54. Jahrgang Nr. 4 / Juni 2024
Datenschutzerklärung | Zum Archiv | Suche




Ausgabe Nr. 9 Monat November 2004
Widerstand? - Fehl(er)anzeige!


Ausgabe Nr. 11 Monat Dezember 2004
Notstand: einbetoniert ... oder doch: Extra Ecclesiam salus est?


Ausgabe Nr. 1 Monat Januar 2005
Misericordias Domini in aeternum cantabo - Autobiographie von Mgr. Pierre Martin Ngô-dinh-Thuc, Erzbischof von Hué, übersetzt von Elisabeth Meurer


Ausgabe Nr. 1 Monat Januar 2005
DECLARATIO


Ausgabe Nr. 1 Monat Januar 2005
Öffentliche Verkündigung der DECLARATIO


Ausgabe Nr. 2 Monat Februar 2004
Enzyklika Mystici Corporis


Ausgabe Nr. 4 Monat April 2004
Offener Brief an H.H. Bischof M. Pivaruns


Ausgabe Nr. 6 Monat Juli 2004
Eberhard Heller: Der Fall Y. Yurchik: Aufnahme in die röm.-kath. Kirche?


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2005
Zum Tode von Johannes Paul II.


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2004
L’ERREUR FONDAMENTALE DE VATICAN II


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2004
Some Remarks concerning the Consecrations by Mgr. Ngô-dinh-Thuc and Mgr. Carmona


Ausgabe Nr. 8 Monat Oktober 2004
Open Letter to most Reverend Bishop M. Pivarunas


Ausgabe Nr. 8 Monat Oktober 2004
ROTHKRANZ Y LAS INVESTIGACIONES...


Ausgabe Nr. 10 Monat Dezember 2004
EL ERROR PRINCIPAL DEL VATICANO II


Ausgabe Nr. 10 Monat Dezember 2004
La libertad religiosa, error del Vaticano II


Ausgabe Nr. 10 Monat Dezember 2004
EL HABITO HACE AL MONJE


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
HABEMUS PAPAM?


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
La libertad religiosa, error del Vaticano II


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
Sobre la situacin actual de la Iglesia


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
A propos de la situation actuelle de lEglise


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
A commentary on the present situation of the Church


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2006
Am Scheideweg


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2006
Autobiografa de Monseor P. M. Ng-dinh-Thuc - Prologo


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2006
Autobiografia II


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2006
Apendice II - Documentos


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2003
ber das Papsttum der Rmischen Bischfe


Ausgabe Nr. 4 Monat April 2003
Surrexit Christus, spes mea


Ausgabe Nr. 4 Monat April 2003
La silla apostlica ocupada


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2003
ber das Papsttum der Rmischen Bischfe


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2003
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 6 Monat Juli 2003
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 7 Monat September 2003
Der Hauptirrtum des II. Vatikanums - Vorwort


Ausgabe Nr. 7 Monat September 2003
ber den Papst


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
LEglise Catholique-Romaine de la diaspora


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
Sobre la situacin actual de la Iglesia (esp.)


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
A propos de la situation actuelle de lEglise (fr.)


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
A commentary on the present situation of the Church (engl.)


Ausgabe Nr. 10 Monat Dezember 2003
Warum kein islamischer Religionsunterricht


Ausgabe Nr. 11 Monat December 2003
Reflexiones sobre la fiesta de Navidad


Ausgabe Nr. 11 Monat December 2003
The Apostolic See Occupied


Ausgabe Nr. 11 Monat December 2003
The Episcopal Consecration of Fr. Guerard des Lauriers


Ausgabe Nr. 11 Monat December 2003
Mgr. Lefebvre est-il vque ou simple lac?


Ausgabe Nr. 3 Monat Juni 1971
Zur Frage der Gltigkeit der heiligen Messe


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2002
Ich bin allein


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2002
Buchbesprechung


Ausgabe Nr. 2 Monat Mars 2002
Alla ricerca dellunit perduta


Ausgabe Nr. 2 Monat Mars 2002
In Search of lost unity (engl/spa)


Ausgabe Nr. 3 Monat Mai 2002
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 5 Monat September 2002
Der Apostolische Stuhl


Ausgabe Nr. 5 Monat September 2002
Die Weihe von P. Gurard des Lauriers zum Bischof


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
How can you be a christian without Church?


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
Le Sige apostolique < occup >


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
La conscration piscopale du P. Gurard des Lauriers


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
La sede apostolica


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
La consacrazione di P. Gurard des Lauriers a vescovo


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
LA IGLESIA CATOLICO-ROMANA EN LA DIASPORA


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
Ha permitido Roma el viejo rito misal


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
A la recherche de l'unit perdue


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2001
Christus erstand, Er, mein Hoffen


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2001
Auf der Suche nach der verlorenen Einheit


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2001
Offener Brief an H.H. P. Perez


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2001
SOLO LA VIEJA MISA


Ausgabe Nr. 4 Monat September 2001
Anmerkungen zum Briefwechsel mit H.H. Pater Perez


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2000
VIVA EL CHRISTO REY! - STATIONEN EINER REISE DURCH MEXIKO -


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2000
ERKLRUNG


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2000
Abri der modernen Geschichte der katholischen Kirche in Mexiko


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2000
SER CRISTIANO SIN IGLESIA? - UNA PONENCIA-


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2000
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 4 Monat Nov.-Doppel-Nr.4/5 2000
EIN NICHT UNFEHLBARER PAPST


Ausgabe Nr. 4 Monat Nov.-Doppel-Nr.4/5 2000
VIVA CRISTO REY! -ESTACIONES DE UN VIAJE POR MJICO-


Ausgabe Nr. 4 Monat Nov.-Doppel-Nr.4/5 2000
Religin en Mjico


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2000
MITTEILUNGEN DER REDAKTION (dt/espa)


Ausgabe Nr. 7 Monat Mrz 2001
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1999
Der Papst steht in der katholischen Kirche nicht zur Disposition


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1999
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1999
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1999
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 2000
Die Weissagung


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 2000
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 8 Monat November 1971
SCHACHER MIT DER MESSE


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 1972
QUELLEN DER GLAUBENSLEHRE


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1998
Appell an den Redakteur der EINSICHT


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1998
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1998
UNFEHLBAR UND FEHLBAR ZUGLEICH


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1998
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1998
Kirchensteuer und


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1998
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 11 Monat April-Sondernummer 1998
DECLARATIO


Ausgabe Nr. 11 Monat April-Sondernummer 1998
ERKLRUNG S.E. Mgr. Pierre Martin Ng-dinh-Thuc


Ausgabe Nr. 11 Monat April-Sondernummer 1998
CURRICULUM VITAE DE MGR. PIERRE MARTIN NG-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 11 Monat April-Sondernummer 1998
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1998
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1999
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1997
SEKTIERERTUM ALS VORGABE


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1997
DIE RESTITUTION DER KIRCHE ALS RECHTSGEMEINSCHAFT


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1998
ZUM PROBLEM DER RESTITUTION


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1993
DER HL. ALBERTUS MAGNUS


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1994
Offener Brief an Herrn Jean-Gerard Roux


Ausgabe Nr. 4 Monat November 1996
VERSINKT DER KATHOLISCHE WIDERSTAND IM SEKTIERERTUM?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1995
Anhang: Die wichtigsten uerungen des Lehramtes zu Thomas von Aquin


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1995
NUR NOCH AUSLAUFMODELL?


Ausgabe Nr. 5 Monat Mrz, Doppelnr. 5-6 1996
IN MEMORIAM H.H. PFR. FRANZ MICHAEL PNIOK


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1994
Nachruf auf Herrn Jean Andr Perlant


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
La Santisima Trinidad


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1994
ber die geistliche Vollkommenheit


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 1992
ARCHBISHOP NGO-DINH-THUC MARTYR FOR THE FAITH


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1992
DECLARATIO DE CONSECRATIONIBUS EPISCOPORUM


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1992
Zum Problem der gegenwrtigen Vakanz des rmischen Stuhles


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar-Mrz 1993
Zum Problem der gegenwrtigen Vakanz des rmischen Stuhles


Ausgabe Nr. 4 Monat Mai 2006
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1991
EIDESSTATTLICHE ERKLRUNG


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1991
ZUM TODE VON HERRN ANACLETO GONZALEZ FLORES


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1991
IN ERINNERUNG AN BISCHOF MOISS CARMONA RIVERA


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1992
ZEHN JAHRE SEDISVAKANZERKLRUNG S.E. MGR. P. M. NG-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1992
EIDESSTATTLICHE ERKLRUNG lat/dt/engl/fr/span/ital


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1992
ZEUGNIS DES GLAUBENS - ZUM PROBLEM DER GEGENWRTIGEN VAKANZ DES RMISCHEN STUHLES -


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1990
WEITERE EINZELHEITEN ZUR ENTFHRUNG VON S.E. MGR. NGO-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1990
ZUR PROBLEMATIK DER RESTITUTION DER KIRCHLICHEN HIERARCHIE


Ausgabe Nr. 8 Monat Mrz 1989
APPELL AN SEINE MITBRDER


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai/Juni 1987
DER BRUCH FAND NICHT STATT!


Ausgabe Nr. 7 Monat April-Sondernr 1988
KIRCHE OHNE RELIGION UND RELIGIONSLOSE KIRCHEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Mrz 1988
KIRCHE OHNE RELIGION UND RELIGIONSLOSE KIRCHEN


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1985
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 3 Monat Juli 1985
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar/Mrz 1986
BITTSCHREIBEN AN UNSERE BISCHFE


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1984
LESERBRIEFE, LESERMEINUNG...


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1984
ZUR BISCHOFSWEIHE VON MGR. GNTHER STORCK


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1985
ZEIGE MIR, HERR, DEINE WEGE


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2006
Wenn die Kirche nicht gttlich wre... 2. Fortsetzung


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1983
Die Ereignisse der beiden letzten Jahre


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1983
EINIGE ANMERKUNGEN ZU DEN VON MGR. NGO-DINH-THUC UND MGR. CARMONA GESPENDETEN BISCHOFSWEIHEN


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1983
DIE ANGRIFFE


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1983
ZUM PROBLEM DER BISCHOFSWEIHEN UND DER DECLARATIO VON S.E. ERZBISCHOF NGO-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1983
BRIEF VON HERRN REKTOR A.D. OTTO BRAUN AN DIE REDAKTION


Ausgabe Nr. 7 Monat Mrz 1984
Eine Erklrung von Mgr. M.L. Gurard des Lauriers


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1982
BRIEF AN S.E. MGR. PIERRE MARTIN NG-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1982
NACHRUFE


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1982
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 2 Monat August 1982
ERZBISCHOF PETER MARTIN NGO-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 2 Monat August 1982
H.H. PFARRER JOSEF LEUTENEGGER IN MNCHEN


Ausgabe Nr. 3 Monat Oktober 1982
EINIGE ANMERKUNGEN ZU DEN ... GESPENDETEN BISCHOFSWEIHEN


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1982
STURMWOLKEN BER DER GANZEN WELT


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 1982
DECLARATIO


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 1982
Declaration concernant Palmar


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 1982
CURRICULUM VITAE DE MGR. PIERRE MARTIN NG-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1981
BRIEF AN MSGR. LEFEBVRE


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1980
SECTE ORTHODOXE?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
QU'EST-CE DIRE: LA NOUVELLE MESSE PEUT TRE VALIDE ?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
LETTRES


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1980
REPONSE DE HR L'ABBE HANS MILCH AUX QUESTIONS


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1981
QUE SIGNIFIE LA COEXISTENCE DES RITES PRE- ET POSTCONCILIAIRES


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1981
KANON 188, 4 DES CIC


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1981
Protestation de Foi Catholique - franz/deutsch


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1981
LO UNICO QUE QUEREMOS ES LA MlSA TRIDENTINA


Ausgabe Nr. 7 Monat Dezember 2006
Und ihr werdet sein wie Gott


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1979
BRIEF AN MGR. LEFEBVRE


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1979
OFFENER BRIEF AN HERRN PROF.DR. HEINZ KREMERS


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1980
POUR VOUS ET POUR TOUS - LE PROGRAMME DE JEAN-PAUL II


Ausgabe Nr. 1 Monat Juni 1978
Konzil von Trient: Dekret ber das Sakrament der Eucharistie - ERLSUNG


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1977
DIE LITURGISCHE SPRACHE


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1977
Konzil von Trient: Dekret ber das Meopfer


Ausgabe Nr. 4 Monat November 1977
DIE DOGMATISCHEN BESTIMMUNGEN DES TRIDENTINUMS ZUR PRIESTERWEIHE


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
EN LA ENCRUCIJADA


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
la croise des chemins


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
At the crossroads


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
Y seris como Dios (Gn. 3, 5)


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
And thou wilt be like God (Gen. 3,5)


Ausgabe Nr. 12 Monat Februar 2007
MISERICORDIAS DOMINI IN AETERNUM CANTABO


Ausgabe Nr. 12 Monat Februar 2007
MISERICORDIAS DOMINI IN AETERNUM CANTABO, 1er continuation


Ausgabe Nr. 12 Monat Februar 2007
MISERICORDIAS DOMINI IN AETERNUM CANTABO, 3. continuation


Ausgabe Nr. 12 Monat Februar 2007
APPENDICE


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1976
EMPFEHLUNGEN ZUM VERHALTEN DER PRIESTER


Ausgabe Nr. 7 Monat Oktober 1972
DIE LOGIK EINES THEOLOGEN


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 1974
Papa haereticus


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Carta a Su Eminencia el obispo XXX


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Letter to His Excellency xxxx


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
LA SANTISIMA TRINIDAD


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Et vous serez comme Dieu


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Declaratio


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Declaracin


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Declaration


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Dclaration


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Dichiarazione


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
Brief an einen Bischof...


Ausgabe Nr. 12 Monat Fvrier 1982
COEXISTENCE PACIFIQUE?


Ausgabe Nr. 12 Monat Fvrier 1982
POUR L'AMOUR DE LA VERITE


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 1984
DE LA RESISTANCE CATHOLIQUE A L'OCCUPATION MODERNISTE


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 1984
Mgr. Lefebvre est-il vque ou simple lac?


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 1984
LE TEMPS DE L'APOCALYPSE


Ausgabe Nr. 12 Monat August 1984
SIEGE ET CHUTE DE LA FORTERESSE ROMAINE


Ausgabe Nr. 12 Monat August 1984
DECLARAT ION OF MGR. M.L. GURARD DES LAURIERS


Ausgabe Nr. 13 Monat Oktobre 1984
SACRE DE M. L'ABBE GNTHER STORCK


Ausgabe Nr. 13 Monat Oktobre 1984
MISE AU POINT DE LA SAKA SUR LE SACRE DE L'ABB G. STORCK


Ausgabe Nr. 13 Monat Oktobre 1984
QUE PENSER DE LA MISE AU POINT DE M. ALPHONSE EISELE?


Ausgabe Nr. 14 Monat Decembre 1984
LE CAS DU PAPE HONORIUS (625-638)


Ausgabe Nr. 14 Monat Decembre 1984
DE ECCLESIAE CAPITE


Ausgabe Nr. 11 Monat May 1980
ORTHODOX SECT?


Ausgabe Nr. 11 Monat May 1980
THE APOSTOLIC CHAIR VACANT


Ausgabe Nr. 11 Monat May 1980
PEACEFUL CO-EXISTENCE?


Ausgabe Nr. 11 Monat May 1980
ONCE MORE: PRECISE QUESTIONS TO ECNE


Ausgabe Nr. 12 Monat June 1980
A PROCLAMATION ON 'THE NEW MASS AND THE POPE'


Ausgabe Nr. 13 Monat Februar 1981
NOVUS ORDO MISSAE: AN ANTI-MASS, Part 2


Ausgabe Nr. 13 Monat August 1981
LE CANON 188, N 4 OU: OU EST L'EGLISE


Ausgabe Nr. 13 Monat August 1981
LETTRE A MSGR. LEFBVRE


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1985
MONTRE-MOI TES CHEMINS, SEIGNEUR


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1985
OUR LADY OF FATIMA AND THE HOLY FATHER


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1985
DE APOSTOLICA SEDE


Ausgabe Nr. 14 Monat February 1984
INFORMATIONS OF THE EDITOR


Ausgabe Nr. 14 Monat February 1984
NUAGES NOIRS SUR LE MONDE ENTIER


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
THE SO-CALLED 'EXCOMMUNICATION' OF H.E. ARCHBISHOP NG-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
JUAN PABLO II. NO ES UN PAPA CATOLICO


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
VATICAN II FACE LA TRADITION


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
REPONSE DE M. L'ABB MILCH A LA LETTRE OUVERTE DU M. HELLER


Ausgabe Nr. 13 Monat Oktober 1983
FALSE BISHOPS AND TRUE BISHOPS


Ausgabe Nr. 13 Monat Oktober 1983
IS ONE A SCHISMATIC, WHEN IN OUR DAYS ONE CONSIDERS THE CHAIR OF ST. PETER AS VACANT


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1983
AGAINST THE 'PROPHECY' OF THE SO-CALLED 'ROMAN CATHOLIC'


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1983
THE ARIANISM - AN EXAMPLE FOR THE EXISTENCE OF THE CONSENSUS FIDELIUM


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1983
MONSEOR LEFEBVRE COMO PROFETA


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 1981
LE NOVUS ORDO MISSAE: UNE ANTI-MESSE


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 1981
SEULEMENT, QUAND LE FILS DE L'HOMME REVIENDRA TROUVERA-TIL LA FOI SUR LA TERRE?


Ausgabe Nr. 14 Monat Oktober 1981
LA BANDE DES QUATRE


Ausgabe Nr. 11 Monat May 1980
APPEL DU 16.4.1979


Ausgabe Nr. 12 Monat June 1980
Vox FIDEl: LA VOIX DE LA FOl OU L'ORGANE DES SOUHAITS


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
CURRICULUM VITAE DE MGR. LOUIS VEZELIS O.F.M. (fr.)


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
Some Remarks concerning the Consecrations by Mgr. Ng-dinh-Thuc and Mgr. Carmona


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
ALGUNAS CONSIDERACIONES SOBRE LAS CONSAGRACIONES EPISCOPALES


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
BREVES OBSERVATIONS SUR LES SACRES EPISCOPAUX


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
THE APOSTOLIC CHAIR VACANT


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
MGR. LEFEBVRE AS PROPHET


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
STORM CLOUDS OVER THE WHOLE WORLD


Ausgabe Nr. 15 Monat Decembre 1981
LA TRADICION


Ausgabe Nr. 15 Monat Decembre 1981
POUR VOUS ET POUR TOUS - LE PROGRAMME DE JEAN-PAUL II


Ausgabe Nr. 15 Monat Decembre 1981
SECTE ORTHODOXE ?


Ausgabe Nr. 11 Monat August 1982
A ROMAN CATHOLIC BISHOP SPEAKS


Ausgabe Nr. 11 Monat August 1982
LE CAS BARBARA


Ausgabe Nr. 11 Monat August 1982
THE CASE BARBARA


Ausgabe Nr. 11 Monat August 1982
THE QUESTION OF THE PAPACY TODAY


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
I believe in the holy Catholic Church, the communion of saints


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
The apostolic succession crisis and the sacrament of order in relation to the 20th century apostasy to the church of Rome


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
La crise de la succession apostolique et le sacrement de l'ordre en relation avec l'apostasie du 20e sicle de l'glise de Rome


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
DECLARATION: On John Paul II's death


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
LA BULA DE PAULO IV


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2003
Pauls' IV. Bulle Cum ex apostolatus officio - Appendix


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
LA VALIDEZ CE LOS RITOS POSTCONCILIARES CUESTIONADA


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
PASCENDI DOMINICI GREGIS - CONTIN. 2


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
ENSEIGNEMENT DE PIE XII POUR DFENDRE LES CRITURES


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
PROCLAMATION CONCILIAIRE CONCERNANT LA LIBERT RELIGIEUSE


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
The second Book of accusation for heresy against the author of the new Catechism from 1992


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
The poignant Secret of Sister Lucy


Ausgabe Nr. 14 Monat Mai 2008
EL PROBLEMA DE LA RESTITUCION DE LA JERARQUIA CAT. 1.Cont


Ausgabe Nr. 14 Monat Mai 2008
EL PROBLEMA DE LA RESTITUCION DE LA JERARQUIA CAT. 2.Cont


Ausgabe Nr. 14 Monat Mai 2008
EL TEMA DE LA RESTAURACION DE LA JERARQUIA CATOLICA


Ausgabe Nr. 14 Monat Mai 2008
LA RESTAURACION DE LA JERARQUIA CATOLICA - BIBLIOGRAFIA


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2008
Der schmerzliche 'Ehebruch' der 'Braut Christi'


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
REPLICA AL ARTICULO 'APOSTASIA Y CONFUSION'


Ausgabe Nr. 15 Monat Juli 2008
DICTAMEN SOBRE UNA ELECION PAPAL EN LAS PRESENTES CIRCUNSTANCIAS


Ausgabe Nr. 15 Monat Juli 2008
ELIGENDUS EST PAPA


Ausgabe Nr. 15 Monat Juli 2008
THE DIVINE MERCY


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
The Holocaust Bar is too High


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
SATIS COGNITUM


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
Documents about the Case Williamson


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
Sedevacantists Believe in the Holy Roman Catholic Church‏


Ausgabe Nr. 12 Monat September 2009
Aeterni Patris, span


Ausgabe Nr. 12 Monat September 2009
Le bon sens catholique


Ausgabe Nr. 13 Monat Diciembre 2009
Festividad de Cristo Rey


Ausgabe Nr. 13 Monat Diciembre 2009
LEGLISE CATHOLIQUE-ROMAINE DE LA DIASPORA


Ausgabe Nr. 13 Monat Diciembre 2009
Estado de emergencia: afianzado en cemento


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2010
Im Eiltempo vom Abseits ins Aus


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2011
A. 6. c. Die nach dem Kirchenrecht den Neuerern zukommende Stellung.


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2011
A. 7. a-b Knnen Ppste zu Hretikern, Apostaten oder Schismatikern mutieren


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2011
Zum Beginn des neuen Jahrganges 2011


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2011
In memoriam Prof. Wendland


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
Clerical Abuse


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
E sarete come Dio (Gn. 3, 5)


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
SOBRE LA REALIDAD Y LA EXITENCIA DEL PURGATORIO


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2011
Der Wiederaufbau der Kirche als Institution


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2012
30 Jahre Sedisvakanz-Erklrung


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2013
Null und nichtig der Ritus der Bischofsweihe von 1968


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2015
Islamisches Recht (arīa) mit dem Grundgesetz vereinbar?(1)


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2017
Die Synode von Pistoja


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2019
Nachrichten, Nachrichten, Nachrichten...


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2020
Clerici vagantes oder Priester der kath. Kirche


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2020
Quo vadis?


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
The Errors of Vatican II and their defeat through Recognizing Christ as Son of God


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
But we all beholding the glory of the Lord with open face, are transformed into the same image


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
The Meaning of Art in the Religious Domain


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Los errores del Vaticano II y su superacin gracias al conocimiento de Cristo como Hijo de Dios


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Cmo se puede conocer a Cristo como Hijo de Dios: nuevas consideraciones


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Queda por responder la pregunta es Jesucristo el Hijo de Dios?


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Notas sobre el artculo Bienaventurados los puros de corazn porque ellos vern a Dios (Mt 5,8)


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Por eso, todos nosotros, ya sin el velo que nos cubra la cara, somos como un espejo que refleja la gloria del Seor;


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Jsus-Christ est-il le Fils de Dieu?


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Comment le Christ peut tre reconnu comme le Fils de Dieu


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
La question demeure: Jsus-Christ est-il le Fils de Dieu?


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Heureux les coeurs purs, car ils verront Dieu (Mt. 5, 8)


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Remarques sur le trait: Heureux les coeurs purs, car ils verront Dieu (Mt. 5,8)


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Limportance de lart dans le domaine religieux


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Informations de la rdaction


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Les erreurs de Vatican II


Ausgabe Nr. 9 Monat November 2020
Sptes Erwachen


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2021
Ankndigung


Ausgabe Nr. 4 Monat August 2021
Der Geist als Seele der Kirche - deutsch und spanisch


Ausgabe Nr. 1 Monat Januar 2022
Corona perennis Corona auf ewig?


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2022
Nachrichten, Nachrichten, Nachrichten...


Ausgabe Nr. 3 Monat Mai 2023
EINSICHT, Quo vadis? (Wohin gehst du?)


Ausgabe Nr. 4 Monat August 2023
Auf der Suche nach der verlorenen Einheit


Ausgabe Nr. 4 Monat August 2023
Hinweis auf die ERKLRUNG aus dem Jahr 2000


Ausgabe Nr. 4 Monat August 2023
Erklrung aus dem Jahr 2000


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Editors Notes


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
In Search of Lost Unity


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Note on the 2000 Declaration


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
The 2000 Declaration


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
En busca de la unidad perdida


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Nota sobre la Declaracin del ao 2000


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Declaratin del ao 2000


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
la recherche de unit perdue


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Rfrence la DCLARATION de lan 2000


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Dclaration de lanne 2000


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Auf der Suche nach der verlorenen Einheit


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Erklrung aus dem Jahr 2000


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2023
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 1 Monat Januar 2024
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2024
Papa haereticus eine Antwort auf H.H. Vigan


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2024
Leserbrief


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2024
Aspicite nobis illusiones englisch


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2024
Papa haereticus englisch


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
Meine Begegnung mit S.E. Erzbischof Pierre Martin Ng-dinh-Thuc


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
My Time with His Excellency, Archbishop Pierre Martin Ng-dinh-Thuc


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
Ma rencontre avec S.E. Mgr. Pierre Martin Ng-dinh-Thuc


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
Mi encuentro con Su Excelentsimo y Reverendsimo Arzobispo Pierre Martin Ng-dinh-Thuc


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
Il mio incontro con S.E. lArcivescovo Pierre Martin Ng-dinh-Thuc


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
DECLARATIO


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2024
EINSICHT quo vadis?


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2024
Can the Pope Change the Rite of Holy Week?


MISERICORDIAS DOMINI IN AETERNUM CANTABO, 1er continuation
 
Nourri, ds ma naissance, dans cette atmosphre vietnamienne du catholicisme combatif, jai accept sans rechigner dadopter la prtrise comme mon poste de combat en ce monde, nimporte quel poste, nimporte quelle mort. Je nai donc aucun droit rouspter si je suis, aujourdhui, un archevque, un ex-excommuni, autoris clbrer, chaque jour, la Ste Messe mais illogiquement non autoris entendre les confessions des rfugis vietnamiens incapables de se confesser en franais.

Voil lenvironnement racial et religieux. Et voici latmosphre familiale dont la Providence ma entour.
Je suis un Ng. Ng est un des noms de famille au Vietnam. Je crois ne pas me tromper en affirmant que le nombre des noms de famille viets ne dpasse pas cent. Le nom qui compte le plus de descendants est Nguyn, dont le rameau le plus fourni est la famille royale. Celui qui en compte le moins est le mien. Daprs la Lgende, les Ng sont les descendants de la premire famille royal autochtone du Vietnam indpendant. Ceci explique, peut-tre, un peu notre patriotisme et notre attachement notre terroir.
En dehors de la Lgende de notre extraction royale, aucun autre Ng na perc dans lhistoire du Vietnam jusqu lapparition de notre famille, apparition brillante mais tragique.

Aucun Vietnamien noubliera jamais le nom de NGO-dinh-Kh, mon pre qui souffrit mille morts pour navoir pas vot, avec les autres dignitaires de la Cour, la dchance de lempereur Thnh-Thi, impose illgalement par le reprsentant de la France en Annam (Vietnam central), le nom de notre an NGO-dinh-Khi, enseveli vivant avec son fils unique, pour avoir refus dtre un ministre dans le premier ministre communiste, car il regardait comme incompatible : tre catholique et fonctionnaire communiste. Plutt mourir que se souiller. Enfin, tous Vietnamiens connaissent et respectent le nom de NGO-dinh-Dim, pre de la Rpublique du Vietnam, et celui de NGO-dinh-Nhu et de NGO-dinh-Cn, collaborateurs du prsident, tous les trois tus par la C.I.A.

Deux NGO ont chapp cette tuerie organise par lambassadeur Cabot Lodge, un franc-maon : mon frre NGO-dinh-Luyn, alors ambassadeur Londres, sorti de lEcole Centrale des Ingnieurs (Paris), grce son loignement du Vietnam, et moi-mme, appel Rome pour participer au Concile de Vatican II. Luyn a 13 enfants et Nhu, 4. Jespre que malgr le dpaysement, puisque vivant en Europe, ils noublieront pas la tradition de notre famille : se dvouer totalement au service de Dieu et de la Patrie.
Jouvre ici une courte parenthse : que signifie ce mot dinh en sandwich entre NGO et le nom personnel comme Dim, Thuc ? Ce mot dsigne la branche de la famille car il y a des NGO-dc, des NGO sans sandwich comme le roi NGO-Guyn.

Mon pre, NGO-dinh-Kh, dont lenfance et la carrire ont t dj racontes dans Doce me , mrite le souvenir comme lhomme qui le premier a travaill introduire ltude du franais au Vietnam Central. Il la fait par patriotisme. A cette poque, les Franais, pratiquement, gouvernaient lAnnam. Or, selon les conventions entre la France victorieuse et les empereurs du Vietnam vaincus, lAnnam devait jouir du statut de Protectorat et non pas subir celui de Colonie, sort de la riche Cochinchine o les habitants taient sujets et non pas citoyens franais. Mais lAnnam, pratiquement, tait gouvern par le Rsident de France qui imposait, comme ministres du roi, ses domestiques qui parlaient un sabir franais appris quand ils servaient dans la cuisine de leur patron. Mon pre, alors, conut le projet denseigner le vrai franais dabord aux lettrs vietnamiens et, ensuite, aux jeunes vietnamiens de souche royale. Cest alors quil fonda le Collge national en Vietnam : Quo-hoo. Une aventure un peu foltre : les pres nobles , sa demande, lui donnaient seulement les enfants de leurs concubines et il lui fallait payer ces lves... Ceux-ci devinrent, plus tard, ministres...

Ainsi les fils des concubines de dernire classe des rejetons royaux furent les intellectuels de culture franaise comme docteurs en mdecine, dentistes, avocats, hauts fonctionnaires. Ce fut grce ces hommes, instruits par mon pre, que mes frres, lan NGO-dinh-Khi et le futur premier Prsident de la Rpublique du Sud-Vietnam furent protgs et gravirent les chelons du mandarinat avec facilit.
Mon pre fut choisi pour tre prcepteur du jeune roi Thnh-Thi et, plus tard, ministre de la Maison Impriale. Ces honneurs causrent de terribles preuves mon pre lorsque le Rsident gnral de France au Centre-Vietnam, Monsieur Levque, dpassant les attributions contenues dans le trait franco-vietnamien, dcida de dtrner Thnh-Thi, sous prtexte de folie, car ce jeune roi, intelligent et actif, ne pouvant se contenter du seul privilge de nommer des gnies tutlaires pour les villages, eut lide de militariser ses nombreuses concubines en leur enseignant les marches militaires et en les faisant manoeuvrer avec des fusils en bois. Tout ceci se passait dans la Cit Interdite, donc loin des yeux du vulgaire.

Le Rsident Levque fit runir illgitimement- les mandarins de la Cour et leur ordonna de voter, unanimement, pour la dposition du Souverain. Ces mandarins obirent, servilement, lexception de mon pre. Condamn la dgradation de tous ses titres mandarinaux, mon pre fut mis en prison et le Roi fut exil Madagascar. Le peuple vietnamien, devant cet abus de pouvoir et la lchet de la Cour, proclama que le seul opposant la dposition du Roi tait Ng-dinh-Kh. Le bannissement de mon pre ne fut lev qu la majorit de lempereur Duy-tn, un des fils de Thnh-Thi, qui restitua mon pre ses titres et ses droits la pension de retraite.

Ici, je crois devoir relater comment le Rsident de France choisit le nouveau Roi. Il fit aligner les nombreux rejetons mles de Thnh-Thi, leur enjoignit de faire une course pied, promettant une rcompense au vainqueur. Et celui qui arriva le dernier fut choisi comme Roi par le Rsident qui estimait quil tait le moins intelligent. En quoi il se trompait lourdement, car ce garon tait le futur Duy-tn, ennemi acharn de la France qui faillit chasser les Franais laide des volontaires destins aller combattre en France. Or, ce complot faillit, grce mon frre Ng-dinh-Khi.

Relch de la prison, mon pre, aprs une longue maladie, dut penser trouver le riz quotidien pour sa nombreuse famille, six garons et trois filles. Mandarin dune rigide honntet, la maladie engloutit ses pauvres pargnes. Il dcida donc dexploiter quelques arpents quil possdait dans le village dAncn, non loin de Hu. Je vois encore mon pre, accompagn dun de ses fils ou dune de ses filles, se rendre pieds chausss dune paire de sabots en bois fabriqus par lui-mme, faire les six kilomtres menant ses rizires, y surveiller le repiquage du riz, larrosage laide dune noria pdales, puis la moisson. Quand il tait fatigu, notre pre sarrtait en chemin sous lombrage dun taillis de bambous et, l, tout en fumant une cigarette quil roulait lui-mme, il nous racontait des histoires intressantes, tires de la Bible ou des livres de prix donns par les Frres des Ecoles Chrtiennes. Car mon pre tait un conteur-n, et ctait grce ce don quil gagnait de quoi fumer quand il tait sminariste Anninh et que ses camarades lui demandaient de raconter ou dinventer une histoire. Il exigeait alors, en rcompense, quelques cigarettes et charmait lauditoire par les rcits sortis de son imagination.

Nous vivions pauvrement mais dcemment. Je ne sais comment notre pre russit nous donner une maison un tage, chose rare en ces temps au Vietnam, entoure dun grand jardin. Mon pre, qui souffrait de rhumatisme aigu caus par le climat humide de Hu, avait ajout au rez-de-chausse un tage, pas trs haut, et nous y faisait coucher, pour nous protger de lhumidit, sur une natte tendue sur le plancher mme. Cest ainsi que tous les garons de la famille poussaient drus.

Le programme des jours de la semaine tait toujours le mme. Le matin, rveil six heures au son de la cloche de la cathdrale de Phu-cam notre paroisse. Garons et filles se prcipitaient la cuisine pour faire leurs ablutions puis prenaient lhabit, long jusquaux genoux (notre habit de crmonie), et suivaient notre pre la Sainte Messe, tous agenouills ses cts. Notre pre assistait la Messe les yeux ferms, les mains jointes mais promptes secouer les garons sils se montraient distraits. Il sapprochait quotidiennement de la Sainte Table, accompagn de ceux de ses enfants ayant fait leur Premire-communion. Il ne manqua presque jamais la Messe quotidienne, mme les jours de tempte et il nous inspira une dvotion profonde envers ce renouvellement du Sacrifice de la Croix en nous racontant, souvent, une histoire qui me semble tre lune des lgendes dores, que voici : Un seigneur avait deux pages dont lun tait son favori. Lautre commit quelque faute que ce seigneur dcrta encourir la mort. Cependant, il imagina le faire mourir dune manire clandestine. Dans ce dessein, il fit venir auprs de lui un homme dvou ses intrts, qui possdait un four chaux et lui ordonna dy jeter , le lendemain, le page qui irait lui porter une missive, ds le matin. Et, le lendemain, il appela le page condamn, lui donna un pli avec ordre daller le remettre au chaufournier. Le page se hta daller faire la commission mais, mi-chemin, il entendit sonner la Messe dans la chapelle qui se trouvait sur son chemin et, se rappelant de la recommandation de ses parents de ne jamais manquer la Messe, il entra et assista dvotement au Saint-Sacrifice. Or, le seigneur, impatient de savoir si lassassin avait excut son ordre, manda son page favori sen enqurir et lorsque le bourreau vit venir le messager, il sempara de lui et le jeta dans le four.
Aprs la Messe, nous rentrions pour le petit djeuner prpar par notre mre : un bol de riz assaisonn de sel, puis, sac au dos, nous partions pour lcole. Le repas de midi tait plus substantiel mais simple : du riz la place du pain, un potage ordinairement fait avec du poisson, la viande tant rserve pour dimanches et jours de fte, des lgumes, de temps autre un fruit comme dessert, fruit fourni par le jardin : ananas, prunes, caramboles. Le souper consistait en un seul plat, mais si la qualit et le nombre des mets faisaient souvent dfaut, la quantit ne manquait jamais. Ma mre, une excellente cuisinire, faisait des merveilles pour nous nourrir et changer les menus. Mon pre tait rigide sur ce point : il fallait manger, indiffremment, tout ce qui tait servi. Mon frre Dim, qui ne pouvait souffrir le poisson, tait forc de le manger comme les autres, malgr les vomissements qui le secouaient. Cette allergie au poisson, surtout au poisson sal, fut la cause de son abandon du noviciat des Frres des Ecoles chrtiennes, son grand regret, car le Frre-directeur du Noviciat dclara quil navait pas la vocation religieuse puisquil ne pouvait sastreindre la table commune. Le soir, 8 heures, aprs le souper, filles et garons, agenouills, nous rcitions les prires du Soir, puis, tendus sur notre plancher, nous nous endormions bercs par les Pater et les Ave Maria rcits par notre papa et notre maman...

Si notre pre tait toute droiture : une barre dacier, notre mre tait toute douceur, toute flexibilit, mais sans jamais la moindre concession au mal. Elle tait la charit personnifie, la modestie chrtienne mme. Elle ntait pas, comme lon dit, prchi-prcha, mais ses vertus taient les plus convaincants discours sur la bont du Christianisme. Notre famille eut nombre de domestiques, tous se sont convertis et sont rests de bons chrtiens.

La mre appartenait une famille de petite bourgeoisie, originaire du Quang-ngi, au del de Tourane, vers le Sud. Issue dune nombreuse famille, deux garons et trois filles, cest elle qui tint le rle de matresse de maison du vivant mme de notre bonne aeule et ce rle lui fut dvolu cause de son intelligence et surtout de sa douceur. Ses frres et soeurs la chrissaient. Le Pre Allys, cur de notre paroisse de Ph-cam, la connaissait et quand mon pre, veuf dune premire union, demanda ce Pre de lui indiquer une pouse, ce fut notre mre qui fut propose par le cur. Son savoir-faire fit delle la digne pouse dun Ministre de la Cour, la mre du Premier Prsident de la Rpublique du Sud-Vietnam.
Les vertus chrtiennes de nos parents furent le seul hritage laiss nous, hritage infiniment plus prcieux que titres de noblesse et valeurs pcuniaires car il nous procure la possession du Ciel, heredes Dei et coheredes Christi .

Les dernires annes de notre mre furent visites par une maladie qui lui laissa sa perspicacit desprit mais lui enleva le mouvement de ses membres infrieurs. Oblige, durant une dizaine dannes, vgter sur un lit, elle eut tout le loisir de se prparer la mort. Jtais, cette poque, devenu lvque de Hu, donc lvque de ma mre. Jeus le privilge de lui donner la Sainte-Communion tous les matins, vers 7 heures. Elle mourut Saigon, dans la demeure de ma soeur, mre de lArchevque-coadjuteur de Saigon. Ma mre ne connut pas lassassinat de mes frres. Elle partit vers le Ciel, un matin aprs avoir fait, comme dordinaire, la Sainte-Communion, dune hmorragie du cerveau, ge de plus de 96 ans. Ses funrailles attirrent des foules de sympathisants.



Avec mes frres et soeurs, nous vivions dans cette atmosphre de Nazareth , cest--dire de Foi , dans une mdiocrit aurea . Lan tait Ng-dinh-Khi qui devint plus tard gouverneur de la trs importante province de Quang-nam, limitrophe de Danang que les Franais appelaient Tourane. Province de rvolutionnaires et de grands Lettrs ; le premier ministre de la Rpublique Socialo-communiste du Nord : Phamvn Dong est originaire du Quang-nam comme ltait le grand pote patriote.

Mon an tait spar de moi par ma soeur Ng-thi-Giao et deux garons morts en bas-ge : Trae et Quynh. Ce qui explique le peu de relations entre nous, surtout quadolescent javais de trs rares rencontres avec mon an, tant sminariste et, plus tard, tudiant Rome tandis que mon an parcourait les divers chelons du mandarinat depuis le neuvime degr jusquau premier comme Gouverneur de Province. Cette course aux honneurs seffectuait hors de Hu, car la Tradition interdisait un mandarin dtre administrateur de sa province natale.

Aprs mon retour au Vietnam et mon ordination sacerdotale, nos relations devinrent plus frquentes. Je commenais estimer mon an qui, daprs la coutume vietnamienne est devenu notre second pre, soccupant de notre mre et de ses soeurs et petits frres. Physiquement, ctait un trs bel homme, lanc ; il tait respect et considr comme un prince. Mari une fille du duc de Phuc-mn, prsident du Conseil des Ministres pendant de longues annes, lhomme politique le plus marquant sous le rgne des derniers empereurs dAnnam, mon frre gravit les chelons du mandarinat par son propre mrite et, favoris par les mandarins, anciens lves de mon pre, sans rien devoir son beau-pre qui se gardait bien de le protger car Nguyn-hn-Ba, duc de Phuc-mn, ancien lve de mon pre et protg par lui au dbut de sa carrire, ne soccupait que de lui-mme. Cest pour cela quil steignit solitaire, assist de moi, son filleul, et conduit par moi au tombeau, moi qui navais jamais reu de mon parrain la moindre sapque.

La carrire mandarinale de mon an sacheva par une disgrce. Le Gouverneur-gnral dalors, Monsieur Pasquier si je ne me trompe pas a t fch contre le Gouverneur du Quang-nam qui ne se prsentait pas la station proche du chef-lieu pour lui prsenter ses respects (Mon frre navait pas t averti du passage du train du Gouverneur-gnral). Il se retira dignement, sans rcrimination, dans notre village de Phcam, deux pas de notre maison de famille. Il termina sa carrire comme un chrtien , enseveli vivant avec son fils unique pour avoir refus de collaborer avec les communistes athes qui lui avaient offert une place dans le Conseil des Ministres.

Ma soeur ane, Ng-thi-Giao, marie Monsieur Trong-dnh-Tung, tait une femme dun caractre trs gai, aimant la plaisanterie, les taquineries innocentes. Cet extrieur cachait une profonde charit. Cest pourquoi Dieu la fait mre de quatre religieuses, trois Soeurs de la Charit de St. Paul et une Amante-missionnaire de la Croix. Ces quatre religieuses taient de vraies religieuses, estimes des Evques-missionnaires qui les avaient comme collaboratrices, femmes nergiques et hroques bravant les fatigues et la mort pour obir aux Evques. Mgr Seitz, vque de Kontum, pourrait porter tmoignage de lloge que je viens de faire lencontre de deux de mes nices qui lont efficacement appuy dans le sige de Kontum par les Rouges. La cadette de mes nices religieuses mourut en odeur de saintet en France et repose avec ses Soeurs en religion dans la crypte leur appartenant au Grand-cimetire de Nice.
Ma soeur mourut de la tuberculose contracte en soignant mon beau-frre souffrant de cette maladie. Cest certainement grce elle que son mari mourut en bon chrtien. Dieu seul connat ses actes de charit, quelle cachait soigneusement, actes de charit qui lui cotaient cher parce quelle tait veuve et quelle ntait pas riche avec de nombreuses bouches nourrir.

Entre moi et mon frre Ng-dinh-Dim , le futur Prsident de la Rpublique du Sud-Vietnam, tait intercal un petit frre mort en bas-ge. Dim tait peut-tre celui que je connaissais le mieux quoique pas trs intimement cause de mon tat de sminariste et de ses charges de mandarin.

Mon frre Dim tait unique comme chrtien et comme autodidacte. Ntant pas son confesseur, je ne pouvais pas porter un jugement sur sa saintet appuy sur la confession sacramentelle, mais, du dehors, je nai jamais aperu dans sa conduite quelque chose contraire la loi de Dieu. Certes, il avait ses petits dfauts, de petits travers : il avait beaucoup defforts faire pour dompter ses colres, lui qui accomplit ses devoirs dtats linstar du plus austre moine, la vue de la ngligence des fonctionnaires sous ses ordres. La vertu qui clatait chez lui ctait la chastet, jamais un mot, un regard dplac, jamais ses yeux ne tombaient sur un roman douteux. Il se contentait des livres de la Bonne Presse. Son temps libre tait consacr sinstruire. Autodidacte, il navait eu des tudes rgulires que pendant quelques annes chez les Frres des Ecoles Chrtiennes, tudes couronnes par le diplme complmentaire acquis avec maxima cum laude et flicitations du jury, lge de seize ans et tremblant de fivre pendant lexamen.
Il possdait les caractres chinois et pouvait correspondre par lcriture chinoise avec les Chinois et les Japonais. Il exagrait, peut-tre, quand il dsirait se faire comprendre, quoiquil connt toutes les nuances de la langue franaise. Excs de zle. Excs pour la perfection. Son grand lit de camp tait environn dune palissade de livres de tous genres mais toujours srieux. Encore petit colier, il avait une chandelle ct de son lit, lui-mme se levait de bon matin, allumait sa chandelle et, dans la nuit, commenait tudier ses leons, faire ses devoirs. Il tait toujours le premier et premier en tous genres. Il fallait un homme pour ramener la maison sa moisson de couronnes de lauriers et ses gros livres de prix, aprs chaque fin danne scolaire.

Je ne lai jamais vu perdre son temps. Quand il devint haut-mandarin, avec un traitement meilleur, ses passe-temps furent la photographie et la chasse, mais jamais ces innocentes distractions nempitrent sur ses heures de travail pour le peuple et lEtat.

Sminariste, je rentrais chez moi pour les deux mois dt et me trouvais en famille, avec papa, maman, mes frres et petites soeurs. Mon frre an tait petit-mandarin hors de Hu, ma soeur ane ne mangeait pas avec nous mais dans la cuisine o elle nous prparait les repas.

Pendant ces vacances, mon frre Dim, alors quil ntait pas encore mandarin, samusait obliger mes deux petites soeurs et mes deux petits frres jouer la guerre . Dabord, il leur dessinait sur les lvres des moustaches avec un bouchon de lige calcin et les fusils taient faits du noyau central des grandes feuilles de bananier. Ctait dun comique ! mais Dim faisait tout srieusement et conduisait cette arme, compose de deux petits soldats et de deux petites soldates, en martelant le sol de leurs pieds nus : Un-deux, Un-deux. Gare aux soldat distrait, un coup de sabre sur le derrire le rappelait lordre. Tantt Dim occupait ses frres et soeurs faire un petit jardin.

Le soir, aprs le souper, nous tions runis, tous les enfants agenouills sur une estrade, chantonner nos prires du soir. Dim se promenait autour de lestrade et gare celui ou celle qui tait distrait ou dodelinait la tte, accabl par le sommeil. Les prires finies, les garons couchaient sur lestrade, les filles allaient coucher avec leur grande soeur dans la maison du milieu. Car notre habitation se composait de trois btiments principaux, le btiment du milieu, maison vietnamienne o couchaient les femmes. Laile droite tait une maison tage, occup en bas par notre pre et en haut par Dim et par moi. Laile gauche comportait le grenier riz et la cuisine o couchaient les domestiques. Plus loin, se trouvait la porcherie et la suite les meules de foin. Nous avions un trs grand jardin plant darquiers, de figuiers, de caramboliers, de pruniers. Grce ce trs grand jardin, nous nallions pas nous amuser dans la rue ou chez les autres. Nous ne sortions que pour la messe quotidienne et pour aller lcole, les filles pour se rendre au march.

Ce que je viens de raconter sur mon frre Dim pourrait induire le lecteur croire que mon frre tait toujours srieux. Loin de l, Dim tait parmi nous celui qui tait le plus sensible aux travers des autres. Il tait aussi trs habile imiter la dmarche, la voix des gens, ce qui excitait le rire. Notre mre, si charitable, ne pouvait sempcher de rire, ou plutt de sourire, quand Dim, un bton la main, tout courb, marchait et singeait son parrain, le mdecin Thuyn, et imitait sa manire de parler. Il tait alors dun comique achev. En cela, il tait un authentique Vietnamien qui, comme le Franais, est n moqueur, habile observer les travers des autres et les imiter.

Lenfant qui suivit Dim tait ma petite soeur Hip. Ctait la plus douce de la famille. La plus dvoue, la plus patiente aussi ; elle tait belle comme une madonne. Tout le monde laimait. Cest elle qui dchargea notre mre en soccupant des derniers-ns, Cn et Luyn. Elle les portait, leur donnait la becque, les berait dans le berceau en osier qui avait servi tous les petits Ng-dinh. Ce berceau tait suspendu par une longue corde au plafond en bois de la maison-du-milieu. Du berceau, lenfant pouvait apercevoir une grande image reprsentant le Pre Eternel, cloue sur la cloison qui dlimitait la petite chambre de notre mre, petite chambre qui avait vu la naissance de tous les petits Ng. L se trouvait aussi larmoire contenant des confitures de toutes sortes, faites par maman, ainsi que le vin fait avec des mres sauvages, fruits que tous les ans nous offraient les gens de notre village natal au Qung-Binh, province au nord de Hu dont cette ville est spare par la province de Qung-tri.

Ici, je dois marrter un moment pour expliquer une tradition sui-generis du Vietnam.
Mes frres et soeurs, comme moi-mme, tous sommes ns Hu qui est la capitale mystique de lAnnam et le chef-lieu de la petite province de Tha-Thin, mais nous sommes tous citoyens du village de Dai-phong o avaient vcu nos anctres venus du Nord, cest--dire du Thanh-ha et du Tonkin. A Dai-phong se trouvent leurs tombeaux. A la grande Maison communale, se trouvaient les registres contenant le nom de tous les mles inscrits du village. A la Maison communale, qui est aussi le temple, se trouvent les tablettes des gnies protecteurs du village, Protecteurs que lEmpereur octroyait chaque village. Ces Protecteurs, analogues aux Saints, protecteurs des villes en pays de chrtient, sont choisis parmi les hros vietnamiens, gnraux ou grands Lettrs, grands mandarins. A la Maison commune, se runissait le Conseil du village. Cette maison de Dai-phong tait connue par ses colonnes normes et hautes.

Nagure, avant que le Centre Vietnam ft bien peupl, des pionniers sous la conduite dun leader quittaient leur village dorigine pour essaimer ailleurs o se trouvaient espace et terres fertiles. Arrivs lendroit qui prsentait ces avantages, on faisait le partage de la terre, partage gal au nombre de pionniers. Le leader recevait une part plus ample pour compenser ses dpenses et son initiative. Chaque pionnier partageait son lot entre ses fils et ainsi de suite, jusqu ce que les lots ne suffissent plus nourrir leurs propritaires. Alors, comme font les abeilles, un essaim se dtachait de la ruche-mre et allait ailleurs fonder un autre village. Tout ceci explique les relations entre les villageois et les originaires du village habitant ailleurs. A linstar de notre pre qui quitta Dai-phong pour se fixer Hu mais conservait toujours son lot de rizire Dai-phong.

Il en consacrait les revenus pour soutenir lcole catholique du village et pour lentretien des tombeaux de nos anctres. Notre village se trouve dans le territoire quon appelait Les deux Sous-prfectures en vietnamien : Hai huyn clbres pour la fertilit de ses rizires. La province de Quang-Binh tait renomme pour avoir fourni la Patrie de grands citoyens, grce la profondeur de ses fleuves et la hauteur de ses montagnes.



Cette parenthse sur une originalit du systme communal vietnamien ferme, je reviens sur les membres de ma famille.

Aprs ma soeur, la douce Hip, venait son oppose, ma soeur Hong. Oppose au point de vue caractre, mais saimant beaucoup. De petite taille, mais bien proportionne, dune vive intelligence trs pratique, cest la seule, parmi nous, se constituer une belle fortune. Elle eut, comme mari, un garon appartenant une famille de notables de notre paroisse, la mme do est sorti le mari de Hip. Il sappelait L. Il tait entrepreneur, comme son pre. Energique, il gagnait de largent mais mourut relativement jeune de tuberculose, laissant ma soeur Hong avec une petite fille, marie plus tard M. Trn-trung-Dung, licenci en Droit, l`un des ministres de mon frre Dim. Ma soeur Hong, ltonnement de tous, devint aussi entrepreneur et russit. Elle mourut aprs avoir vu sa fille marie et mre dune petite fille. Jai assist ses derniers instants. Elle fut courageuse jusqu la fin.

Mon frre Cn est le seul, parmi mes frres ne possder aucune peau dne. Cela tait d sa sant bien branlante, des lenfance. Mais il reprsentait llment paysan parmi nous, presque tous intellectuels et mandarins. Le paysan vietnamien tait, comme le paysan franais, madr, pratique, terre terre. Cn parlait leur langage et savait se faire comprendre deux. Ce fut Cn qui organisa le parti politique puissant qui appuya la politique de mes frres Dim et Nhu. Il russit runir des fonds considrables, ncessaires pour toute organisation politique, par le commerce de la cannelle. Cn, sans aucun mandat politique, ne parlant pas couramment le franais, russit devenir le gouverneur occulte du Centre-Vietnam.
Il nest jamais sorti du pays. Il venait, rarement, Saigon. Il ne connaissait pas le Tonkin, mais il possdait des bateaux et maniait des millions de piastres. Ctait une puissance. Les gouverneurs officiels du Centre-Vietnam le consultaient sur ladministration du pays. Sa fin fut tragique mais hroque, en digne descendant des Ng.

Aprs lassassinat de mes frres Dim et Nhu par les soudards pays par les Amricains, Cn disparut de la circulation. Il fut dcouvert par un stratagme du consul amricain Hu un catholique. Sachant que Cn tait trs ami des Pres Rdemptoristes canadiens de Hu Cn avait donn des millions aux Pres Rdemptoristes pour la construction de leur belle glise de Hu -, ce consul prit contact avec le Pre Suprieur du couvent et lui dit :
- Je ne sais pas pourquoi M. Cn se cache. Nous navons rien contre lui. Si vous connaissez sa cachette, dites-lui quun avion amricain sera sa disposition pour se rendre Rome rejoindre son frre lArchevque.

Le Pre Suprieur consulta ses confrres et prit contact avec Cn. Cn consentit et exigea du Consul amricain un document en trois langues : franais, anglais et vietnamien, assurant aux F.F. Rdemptoristes et mon frre que le Gouvernement amricain amnerait mon frre Rome pour me rejoindre. Mais le jour convenu, un avion amricain descendit laroport de Ph-Bi, prs de Hu, prit mon frre bord, piqua sur Saigon et atterrit laroport Tn-son-Nhit Saigon pour remettre mon frre aux gnraux rebelles, assassins de mes frres. Voil la vraie politique amricaine, le vrai visage de la CIA per fas et nefas.
On mit mon frre au cachot, gard dans une cage jour et nuit. On lui fit un procs politique. On le condamna tre fusill. Tout cela a pu tre fait par une permission de la Providence de Dieu. Cn, il faut le dire, tait au point de vue religieux le moins catholique parmi nous. Il remplissait son devoir pascal, ne sendormait quaprs avoir dit son chapelet, assistait tous les dimanches et ftes la Messe, tait charitable, mais il ntait pas fervent et se limitait la seule Communion pascale. Dieu tolra le guet-apens dress contre lui par les Amricains et permit le procs inique contre lui afin quil pt mourir en chrtien.

Dans sa cage, pendant plus dun mois, il reut la Sainte Communion tous les jours, assist par un Rdemptoriste vietnamien, filleul de mon frre Dim. Il mourut, courageusement, le Rosaire dans une main et de lautre main indiquant son coeur aux soldats du peloton dexcution en criant : Visez ici ! Vive le Vietnam ! Sil a vcu chrtien peu fervent, il mourut en vrai catholique et Vietnamien sans peur.
Notre frre cadet Luyn est celui qui eut une ducation soigne et complte grce au dvouement de mes frres Khi et Dim. Aprs les tudes primaires chez les Frres Hu, il fut envoy en France 12 ans. Il entra en 6me au Collge de Juilly, chez les P.P. Oratoriens. Luyn tait trs intelligent, toujours le premier de sa classe. De la 6me, il sauta en 4me puis en 2me. Il obtint le baccalaurat et russit entrer lEcole Centrale des Ingnieurs Paris et en sortit ingnieur. Il rentra au Vietnam, fut directeur du Cadastre, dabord au Vietnam puis au Cambodge qui tait, alors, sous protectorat franais.

Quand mon frre Dim fut nomm Gouverneur du Sud-Vietnam, Luyn conduisit la Dlgation vietnamienne du Sud Genve, en Suisse, pour discuter sur la destine du Vietnam. Le Vietnam du Sud, isol, ne put viter la sparation davec le Nord-Vietnam qui, outre le Tonkin, engloba les provinces du centre jusqu la rivire Cua-Tung.

Le Vietnam du Sud, dirig par Luyn, refusa de souscrire aux accords de Genve mais ne put faire autrement que subir cet chec. Dim mit toute son nergie prparer la revanche par la formation dune arme forte, une administration modle, lunion du Vietnam du Sud, en balayant toutes les armes prives car, quand Dim, obtemprant aux instances de lEmpereur Bo-dai, remis sur le trne par la France, sinstalla Saigon ; cette ville nouvelle capitale avec ses environs immdiates tait la fief de Bay-Vin, un bandit. La province de Ty-ninh tait le fief des Caodastes, celle de Soetrang le fief des Hoa-ha.
Mon frre Dim confirma Luyn dans son rle dambassadeur, rle lui confi par Bo-dai, avec rsidence Londres, tout en reprsentant son pays en Belgique, Hollande, Autriche et Tunisie. Les relations entre Bo-dai et Luyn avaient commenc quand tous les deux taient en France, mon frre collgien Juilly et Bo-dai, prince hritier, habitant Paris, chez Monsieur Charles, ancien Rsident Suprieur de lAnnam, sous le rgne de Khi-dinh. Celui-ci avait confi le prince hritier M. Charles pour soccuper de son ducation. Jtais, alors, Paris, lInstitut Catholique, pour prparer une licence denseignement et, les dimanches, je conduisais Luyn passer ce jour de cong avec le prince hritier qui sappelait, alors, Vinh-Thay, dont le nom de rgne fut, plus tard, Bo-dai. Les deux garons jouaient ensemble aux billes et aux autres jeux.

Ces relations permirent Luyn dindiquer Bo-dai le choix de mon frre Dim la tche de sopposer labsorption du Sud-Vietnam par le Nord communiste gouvern par Ho-chi-Minh.

Grce son rle diplomatique en Europe, Luyn chappa au sort de mes trois frres rests au Vietnam et assassins par les gnraux flons pays par la CIA amricaine, tandis que moi-mme retenu Rome comme membre du Concile Vatican II, eus aussi la vie sauve quoique jeusse fait tout mon possible, auprs du Gouvernement du Sud et auprs S.S. Paul VI pour pouvoir retourner Hu, vivre ou mourir avec mes ouailles tant leur Pasteur comme Archevque.

Luyn est, aujourdhui, la tte dune famille de douze enfants. Le 13me, une fille, mourut dans un accident dauto en 1978. Les ans sont maris ou bien gagnent leur vie part. Il ne reste Luyn que les derniers, deux garons et deux jeunes filles. Luyn, vieilli et dune sant fragile, reste toujours fidle notre Sainte Religion et communie tous les dimanches. Il a une bonne mmoire et jessaie de le convaincre dcrire ses Mmoires politiques, car il connat, parfaitement, le sujet tandis que moi-mme moccupais, exclusivement, de mes devoirs dvque.

Aprs ces quelques pages consacres mes parents et mes frres et soeurs, je reviens aux souvenirs de ma pauvre vie, vie comble des misricordieuses attentions du Bon Dieu.

Jai racont, brivement, mes tudes Rome, Paris, les dbuts de mon ministre sacerdotal Hu, dabord professeur chez les Frres vietnamiens (congrgation fonde par mon pre spirituel Mgr Joseph Allys, vicaire apostolique de Hu), sous le supriorat du Pre H-ngoc-Cn, plus tard premier vque de Bn-Chu, au Tonkin. Devenu professeur au Grand Sminaire de Hu, directeur officiel du Collge secondaire de la Providence de Hu, je fus ensuite nomm Vicaire apostolique Vinhlong. Ce Vicariat contenait les provinces du Vinhlong, de Bentri et une petite partie de Sadec territoire dtach du Vicariat apostolique de Saigon quon appelait, autrefois, Vicariat de la Cochinchine occidentale, tandis que le Vicariat apostolique de Quinhon se dnommait Vicariat apostolique Oriental et celui de Hu, Vicariat apostolique Septentrional.

Mon Vicariat possdait, en 1938, date de ma possession, une soixantaine de prtres et moins de 100.000 catholiques sur plus dune million dhabitants. Pays de beaux jardins et surtout de bonnes rizires. Nos prtres de Cochinchine sont de caractre affable et simple ; ils ne sont pas crmonieux et compliqus comme ceux du Tonkin parce que les Cochinchinois taient de la race des colons envoys pour coloniser le Sud-Vietnam arrach aux Cambodgiens et aux Chams, tandis que les Vietnamiens du Centre (dont je suis) sont des gens srieux, durs au travail, car le Centre nest pas fertile comme le Sud : pays pauvre, race courageuse et rflchie. Ctait le Centre qui fournit les gouvernants du Vietnam et, aussi, les rvolutionnaires, tels Ho-chi-Minh.

Cela sest vrifi aussi du point de vue ecclsiastique. Parmi les quatre premiers vques vietnamiens, trois taient du Centre : Mgr Dominique H-ngoc-Cn, Mgr L-h-T et moi-mme. Un seul, le premier, tait du Sud, Mgr Nguyn-ba-Tong. La Cochinchine, pays trs riche, tait administrativement, lors de ma promotion comme vque de Vinhlong, une Colonie franaise. Les Cochinchinois taient sujets franais et bon nombre dentre eux obtinrent la nationalit franaise, dont ils taient fiers, regardant leurs compatriotes du Centre, qui ntaient que protgs franais comme citoyens de deuxime degr appels, par drision : bn , cest--dire : peuple des jonques, faisant allusion aux rameurs de jonques venant du Nord et du Centre-Vietnam au Sud pour commercer.

Or, comme premier vque indigne, le St-Sige a jet les yeux sur un bn fils de jonquier (quoique je sois fils dun ministre de lEmpereur et docteur des Universits de Rome). Les Franais de Cochinchine stonnaient aussi de ce choix, et un journal franais de Cochinchine prdisait un avenir trs triste pour le nouvel vch, car confi un fils de nophytes cet vch risquait de perdre la Foi qui tait lapanage des Franais... Or, je ne connaissais pas cette mentalit des gens du Sud et me trouvais, seul de mon espce, sans ami, sans connaissance. Peut-tre cette ignorance me sauva-t-elle, car je me conduisis simplement comme un frre parmi dautres frres. Ne connaissant aucun prtre en particulier, je les traitais en amis.

Comme je lai dit dans les premires pages de Misericordias , Mgr Dumortier, vicaire apostolique de Saigon, charg par le St-Sige de constituer le personnel du nouveau Vicariat apostolique de Vinhlong, a pris chez lui la fleur du clerg cochinchinois et retir tous ses missionnaires franais. Jarrivais Vinhlong, ville-sige de lvch, sans une maison pour lvque, sans un prtre pour me recevoir car le cur de Vinhlong, un missionnaire, tait parti rejoindre la France, en cong.

Tous les prtres du nouveau Vicariat mont reu lglise de Vinhlong pour la crmonie dobissance puis nous avons djeun ensemble avec Mgr Dumortier et tout le monde partit rejoindre ses chrtiens. Je restais seul, nayant personne pour prparer le souper... Javais encore la grippe, javais avec moi mes deux grands frres Khi et Dim. Dans le petit presbytre sans cur, il ny avait quun seul lit. Jamenai mes deux frres chez le chef de la paroisse, un gros richard qui sappelait Nui. Riche ne signifie pas toujours charitable ; il indiqua mes frres deux bancs de bois nu. Mes frres, le ventre vide, mais fatigus par le long voyage du Centre-Vietnam jusqu lOuest de la Cochinchine, se jetrent sur les bancs tout habills et furent plongs dans un lourd sommeil.

Rentr au presbytre, je mtendais sur mon lit, sur une simple natte. Cest ainsi que se passa mon premier contact avec mon sige piscopal. Javais 41 ans. Jtais loin de prvoir que Vinhlong deviendrait ma consolation, que son clerg maiderait de tout coeur organiser ce no mans land et que nos rapports seraient trs fraternels, enfin que de Vinhlong jirais travailler, les mains vides, la fondation de lUniversit de Dalat : miracle de la bont de Dieu envers les descendants de trois sicles de martyrs.

Mes dbuts Vinhlong taient trs simples : trouver un cuisinier. Ma famille menvoya de Hu le cuisinier Vinh, trs bon cuistot mais trs ami de lalcool de riz : le chum-chum des troupiers franais, puis ma mre fit le sacrifice du petit cuisinier, ancien gardien de chvres, quelle avait form elle-mme. Il sappelait An, son pre tait aussi le cuisinier du Pre Stoefler, Alsacien, successeur de Mgr Allys la cure de Phcam. An tait bon cuisinier, intelligent, mais dun caractre grincheux ; il me fallait, de temps temps, lui passer quelques sous pour faire apparatre un petit sourire sur ses lvres. Javais aussi un jeune boy, il se nommait Tri et tait le neveu de ma mre. Chez nous, servir un cur tait considr comme un honneur, comme un aide et non pas comme un serviteur ou domestique. Tri tait dou dune paresse extraordinaire. Mon oncle, qui tait son pre, tait lhomme le plus patient du monde. Dans sa petite famille, il tait brim par sa femme et peu respect par ses enfants et il en avait une ribambelle. Excd par la paresse de Tri, son an, la seule solution pour sen dbarrasser tait de me le confier. Or, Tri balayait lvch une fois la semaine, lexception cette rgle taient les visites du Prsident de la Rpublique, mon frre Dim. Donc, pratiquement, pour que rgnt la propret lvch, je balayais moi-mme, chaque jours, la maison. Tri se clotrait alors dans sa petite chambre o rgnait un dsordre indescriptible.

Selon la loi ecclsiastique et les coutumes dans les Missions, quand le Saint-Sige, cest--dire la S. Congrgation de la Propagande, dcide la cration dun nouveau vicariat apostolique dont ladministration est confie un prtre autochtone, lvque missionnaire abandonne ce prtre la partie dj bien organise de lancien vicariat, donc possdant sminaire, cathdrale et, naturellement, vch. Largent liquide en caisse tait aussi partag.

Pour le vicariat de Vinhlong, dtach de celui de Saigon confi, jadis, aux Missions Etrangres de Paris et gouvern par le saint Mgr Dumortier, le contraire sest produit. Mgr Dumortier gardait la partie organise et me laissait la partie en friche : je navais, ni cathdrale, ni vch, ni sminaire. Et comme le Saint-Sige avait commis au mme vque le soin dorganiser les deux vicariats, Mgr Dumortier mit dans son diocse de Saigon les prtres les meilleurs et Vinhlong ceux de moindre valeur et mme quelques-uns la vertu douteuse.

Pour largent, Saigon qui possdait des plantations de hvas et des rizires, en avait beaucoup. Or, Mgr Dumortier, fidle ladage : la charit commence par soi-mme, eut toute une anne pour dpenser les fonds du diocse en faveur des oeuvres dans les paroisses dpendant de son futur vch. Le rsultat fut ceci : il ne restait plus, dans le coffre-fort de la Mission Saigon, que 30.000 piastres, reliquat des millions que possdait la Mission-mre avant la sparation en deux missions. Et Mgr Dumortier avana ce principe de division : largent doit tre partag daprs la superficie de chaque Mission. Quoique peu au courant de ltendue exacte des deux missions, jtais certain que la mission de Saigon avait une superficie au moins triple de celle de Vinhlong. Fort de cette vidence, je dis Mgr Dumortier que, daprs son critrium, non seulement je naurais un sou de ces 30.000 piastres, mais que je devrais lui remettre encore de largent. Or, je navais pas un sou dans la poche puisque la mission de Vinhlong commenait sans un sou vaillant. Daprs moi, il serait plus quitable de rpartir les fonds daprs le nombre de chrtiens. On porta le litige Rome et Rome dcida que mon critrium tait juste. Jempochais donc 10.000 piastres. Cest avec ce pcule misrable que la Mission de Vinhlong commena sa vie. Mgr Dumortier dut encore acheter pour moi une demeure, une maison un tage dans un petit jardin comme vch. A moi de trouver de quoi construire un petit sminaire et, plus tard, un grand sminaire. Pour le moment, on me permettait denvoyer nos grands sminaristes Saigon.

Comme moyen de locomotion pour faire un tour de ma Mission et prendre contact avec mes prtres, je navais que ma bicyclette, une machine solide mais lourde venant de la Manufacture des Armes et Cycles de St-Etienne. Mais la Mission de Vinhlong comprend deux provinces et le tiers dune autre. On ne peut la visiter commodment en cycle. Et, avec ma bicyclette, javais dj fait une envole, devant ma cathdrale provisoire, quand sur mon coursier de fer, jexcutai un vol et maplatis devant le portail de lglise o le cur se tenait avec ses enfants de choeur, pour me recevoir, le goupillon la main. Mais cet incident fut providentiel car cet envol piscopal fut connu Saigon et les anciens lves des Frres, qui ont un beau collge Saigon, se cotisrent pour moffrir un vieux tacot, une Citron, moi un ancien lve du Collge Pellerin de Hu.

O trouver un chauffeur ? et avec quoi le payer ? o le loger ? A ces trois questions, je trouvais une unique solution : lorsque je pars en visite, ce sont les curs qui me donnent manger et dormir, donc mon cuisinier na plus rien faire. Pourquoi ne pas en faire mon chauffeur ? Le Pre provicaire de Vinhlong, le bon Pre Dang, un naturalis franais, trs dbrouillard et trs pieux, me prta son chauffeur pour initier mon cuisinier An aux mystres de lauto. An obtint son permis de conduire sans examen, les examinateurs len dispensant sur lassurance de lvque qui en prenait toute responsabilit future.

An conduisait trs bien et tait plus fier dtre chauffeur que dtre un matre-coq. Surtout lorsque lvque de Vinhlong eut sa Mercds, sa Versailles et sa jeep, les deux dernires voitures : cadeaux de bienfaiteurs, le Mercds acquise par moi-mme, grce lpargne des devises fortes alloues moi par notre gouvernement pour mes voyages ltranger, surtout pour rpondre aux convocations du Saint-Sige pendant le Concile Vatican II.

Me voici donc pourvu dune demeure, petite mais suffisante pour moi, pour mon secrtaire et mes deux domestique, avec quelques cellules pour les htes de passage. Il me fallait, quand mme, un cur pour la paroisse de Vinhlong. Je dus crire Mgr Dumortier lui demandant un prtre. Il eut la bont, ou peut-tre la chance, de se dbarrasser dun prtre douteux, en menvoyant le Pre H. qui, extrieurement, ressemblait St-Louis de Gonzague mais qui, rellement, tait un dtraqu sexuel et un voleur de grand chemin. Je ne lai su que trop tard. Il est mort, paix son me !

Je fus oblig de renvoyer Mgr Dumortier un jeune vicaire jeune vu lge, mais vicieux depuis des annes. Mgr Dumortier ne put ne pas laccepter. Du reste, peu aprs, ce pauvre garon jeta sa soutane aux orties. Ce fut mieux ainsi. Il gagna sa vie comme matre dcole grce lenseignement reu au petit sminaire.

Mgr Dumortier sattendait dautres renvois de ma part mais comme ces cas, certes malheureux, ntaient pas de notorit publique, je me contentais dadmonester les coupables en secret ou de les envoyer faire une retraite. Etant originaire du Centre-Vietnam, o des cas pareils taient rarissimes, jtais berlu en dcouvrant tant de faiblesses. Jen parlais Mgr Dumortier. Voici sa rponse : Cest parce quil fait trop chaud en Cochinchine. Peut-tre avait-il raison. La chaleur humide continuelle dtend tout nergie. Sans recours une prire continuelle et humble, sans une dvotion authentique Notre Mre la trs Pure, impossible de ne pas tomber. Mais mes fidles, aimant beaucoup leurs prtres, fermaient souvent les yeux.
Comme remde cet tat de choses, jai commenc de suite convoquer mes prtres, chaque mois, chez le doyen du district, pour une retraite spirituelle srieuse, de 7 heures du matin jusqu midi, je faisais le prdicateur. La retraite finissait au djeuner et, ensuite, jexaminais les cas rsoudre, faisais les recommandations ncessaires, rpondais aux questions ou difficults poses par les confrres. Jappliquais ce programme chacun des quatre doyenns. Ces visites rgulires entretenaient la charit mutuelle, la confiance en lvque et la connaissance directe des nouvelles de notre Mission (mission veut dire Vicariat apostolique). Ainsi, sil y avait intervenir, je pouvais le faire de suite. Mes prtres commenaient aussi connatre leur vque qui, quoique venant du Centre-Vietnam, sadaptait vite la mentalit du Sud. Je nai jamais eu de litige avec mes prtres, ils avaient confiance en moi, surtout en ma discrtion. Lvque ne doit jamais montrer de partialit envers nimporte lequel de ses confrres. Les remontrances doivent tre faites en secret. Le visage de lvque doit tre toujours serein, gai avec tous gaudete cum gaudentibus flete cum flentibus. Jai aim sincrement tous mes prtres et je crois quils me rendaient la pareille.

La grande qualit des prtres de Cochinchine (donc ceux de mon vicariat) tait, et est encore, je lespre, de ne pas soccuper des autres. Si vous demandez lun deux ce quil pense dun confrre Un-tel, il vous rpondra : Monseigneur, je nen sais rien. Il est sincre en le disant, il ne cherche pas voir les dfauts de ses confrres. Evidemment, il y a des cas de scandale public. Alors, lvque na pas besoin de les interroger mais de surveiller, avec charit, ses subordonns.

Quelquefois, je recevais des lettres anonymes. Il ne faut pas y croire de suite, la patience, la longanimit portent fruit. Mais si la dnonciation a un fond, je fais venir le confrre incrimin et, entre quatre yeux, je lui dcouvre les accusations portes contre lui et je le prie de se dfendre, car le prtre, dans une paroisse, est trs jalous. Aprs avoir entendu ses dngations, je lui montre les preuves envoyes moi par son dnonciateur ou sa dnonciatrice, par exemple, une lettre crite de sa main. Il ne peut donc plus nier le fait. Alors, je lui fais une rprimande en allguant des raisons spirituelles : offense Dieu, sacrilge pour messes dites en tat de pch mortel, scandale, strilit du ministre, cela sans montrer de colre, mais une grande compassion. Enfin, lui demander dindiquer la punition spirituelle quil encourt : par exemple une retraite spirituelle dune semaine ou dun mois dans un monastre ou un changement de poste. Je nai eu qu me louer de cette manire de faire.

Le prtre est si expos, il est si seul. Si lamour de Dieu ne rgne pas en matre en son coeur, il doit sattendre des chutes car les occasions sont si multiples, les gens ont tant de confiance en leur cur et laiment beaucoup. Enfin, il y a la chaleur touffante qui nerve tout le monde... et le diable qui fait admirablement son mtier. Cest presque toujours le sixime commandement et le neuvime qui tentent le prtre. Rarement le septime, mais cela arrive, le plus souvent pour avoir les moyens de satisfaire des penchants vicieux.

Au Nord, il y a un vice qui tente le prtre, cest lalcool de riz (le chum-chum). On y fait macrer de la cannelle ou dautres racines pour le rendre plus fort et cest le vice affreux de livrognerie. Ce vice attaque aussi les missionnaires, beaucoup plus souvent que la luxure. Ceci dit la louange de nos pres dans la Foi.

 
(c) 2004-2018 brainsquad.de