des traditionalistes. Par conséquent - et aussi d'après vos principes - il n'est pas (plus) pape. En tout ceci, le problème de la validité de son élection n'est pas envisagé .

b) Voilà plus de 12 ans que l'on discute le problème de la validité de la soi-disant nouvelle messe et de la licéité de paroles consécratoires falsifiées. Personneilemnt, je ne connais pas de prêtre, même appartenant à 'l'église' nouvelle, qui ignorerait les arguments décisifs. (Ici à Munich p. ex. il y a un haut fonctionnaire de l'"église" nouvelle qui reconnaît expressément les conséquences de cette falsification). Il est pratiquement exclu que Wojtyla, le voyageur intercontinental, qui avait ou qui a encore des contacts suivis avec le clergé allemand, n'ait pas eu connaissance de cette discussion.

c) Dans l'encyclique "Redemptor hominis" des concepts traditionnels et progressistes sont compliqués avec raffinement et certaines de ses affirmations (hérétiques) fournissent la meilleure preuve du fait que Jean Paul II a bien conscience de ce que ses idées sonstituent une déviation par rapport à la doctrine de l'Eglise, (il faut bien dire que le camouflage de ses hérésies -comme ausi dans l'encyclique "Dominicae Cenae"- à l'aide d'un vocabulaire traditionnel est tout simplement magistral. Il suffit de comparer, pour s'en convaincre, les commentaires ce l'abbé de Nantes, du prof. Lauth et du prof. Siebel dans "Einsicht" IX (6) et IX (7).

d) Mais , même, si nous concédons qu'on pourrait accepter que Wojtyla est simplement hérétique matériellement c.à d. qu'il se trouverait dans une attitude mentale telle qu'il n'a pas conscience de ce qui est erroné dans les idées qu'il propage, cela ne joue aucun rôle dans l'appréciation de sa légitimité comme pape! Car, même si pour lui; il é tait profondément orthodoxe dans sa foi, il doit être traité au niveau du droit c.à d. in foro externo comme hérétique formel et inapte à l'exercice de sa fonction en vertu de ses hérésies manifestes, professées publiquement.

(Cfr P. Matthaeus Conte a Coronata: "Institutiones IV" - De delictis et poenis, n. 1856 -Turin 1928; P. Heribert Jone: "Gesetzbuch des kanonischen Rechts" Bd III, Paderborn 1940, p. 475; Mgr Michael Buohberger: "LThK" Bd. IV, Freiburg 1932, Col. 824). Plus d'une fois dans ce périodique il a té démontré qu'un hérétique manifeste ne peut être pape.(Cfr. Katzer,Otto: "'Papa' haereticus", Einsicht III (12) p. 1-5; Gliwitzky, Hans: "Verhältnis von Dogma und Kirchenrecht", EINSICHT II (7), p. 1-7).

Par conséquent, on aura fait la preuve - même sur base de vos principes! - que Mgr Wojtyla cessse d'être pape. Et si jamais il l'a été, c'est qu'il est 'depositus ipso facto, sed tamen deponendus par un conventus". Par cette mise au point il y a maintenant un devoir pour vous de revoir votre position actuelle au sujet de la question du pape. (Eventuellement, votre décision personnelle en cette matière fournir simultanément aux fidèles un critère sûr pour juger de leur postion religieuse et ecclésiastique.) (Cfr Paul IV, Bulle " Cum ex apostolatus officio du 15/3/1559; CIC can 985 n. 1, 2314 &1n.3, 188 n. 4; Eduard Eichmann: "Lehrbuch des Kirchenrechts" Vol. I , Paderborn 1934,p. 183.)

Pour la réponse no 3: J'avoue avoir mal formulé la question no 3. Il aurait fallu dire: "Est- ce que vous excluez de votre groupe ceux qui refusent de prier una cum Papa nostro Joanne Paulo c.à d. dans l'unité et la communion de la Foi, au cours du canon de la messe? "En fait, je me suis laissé entraîner à citer la formule de Mgr Lefebvre à ce sujet. Malgré cela, vous avez répondu à la question, Monsieur le Cure, et dans le sens où je voulais la poser. Il est é vident qu'on peut prier pour la conversion des hérétiques et que c'est un devoir. Mais il est exclu qu'on prie au cours du canon de la messe una cum Wojtyla, l'hérétique comme 'Papa nostro', et que l'on puisse offrir la Ste Messe sur son intimation. (Cfr l'exposé détaillé du P. M.-L. Guérard des Lauriers: "Christus novum instituit Pascha se ipsum ab Ecclesia per sacerdotes sub signis visibilibus immolandum" dans EINSICHT , Août 1980 -numéro spécial en français.)

Les commentaires que nous avons faits jusqu'ici auront montré, j'espère, quel est celui qui applique "les principes sains et séculaires de la croyance catholique" et quel est celui qui ne le fait pas. Tout qui veut juger, pourra discerner, si Mgr Lefebvre avait "le droit et l'obligation" d'exclure de la fraternité Mr. l'abbé Katzer et plusieurs autres. Son ré el devoir d'évêque aurait été ( et ce l'est encore) d'accuser ' l'église' nouvelle dans un acte formel public - puisque selon sa propre appréciation cette église est "schismatique et hérétique à la fois " - au lieu de sacrifier à sa tactique des catholiques fidèles. Or - je vais faire encore un pas en avant dans l'appréciation de l'attitude de Mgr Lefebvre dans cette affaire - je sais que le Supérieur de la fraternité sacerdotale d'Ecône a été mis au courant par le Dr Katzer avant son exclusion comme professeur de séminaire, au sujet des positions hérétiques et du passé assez spécial de Jean Paul II. Il connaissait donc son hérésie - du moins son hé ré sie maté rielle.Même si Mgr Lefebvre raisonnait comme vous en disant qu'il n'a pas la possibilité de conclure à l'hérésie formelle de Wojtytla, il aurait fallu, dans ces circonstances, qu'il tiree la chose au clair et qu'il tolère les tenants de la position plus forte pour des motifs de loyauté , é tant donné qu'il ne pouvait exclure la possibilité d'une appréciation certaine se trouvant lui-même dans une situation de connaissance peu sûre. Indépendamment de cela, ses declarations recentes, dans lesquelles il emploie même le nom de Dieu pour couvrir son écart par rapport à son point de vue antérieur prouvent justement qu'il recherche un accord avec la Rome apostate à tout prix. Lui et ses vassaux n'hésitent pas à rallier à l'é glise apostate autant de fidèles que possible par des méthodes de chantage.Voilà la raison pour laquelle il a éliminé les éléments "désobéissants".
N.B. Mgr Lefebvre n'a pas de juridiction non plus.

Avec mes salutations de respect

(signé:)
Eberhard Heller

Texte traduit en français par l'abbé Paul Schoonbroodt, curé de Steffeshausen (Belgique)
 
(c) 2004-2018 brainsquad.de