54. Jahrgang Nr. 4 / Juni 2024
Datenschutzerklärung | Zum Archiv | Suche




Ausgabe Nr. 9 Monat November 2004
Widerstand? - Fehl(er)anzeige!


Ausgabe Nr. 11 Monat Dezember 2004
Notstand: einbetoniert ... oder doch: Extra Ecclesiam salus est?


Ausgabe Nr. 1 Monat Januar 2005
Misericordias Domini in aeternum cantabo - Autobiographie von Mgr. Pierre Martin Ngô-dinh-Thuc, Erzbischof von Hué, übersetzt von Elisabeth Meurer


Ausgabe Nr. 1 Monat Januar 2005
DECLARATIO


Ausgabe Nr. 1 Monat Januar 2005
Öffentliche Verkündigung der DECLARATIO


Ausgabe Nr. 2 Monat Februar 2004
Enzyklika Mystici Corporis


Ausgabe Nr. 4 Monat April 2004
Offener Brief an H.H. Bischof M. Pivaruns


Ausgabe Nr. 6 Monat Juli 2004
Eberhard Heller: Der Fall Y. Yurchik: Aufnahme in die röm.-kath. Kirche?


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2005
Zum Tode von Johannes Paul II.


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2004
L’ERREUR FONDAMENTALE DE VATICAN II


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2004
Some Remarks concerning the Consecrations by Mgr. Ngô-dinh-Thuc and Mgr. Carmona


Ausgabe Nr. 8 Monat Oktober 2004
Open Letter to most Reverend Bishop M. Pivarunas


Ausgabe Nr. 8 Monat Oktober 2004
ROTHKRANZ Y LAS INVESTIGACIONES...


Ausgabe Nr. 10 Monat Dezember 2004
EL ERROR PRINCIPAL DEL VATICANO II


Ausgabe Nr. 10 Monat Dezember 2004
La libertad religiosa, error del Vaticano II


Ausgabe Nr. 10 Monat Dezember 2004
EL HABITO HACE AL MONJE


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
HABEMUS PAPAM?


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
La libertad religiosa, error del Vaticano II


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
Sobre la situacin actual de la Iglesia


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
A propos de la situation actuelle de lEglise


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
A commentary on the present situation of the Church


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2006
Am Scheideweg


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2006
Autobiografa de Monseor P. M. Ng-dinh-Thuc - Prologo


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2006
Autobiografia II


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2006
Apendice II - Documentos


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2003
ber das Papsttum der Rmischen Bischfe


Ausgabe Nr. 4 Monat April 2003
Surrexit Christus, spes mea


Ausgabe Nr. 4 Monat April 2003
La silla apostlica ocupada


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2003
ber das Papsttum der Rmischen Bischfe


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2003
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 6 Monat Juli 2003
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 7 Monat September 2003
Der Hauptirrtum des II. Vatikanums - Vorwort


Ausgabe Nr. 7 Monat September 2003
ber den Papst


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
LEglise Catholique-Romaine de la diaspora


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
Sobre la situacin actual de la Iglesia (esp.)


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
A propos de la situation actuelle de lEglise (fr.)


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
A commentary on the present situation of the Church (engl.)


Ausgabe Nr. 10 Monat Dezember 2003
Warum kein islamischer Religionsunterricht


Ausgabe Nr. 11 Monat December 2003
Reflexiones sobre la fiesta de Navidad


Ausgabe Nr. 11 Monat December 2003
The Apostolic See Occupied


Ausgabe Nr. 11 Monat December 2003
The Episcopal Consecration of Fr. Guerard des Lauriers


Ausgabe Nr. 11 Monat December 2003
Mgr. Lefebvre est-il vque ou simple lac?


Ausgabe Nr. 3 Monat Juni 1971
Zur Frage der Gltigkeit der heiligen Messe


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2002
Ich bin allein


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2002
Buchbesprechung


Ausgabe Nr. 2 Monat Mars 2002
Alla ricerca dellunit perduta


Ausgabe Nr. 2 Monat Mars 2002
In Search of lost unity (engl/spa)


Ausgabe Nr. 3 Monat Mai 2002
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 5 Monat September 2002
Der Apostolische Stuhl


Ausgabe Nr. 5 Monat September 2002
Die Weihe von P. Gurard des Lauriers zum Bischof


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
How can you be a christian without Church?


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
Le Sige apostolique < occup >


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
La conscration piscopale du P. Gurard des Lauriers


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
La sede apostolica


Ausgabe Nr. 8 Monat December 2002
La consacrazione di P. Gurard des Lauriers a vescovo


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
LA IGLESIA CATOLICO-ROMANA EN LA DIASPORA


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
Ha permitido Roma el viejo rito misal


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
A la recherche de l'unit perdue


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2001
Christus erstand, Er, mein Hoffen


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2001
Auf der Suche nach der verlorenen Einheit


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2001
Offener Brief an H.H. P. Perez


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2001
SOLO LA VIEJA MISA


Ausgabe Nr. 4 Monat September 2001
Anmerkungen zum Briefwechsel mit H.H. Pater Perez


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2000
VIVA EL CHRISTO REY! - STATIONEN EINER REISE DURCH MEXIKO -


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2000
ERKLRUNG


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2000
Abri der modernen Geschichte der katholischen Kirche in Mexiko


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2000
SER CRISTIANO SIN IGLESIA? - UNA PONENCIA-


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2000
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 4 Monat Nov.-Doppel-Nr.4/5 2000
EIN NICHT UNFEHLBARER PAPST


Ausgabe Nr. 4 Monat Nov.-Doppel-Nr.4/5 2000
VIVA CRISTO REY! -ESTACIONES DE UN VIAJE POR MJICO-


Ausgabe Nr. 4 Monat Nov.-Doppel-Nr.4/5 2000
Religin en Mjico


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2000
MITTEILUNGEN DER REDAKTION (dt/espa)


Ausgabe Nr. 7 Monat Mrz 2001
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1999
Der Papst steht in der katholischen Kirche nicht zur Disposition


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1999
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1999
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1999
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 2000
Die Weissagung


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 2000
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 8 Monat November 1971
SCHACHER MIT DER MESSE


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 1972
QUELLEN DER GLAUBENSLEHRE


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1998
Appell an den Redakteur der EINSICHT


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1998
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1998
UNFEHLBAR UND FEHLBAR ZUGLEICH


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1998
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1998
Kirchensteuer und


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1998
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 11 Monat April-Sondernummer 1998
DECLARATIO


Ausgabe Nr. 11 Monat April-Sondernummer 1998
ERKLRUNG S.E. Mgr. Pierre Martin Ng-dinh-Thuc


Ausgabe Nr. 11 Monat April-Sondernummer 1998
CURRICULUM VITAE DE MGR. PIERRE MARTIN NG-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 11 Monat April-Sondernummer 1998
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1998
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1999
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1997
SEKTIERERTUM ALS VORGABE


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1997
DIE RESTITUTION DER KIRCHE ALS RECHTSGEMEINSCHAFT


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1998
ZUM PROBLEM DER RESTITUTION


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1993
DER HL. ALBERTUS MAGNUS


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1994
Offener Brief an Herrn Jean-Gerard Roux


Ausgabe Nr. 4 Monat November 1996
VERSINKT DER KATHOLISCHE WIDERSTAND IM SEKTIERERTUM?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1995
Anhang: Die wichtigsten uerungen des Lehramtes zu Thomas von Aquin


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1995
NUR NOCH AUSLAUFMODELL?


Ausgabe Nr. 5 Monat Mrz, Doppelnr. 5-6 1996
IN MEMORIAM H.H. PFR. FRANZ MICHAEL PNIOK


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1994
Nachruf auf Herrn Jean Andr Perlant


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
La Santisima Trinidad


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1994
ber die geistliche Vollkommenheit


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 1992
ARCHBISHOP NGO-DINH-THUC MARTYR FOR THE FAITH


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1992
DECLARATIO DE CONSECRATIONIBUS EPISCOPORUM


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1992
Zum Problem der gegenwrtigen Vakanz des rmischen Stuhles


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar-Mrz 1993
Zum Problem der gegenwrtigen Vakanz des rmischen Stuhles


Ausgabe Nr. 4 Monat Mai 2006
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1991
EIDESSTATTLICHE ERKLRUNG


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1991
ZUM TODE VON HERRN ANACLETO GONZALEZ FLORES


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1991
IN ERINNERUNG AN BISCHOF MOISS CARMONA RIVERA


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1992
ZEHN JAHRE SEDISVAKANZERKLRUNG S.E. MGR. P. M. NG-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1992
EIDESSTATTLICHE ERKLRUNG lat/dt/engl/fr/span/ital


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1992
ZEUGNIS DES GLAUBENS - ZUM PROBLEM DER GEGENWRTIGEN VAKANZ DES RMISCHEN STUHLES -


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1990
WEITERE EINZELHEITEN ZUR ENTFHRUNG VON S.E. MGR. NGO-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1990
ZUR PROBLEMATIK DER RESTITUTION DER KIRCHLICHEN HIERARCHIE


Ausgabe Nr. 8 Monat Mrz 1989
APPELL AN SEINE MITBRDER


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai/Juni 1987
DER BRUCH FAND NICHT STATT!


Ausgabe Nr. 7 Monat April-Sondernr 1988
KIRCHE OHNE RELIGION UND RELIGIONSLOSE KIRCHEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Mrz 1988
KIRCHE OHNE RELIGION UND RELIGIONSLOSE KIRCHEN


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1985
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 3 Monat Juli 1985
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar/Mrz 1986
BITTSCHREIBEN AN UNSERE BISCHFE


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1984
LESERBRIEFE, LESERMEINUNG...


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1984
ZUR BISCHOFSWEIHE VON MGR. GNTHER STORCK


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1985
ZEIGE MIR, HERR, DEINE WEGE


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2006
Wenn die Kirche nicht gttlich wre... 2. Fortsetzung


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1983
Die Ereignisse der beiden letzten Jahre


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1983
EINIGE ANMERKUNGEN ZU DEN VON MGR. NGO-DINH-THUC UND MGR. CARMONA GESPENDETEN BISCHOFSWEIHEN


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1983
DIE ANGRIFFE


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1983
ZUM PROBLEM DER BISCHOFSWEIHEN UND DER DECLARATIO VON S.E. ERZBISCHOF NGO-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1983
BRIEF VON HERRN REKTOR A.D. OTTO BRAUN AN DIE REDAKTION


Ausgabe Nr. 7 Monat Mrz 1984
Eine Erklrung von Mgr. M.L. Gurard des Lauriers


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1982
BRIEF AN S.E. MGR. PIERRE MARTIN NG-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1982
NACHRUFE


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1982
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 2 Monat August 1982
ERZBISCHOF PETER MARTIN NGO-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 2 Monat August 1982
H.H. PFARRER JOSEF LEUTENEGGER IN MNCHEN


Ausgabe Nr. 3 Monat Oktober 1982
EINIGE ANMERKUNGEN ZU DEN ... GESPENDETEN BISCHOFSWEIHEN


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1982
STURMWOLKEN BER DER GANZEN WELT


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 1982
DECLARATIO


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 1982
Declaration concernant Palmar


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 1982
CURRICULUM VITAE DE MGR. PIERRE MARTIN NG-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1981
BRIEF AN MSGR. LEFEBVRE


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1980
SECTE ORTHODOXE?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
QU'EST-CE DIRE: LA NOUVELLE MESSE PEUT TRE VALIDE ?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1980
LETTRES


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1980
REPONSE DE HR L'ABBE HANS MILCH AUX QUESTIONS


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1981
QUE SIGNIFIE LA COEXISTENCE DES RITES PRE- ET POSTCONCILIAIRES


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1981
KANON 188, 4 DES CIC


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1981
Protestation de Foi Catholique - franz/deutsch


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1981
LO UNICO QUE QUEREMOS ES LA MlSA TRIDENTINA


Ausgabe Nr. 7 Monat Dezember 2006
Und ihr werdet sein wie Gott


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1979
BRIEF AN MGR. LEFEBVRE


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1979
OFFENER BRIEF AN HERRN PROF.DR. HEINZ KREMERS


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1980
POUR VOUS ET POUR TOUS - LE PROGRAMME DE JEAN-PAUL II


Ausgabe Nr. 1 Monat Juni 1978
Konzil von Trient: Dekret ber das Sakrament der Eucharistie - ERLSUNG


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1977
DIE LITURGISCHE SPRACHE


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1977
Konzil von Trient: Dekret ber das Meopfer


Ausgabe Nr. 4 Monat November 1977
DIE DOGMATISCHEN BESTIMMUNGEN DES TRIDENTINUMS ZUR PRIESTERWEIHE


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
EN LA ENCRUCIJADA


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
la croise des chemins


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
At the crossroads


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
Y seris como Dios (Gn. 3, 5)


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
And thou wilt be like God (Gen. 3,5)


Ausgabe Nr. 12 Monat Februar 2007
MISERICORDIAS DOMINI IN AETERNUM CANTABO


Ausgabe Nr. 12 Monat Februar 2007
MISERICORDIAS DOMINI IN AETERNUM CANTABO, 1er continuation


Ausgabe Nr. 12 Monat Februar 2007
MISERICORDIAS DOMINI IN AETERNUM CANTABO, 3. continuation


Ausgabe Nr. 12 Monat Februar 2007
APPENDICE


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1976
EMPFEHLUNGEN ZUM VERHALTEN DER PRIESTER


Ausgabe Nr. 7 Monat Oktober 1972
DIE LOGIK EINES THEOLOGEN


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 1974
Papa haereticus


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Carta a Su Eminencia el obispo XXX


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Letter to His Excellency xxxx


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
LA SANTISIMA TRINIDAD


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Et vous serez comme Dieu


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Declaratio


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Declaracin


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Declaration


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Dclaration


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Dichiarazione


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
Brief an einen Bischof...


Ausgabe Nr. 12 Monat Fvrier 1982
COEXISTENCE PACIFIQUE?


Ausgabe Nr. 12 Monat Fvrier 1982
POUR L'AMOUR DE LA VERITE


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 1984
DE LA RESISTANCE CATHOLIQUE A L'OCCUPATION MODERNISTE


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 1984
Mgr. Lefebvre est-il vque ou simple lac?


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 1984
LE TEMPS DE L'APOCALYPSE


Ausgabe Nr. 12 Monat August 1984
SIEGE ET CHUTE DE LA FORTERESSE ROMAINE


Ausgabe Nr. 12 Monat August 1984
DECLARAT ION OF MGR. M.L. GURARD DES LAURIERS


Ausgabe Nr. 13 Monat Oktobre 1984
SACRE DE M. L'ABBE GNTHER STORCK


Ausgabe Nr. 13 Monat Oktobre 1984
MISE AU POINT DE LA SAKA SUR LE SACRE DE L'ABB G. STORCK


Ausgabe Nr. 13 Monat Oktobre 1984
QUE PENSER DE LA MISE AU POINT DE M. ALPHONSE EISELE?


Ausgabe Nr. 14 Monat Decembre 1984
LE CAS DU PAPE HONORIUS (625-638)


Ausgabe Nr. 14 Monat Decembre 1984
DE ECCLESIAE CAPITE


Ausgabe Nr. 11 Monat May 1980
ORTHODOX SECT?


Ausgabe Nr. 11 Monat May 1980
THE APOSTOLIC CHAIR VACANT


Ausgabe Nr. 11 Monat May 1980
PEACEFUL CO-EXISTENCE?


Ausgabe Nr. 11 Monat May 1980
ONCE MORE: PRECISE QUESTIONS TO ECNE


Ausgabe Nr. 12 Monat June 1980
A PROCLAMATION ON 'THE NEW MASS AND THE POPE'


Ausgabe Nr. 13 Monat Februar 1981
NOVUS ORDO MISSAE: AN ANTI-MASS, Part 2


Ausgabe Nr. 13 Monat August 1981
LE CANON 188, N 4 OU: OU EST L'EGLISE


Ausgabe Nr. 13 Monat August 1981
LETTRE A MSGR. LEFBVRE


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1985
MONTRE-MOI TES CHEMINS, SEIGNEUR


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1985
OUR LADY OF FATIMA AND THE HOLY FATHER


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1985
DE APOSTOLICA SEDE


Ausgabe Nr. 14 Monat February 1984
INFORMATIONS OF THE EDITOR


Ausgabe Nr. 14 Monat February 1984
NUAGES NOIRS SUR LE MONDE ENTIER


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
THE SO-CALLED 'EXCOMMUNICATION' OF H.E. ARCHBISHOP NG-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
JUAN PABLO II. NO ES UN PAPA CATOLICO


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
VATICAN II FACE LA TRADITION


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
REPONSE DE M. L'ABB MILCH A LA LETTRE OUVERTE DU M. HELLER


Ausgabe Nr. 13 Monat Oktober 1983
FALSE BISHOPS AND TRUE BISHOPS


Ausgabe Nr. 13 Monat Oktober 1983
IS ONE A SCHISMATIC, WHEN IN OUR DAYS ONE CONSIDERS THE CHAIR OF ST. PETER AS VACANT


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1983
AGAINST THE 'PROPHECY' OF THE SO-CALLED 'ROMAN CATHOLIC'


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1983
THE ARIANISM - AN EXAMPLE FOR THE EXISTENCE OF THE CONSENSUS FIDELIUM


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1983
MONSEOR LEFEBVRE COMO PROFETA


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 1981
LE NOVUS ORDO MISSAE: UNE ANTI-MESSE


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 1981
SEULEMENT, QUAND LE FILS DE L'HOMME REVIENDRA TROUVERA-TIL LA FOI SUR LA TERRE?


Ausgabe Nr. 14 Monat Oktober 1981
LA BANDE DES QUATRE


Ausgabe Nr. 11 Monat May 1980
APPEL DU 16.4.1979


Ausgabe Nr. 12 Monat June 1980
Vox FIDEl: LA VOIX DE LA FOl OU L'ORGANE DES SOUHAITS


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
CURRICULUM VITAE DE MGR. LOUIS VEZELIS O.F.M. (fr.)


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
Some Remarks concerning the Consecrations by Mgr. Ng-dinh-Thuc and Mgr. Carmona


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
ALGUNAS CONSIDERACIONES SOBRE LAS CONSAGRACIONES EPISCOPALES


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
BREVES OBSERVATIONS SUR LES SACRES EPISCOPAUX


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
THE APOSTOLIC CHAIR VACANT


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
MGR. LEFEBVRE AS PROPHET


Ausgabe Nr. 12 Monat Decembre 1982
STORM CLOUDS OVER THE WHOLE WORLD


Ausgabe Nr. 15 Monat Decembre 1981
LA TRADICION


Ausgabe Nr. 15 Monat Decembre 1981
POUR VOUS ET POUR TOUS - LE PROGRAMME DE JEAN-PAUL II


Ausgabe Nr. 15 Monat Decembre 1981
SECTE ORTHODOXE ?


Ausgabe Nr. 11 Monat August 1982
A ROMAN CATHOLIC BISHOP SPEAKS


Ausgabe Nr. 11 Monat August 1982
LE CAS BARBARA


Ausgabe Nr. 11 Monat August 1982
THE CASE BARBARA


Ausgabe Nr. 11 Monat August 1982
THE QUESTION OF THE PAPACY TODAY


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
I believe in the holy Catholic Church, the communion of saints


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
The apostolic succession crisis and the sacrament of order in relation to the 20th century apostasy to the church of Rome


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
La crise de la succession apostolique et le sacrement de l'ordre en relation avec l'apostasie du 20e sicle de l'glise de Rome


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
DECLARATION: On John Paul II's death


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
LA BULA DE PAULO IV


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2003
Pauls' IV. Bulle Cum ex apostolatus officio - Appendix


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
LA VALIDEZ CE LOS RITOS POSTCONCILIARES CUESTIONADA


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
PASCENDI DOMINICI GREGIS - CONTIN. 2


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
ENSEIGNEMENT DE PIE XII POUR DFENDRE LES CRITURES


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
PROCLAMATION CONCILIAIRE CONCERNANT LA LIBERT RELIGIEUSE


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
The second Book of accusation for heresy against the author of the new Catechism from 1992


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
The poignant Secret of Sister Lucy


Ausgabe Nr. 14 Monat Mai 2008
EL PROBLEMA DE LA RESTITUCION DE LA JERARQUIA CAT. 1.Cont


Ausgabe Nr. 14 Monat Mai 2008
EL PROBLEMA DE LA RESTITUCION DE LA JERARQUIA CAT. 2.Cont


Ausgabe Nr. 14 Monat Mai 2008
EL TEMA DE LA RESTAURACION DE LA JERARQUIA CATOLICA


Ausgabe Nr. 14 Monat Mai 2008
LA RESTAURACION DE LA JERARQUIA CATOLICA - BIBLIOGRAFIA


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2008
Der schmerzliche 'Ehebruch' der 'Braut Christi'


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
REPLICA AL ARTICULO 'APOSTASIA Y CONFUSION'


Ausgabe Nr. 15 Monat Juli 2008
DICTAMEN SOBRE UNA ELECION PAPAL EN LAS PRESENTES CIRCUNSTANCIAS


Ausgabe Nr. 15 Monat Juli 2008
ELIGENDUS EST PAPA


Ausgabe Nr. 15 Monat Juli 2008
THE DIVINE MERCY


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
The Holocaust Bar is too High


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
SATIS COGNITUM


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
Documents about the Case Williamson


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
Sedevacantists Believe in the Holy Roman Catholic Church‏


Ausgabe Nr. 12 Monat September 2009
Aeterni Patris, span


Ausgabe Nr. 12 Monat September 2009
Le bon sens catholique


Ausgabe Nr. 13 Monat Diciembre 2009
Festividad de Cristo Rey


Ausgabe Nr. 13 Monat Diciembre 2009
LEGLISE CATHOLIQUE-ROMAINE DE LA DIASPORA


Ausgabe Nr. 13 Monat Diciembre 2009
Estado de emergencia: afianzado en cemento


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2010
Im Eiltempo vom Abseits ins Aus


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2011
A. 6. c. Die nach dem Kirchenrecht den Neuerern zukommende Stellung.


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2011
A. 7. a-b Knnen Ppste zu Hretikern, Apostaten oder Schismatikern mutieren


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2011
Zum Beginn des neuen Jahrganges 2011


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2011
In memoriam Prof. Wendland


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
Clerical Abuse


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
E sarete come Dio (Gn. 3, 5)


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
SOBRE LA REALIDAD Y LA EXITENCIA DEL PURGATORIO


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2011
Der Wiederaufbau der Kirche als Institution


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2012
30 Jahre Sedisvakanz-Erklrung


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2013
Null und nichtig der Ritus der Bischofsweihe von 1968


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2015
Islamisches Recht (arīa) mit dem Grundgesetz vereinbar?(1)


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2017
Die Synode von Pistoja


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2019
Nachrichten, Nachrichten, Nachrichten...


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2020
Clerici vagantes oder Priester der kath. Kirche


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2020
Quo vadis?


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
The Errors of Vatican II and their defeat through Recognizing Christ as Son of God


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
But we all beholding the glory of the Lord with open face, are transformed into the same image


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
The Meaning of Art in the Religious Domain


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Los errores del Vaticano II y su superacin gracias al conocimiento de Cristo como Hijo de Dios


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Cmo se puede conocer a Cristo como Hijo de Dios: nuevas consideraciones


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Queda por responder la pregunta es Jesucristo el Hijo de Dios?


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Notas sobre el artculo Bienaventurados los puros de corazn porque ellos vern a Dios (Mt 5,8)


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Por eso, todos nosotros, ya sin el velo que nos cubra la cara, somos como un espejo que refleja la gloria del Seor;


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Jsus-Christ est-il le Fils de Dieu?


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Comment le Christ peut tre reconnu comme le Fils de Dieu


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
La question demeure: Jsus-Christ est-il le Fils de Dieu?


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Heureux les coeurs purs, car ils verront Dieu (Mt. 5, 8)


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Remarques sur le trait: Heureux les coeurs purs, car ils verront Dieu (Mt. 5,8)


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Limportance de lart dans le domaine religieux


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Informations de la rdaction


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Les erreurs de Vatican II


Ausgabe Nr. 9 Monat November 2020
Sptes Erwachen


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2021
Ankndigung


Ausgabe Nr. 4 Monat August 2021
Der Geist als Seele der Kirche - deutsch und spanisch


Ausgabe Nr. 1 Monat Januar 2022
Corona perennis Corona auf ewig?


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2022
Nachrichten, Nachrichten, Nachrichten...


Ausgabe Nr. 3 Monat Mai 2023
EINSICHT, Quo vadis? (Wohin gehst du?)


Ausgabe Nr. 4 Monat August 2023
Auf der Suche nach der verlorenen Einheit


Ausgabe Nr. 4 Monat August 2023
Hinweis auf die ERKLRUNG aus dem Jahr 2000


Ausgabe Nr. 4 Monat August 2023
Erklrung aus dem Jahr 2000


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Editors Notes


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
In Search of Lost Unity


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Note on the 2000 Declaration


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
The 2000 Declaration


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
En busca de la unidad perdida


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Nota sobre la Declaracin del ao 2000


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Declaratin del ao 2000


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
la recherche de unit perdue


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Rfrence la DCLARATION de lan 2000


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Dclaration de lanne 2000


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Auf der Suche nach der verlorenen Einheit


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2023
Erklrung aus dem Jahr 2000


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2023
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 1 Monat Januar 2024
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2024
Papa haereticus eine Antwort auf H.H. Vigan


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2024
Leserbrief


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2024
Aspicite nobis illusiones englisch


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2024
Papa haereticus englisch


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
Meine Begegnung mit S.E. Erzbischof Pierre Martin Ng-dinh-Thuc


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
My Time with His Excellency, Archbishop Pierre Martin Ng-dinh-Thuc


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
Ma rencontre avec S.E. Mgr. Pierre Martin Ng-dinh-Thuc


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
Mi encuentro con Su Excelentsimo y Reverendsimo Arzobispo Pierre Martin Ng-dinh-Thuc


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
Il mio incontro con S.E. lArcivescovo Pierre Martin Ng-dinh-Thuc


Ausgabe Nr. 3 Monat Mrz 2024
DECLARATIO


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2024
EINSICHT quo vadis?


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2024
Can the Pope Change the Rite of Holy Week?


La crise de la succession apostolique et le sacrement de l'ordre en relation avec l'apostasie du 20e sicle de l'glise de Rome
 
La crise de la succession apostolique et le sacrement de l'ordre en relation avec l'apostasie du 20e sicle de l'glise de Rome

par
Eugne Howson

On peut discuter pour savoir si l'apostasie de l'Eglise Catholique qui s'est manifeste dans le monde avec l'ouverture du Concile Vatican II, le 11 octobre 1962, est la grande apostasie prdite par Saint-Paul dans son ptre aux Thessaloniciens II, chapitre 2 et par le Prophte Daniel, Dan.II, 31, mais il est hors de doute que cette apostasie est d'une ampleur insouponne. Sans aucun doute, elle cherche ses racines au 19e sicle avec la plus grande de toutes les hrsies, le Modernisme, mais peut-tre plus loin encore avec la Rforme Protestante.

Parmi les changements apports par les rvolutionnaires de Vatican II, le plus important a t la destruction du sacerdoce par le changement du rite confrant le sacrement de l'ordre et par la suppression du pouvoir de l'piscopat de transmettre ce sacrement, tel qu'il avait t donn l'Eglise Apostolique fonde par le Christ, de faon ce qu'il puisse se perptuer jusqu' la fin des temps, comme II l'avait promis Lui-mme. Cette destruction satanique tait la premire d'une srie de rformes et elle est plus importante que la destruction du Saint-Sacrifice de la messe, car tant que le sacerdoce et le pouvoir de le transmettre reste au sein de la hirarchie, il peut revenir un temps o le Saint-Sacrifice serait restaur, mais avec la destruction de la prtrise et de ses pouvoirs, le retour de la Messe ne serait qu'une crmonie vide de sens, une mascarade et un sacrilge, comme on le voit maintenant lorsqu'elle est clbre par des hommes ordonns suivant le rite sans valeur de Paul VI.

Malheureusement, l'attention a t plus attire par la destruction de la Messe, au fur et mesure des changements instaurs par Jean XXIII et complts par Paul VI, lorsqu'il imposa son Novus Ordo au cours de l'avent 1969. Ce n'est plus qu'un service de communion protestant, puisqu'il a dfini sa messe comme "Une assemble du peuple, prside par le prtre, pour commmorer la dernire Cne". Un des changements les plus significatifs, avec l'intention d'abolir la transsubstantiation, a t le fait de changer les mots de la Conscration par "une narration des mots de l'institution". Mais non content de cela, il changea les mots eux-mmes et, avec l'introduction de la langue vernaculaire, les paroles latines "qui sera rpandu pour beaucoup" devinrent "qui sera rpandu pour tous les hommes"; commettant ainsi un blasphme et un sacrilge, en attribuant au Christ des paroles qu'il n'a jamais dites, ce que le Concile de Trente a d'ailleurs proclam, tout en disant pourquoi.

En raison de la progressivit de cette destruction entre 1962 et 1969, la majorit des lacs en Angleterre ne s'est pas rendu compte qu'on lui avait enlev la Messe, telle que Saint-Augustin la lui avait apporte du pape Grgoire le Grand en 592. Seul Dieu peut juger des motifs du clerg, qui presque unanimement dans le monde, a fait preuve d'obdience servile.

Il y eut cependant quelques exceptions, comme le Fr. Oswald Baker, cur Downham Market, Norfolk et une poigne d'autres qui se sont rebells et sont retourns la Messe pour laquelle ils avaient t ordonns. En France, le nombre de ceux qui ont refus l'apostasie est bien plus lev. Dans la hirarchie, sauf les cardinaux Ottaviani et Bacci qui, aprs une protestation, ont fait amende honorable, l'archevque Marcel Lefebvre, des Pres du Saint-Esprit, est le seul avoir relev le dfi. Le 24 dcembre 1971, il a nouveau clbr la Messe, telle que St-Pie V l'avait proclame en 1570 comme valide et lgale pour tous les prtres, perptuit. Bien sr, il a pu y en avoir d'autres, mais publiquement ils gardaient le silence, et seul Monseigneur Lefebvre fut suspendu pour avoir refus d'accepter la nouvelle religion.

Le sacrement de l'ordre

Le nouveau Pontifical Romain, contenant les rites pour la prtrise et l'piscopat, fut promulgu le 18 juin 1968. Tout au moins pour ce qui concerne la prtrise, il prit force de loi le 6 avril 1969.
L'vangile selon Saint-Luc, chapitre XXII, v. 17, relate l'institution du sacrement de l'ordre.
"Et ayant pris le calice, II rendit grces et dit: prenez et buvez en tous".
"Et ayant pris le pain, II rendit grces, le rompit et le leur donna en disant: CECI EST MON CORPS, qui est offert pour vous. Faites ceci en mmoire de moi".
"De la mme manire le calice aussi, aprs qu'il en eut pris une gorge disant: CECI EST LE CALICE, LE NOUVEAU TESTAMENT DE MON SANG, QUI SERA REPANDU POUR VOUS".

Le Concile de Trente dclare au canon 2 de la XXIIe session "Quiconque dira que par les mots 'Faites ceci en mmoire de moi' le Christ n'a pas confr la prtrise ses aptres, ou ne les a pas ordonns de faon ce qu'eux-mmes et d'autres prtres puissent offrir Son Sang et Son Corps, sera anathme".
Ceci est une des rares circonstances pour lesquelles l'Eglise a dfini solennellement la signification d'un passage des Ecritures.

L'Eglise nous enseigne que les deux lments essentiels pour qu'un sacrement soit valide sont la Matire et la Forme, ou les paroles qui accompagnent l'administration de la Matire et en expriment le sens.
En ce qui concerne ce sacrement, le concile de Trente a dclar dogmatiquement que la forme utilise par le Christ pour ordonner ses prtres tait contenue dans les paroles "Faites ceci en mmoire de moi". Ces mots impliquent qu'en donnant ses aptres les instructions de poser cet Acte, le Christ leur a donn le pouvoir d'agir ainsi.

Qu'taient-ils supposs faire? Changer la Matire, le pain et le vin qu'il leur avait donns, en son Corps et en son Sang. Il est vident que lorsque les Aptres ont transmis leur tour ce pouvoir d'autres, ils ne pouvaient employer les paroles "Faites ceci en mmoire de moi". Mais ils pouvaient utiliser la mme Matire, et il est raisonnable de penser qu'ils l'ont fait, car, aprs tout, si, pour des raisons rationnelles et thologiques, les mots utiliss pour transmettre le pouvoir ou la grce doivent clairement signifier la grce a confrer, que pouvaient-ils trouver comme Matire plus adquate que celle que le Christ lui-mme a utilise? De plus, les thologiens nous enseignent que l'Eglise n'a pas le pouvoir de changer la substance des sacrements, tels qu'ils ont t institus par le Christ.

Qu'est-ce donc un prtre?

Dans leur Vindication of Apostolicae Curae, la bulle papale du pape Lon XIII condamnant les Ordres anglicans, les vques anglais ont dfini ainsi la prtrise:
" Un prtre est une personne qui offre le sacrifice: et tel est le sacrifice, tel est le prtre. Ds lors, notre sacrifice est le sacrifice de la Messe, notre prtre est celui qui est dsign pour offrir ce sacrifice. Quelqu'un donc qui a reu de Dieu le pouvoir par les mots de la conscration de rendre prsents parmi nous le Corps et le Sang du Christ sous l'apparence du pain et du vin, et de les offrir en sacrifice".

C'est ce pouvoir que le Christ a donn ses Aptres le Jeudi saint, lorsqu'il institua le sacrement de l'ordre.
Dans leur Vindication de la bulle du pape Lon XIII, les vques anglais poursuivent ainsi:
"D'autres pouvoirs annexes peuvent tre lis cet office, comme celui de remettre les pchs ... mais ils sont rajouts et viennent par aprs. Ils sont judicieusement annexs la prtrise, mais ils n'en forment pas l'essence. Le prtre n'en serait pas moins un prtre, si ces pouvoirs lui avaient t retirs. Et il n'en est pas plus un prtre parce que Notre Seigneur a jug bon de les lui communiquer. Il est un prtre UNIQUEMENT parce qu'il a la charge et le pouvoir d'assurer sur l'autel la prsence relle du Corps et du Sang de Jsus-Christ et de les Lui offrir en sacrifice".

Le pouvoir supplmentaire ou annexe de remettre les pchs a t donn aux- Aptres lorsque le Christ a institu le sacrement de la pnitence aprs sa rsurrection, comme le dit Saint-Jean dans son vangile, chap. XX. V. 21-23.
"Aprs avoir souffl sur eux, II leur dit: recevez le Saint-Esprit. Les pchs seront remis ceux qui vous les remettrez ; et ils seront retenus ceux a qui vous les retiendrez".

Commentant ce passage du Nouveau Testament, Fr. Hugh Pope O.P. crit:
"Pour absoudre les pchs un double pouvoir est requis, celui de l'ordre et celui de la juridiction: le premier est le mme pour tous les prtres, pas le second. En consquence, lorsque le Seigneur donna tous ses Aptres le pouvoir de remettre les pchs, il faut s'en rfrer aux pouvoirs du sacrement de l'ordre, lorsqu'au cours de l'ordination les paroles relates dans l'vangile selon Saint-Jean sont prononces."

Fr. Pope se trompe lorsqu'il dit que le Seigneur confra ce pouvoir tous ses Aptres, car selon Saint-Jean, St-Thomas n'tait pas prsent lors de la venue de Jsus. Nous ne savons pas quand et comment le pouvoir de pardonner lui fut confr. Peut-tre le reut-il d'un des autres Aptres, comme le fait l'vque aprs avoir ordonn un prtre, suivant la procdure instaure par le Christ.

La chose essentielle est que ce pouvoir soit confr d'une manire ou d'une autre et c'est videmment le pouvoir de l'ordre qui nous intresse.

Les Ecritures nous donnent une vidence trs claire sur le moment et la faon dont le Christ a confr ces pouvoirs importants ceux qu'il a choisi comme disciples. Ce pouvoir qui est l'essence mme de la prtrise, savoir rendre prsent sur l'autel le Corps et le Sang du Christ sous l'apparence du pain et du vin, est donn par le sacrement de l'ordre, juste comme le fit le Christ lorsqu'il institua ce sacrement, et par aprs, comme nous l'avons not, le pouvoir de pardonner les pchs.

Le concile de Trente est trs clair sur la faon dont ce pouvoir est confr par l'vque au prtre, un pouvoir qui peut seulement tre donn un prtre. Il dclare: "Finalement l'vque impose pour une seconde fois les mains sur la personne qu'il vient d'ordonner prtre en disant: recevez l'Esprit-Saint, les pchs seront remis ceux qui vous les remettrez. Par cette crmonie et par ces paroles, il transmet le pouvoir divin de remettre ou de retenir les pchs, pouvoir qui a t donn par Notre Seigneur ses disciples".
Le rite utilis par l'Eglise Catholique jusqu'au moment o il fut remplac par le nouveau rite de l'apostat Paul VI en 1968 et rendu obligatoire le 6 avril 1969, faisait clairement la distinction entre l'attribution de ces deux pouvoirs, l'exemple mme du Christ.

En 1947, le pape Pie XII avait promulgu un dcret appel Sacramentum Ordinis, qui comme son titre l'indique, avait trait au sacrement de l'ordre.

Dans ce dcret, Pie XII dclare que: "l'imposition finale des mains et les mots 'recevez l'Esprit-Saint pour la rmission des pchs, etc.1 ne font pas partie de la Matire de la prtrise".
Nous sommes d'accord que ceci ne fait pas partie de la Matire pour la prtrise, mais c'est ambigu, parce que suivant le concile de Trente, et l'exemple du Christ, ceci ou une crmonie similaire est ncessaire pour communiquer le pouvoir de remettre les pchs. L'Eglise conciliaire et ceux qui la soutiennent ont utilis ce texte pour justifier leur "absolution", alors qu'il n'est pas du tout vident qu'ils ont ce pouvoir, mme si l'on admet qu'ils sont des prtres valides.

Ce n'est pas seulement la raison humaine qui demande que des paroles et une certaine crmonie servent confrer un pouvoir quelqu'un, c'est aussi l'enseignement des thologiens de l'Eglise que l'acte, la matire et la forme, pour employer leurs termes, doivent signifier clairement la grce accorder. Lors du baptme, par exemple, il ne pourrait y avoir absolution du pch originel, ou dans le sacrement de la pnitence, si certaines paroles et une certaine crmonie taient compltement absentes. Cependant les partisans de ces absolutions non valides prtendent que ce pouvoir est donn d'une quelconque faon lors de l'ordination du prtre. C'est un argument contraire la raison, contraire l'enseignement du concile de Trente et surtout contraire la voie choisie par le Christ, Fils de Dieu. Si l'ordination la prtrise impliquait automatiquement et sans qu'aucune parole ne soit prononce, le pouvoir d'absoudre les pchs, ceci aurait d se passer le Jeudi-Saint et ce que le Christ a fait aprs sa rsurrection n'aurait pas de signification et serait absurde.

Dans son ouvrage 'Moral and Pastoral Theology', Fr. Henry Davis crit au volume 4:
"La troisime imposition des mains n'est pas essentielle pour la prtrise, mais elle l'est probablement pour confrer le pouvoir de remettre les pchs."
Son livre, crit en 1943, fait une nette distinction entre les deux pouvoirs de la prtrise.
Bien que Notre Seigneur, Fils de Dieu, ait jug ncessaire de confrer ce pouvoir d'absoudre les pchs par une crmonie (souffler sur les Aptres) et par les paroles que nous avons dj mentionnes, et bien que ceci fut confirm par le concile de Trente, les avocats de la religion conciliaire prtendent, mais sans fournir un seul argument valable, que tout ceci n'est pas ncessaire et ne l'a jamais t. Ils disent aussi, comme le fait le Catholic Dictionary de Addis et Arnold de 1931, page 604, " La dernire imposition des mains du Pontifical Romain et les paroles 'recevez l'Esprit-Saint, les pchs seront remis ceux qui vous les remettrez, etc.' taient selon Morinus et Chardon, inconnues l'ouest pendant 1200 ans". Comment ce pouvoir tait-il donc transmis?'

En contradiction avec l'enseignement des vques anglais, en contradiction avec la raison, en contradiction avec les moyens choisis par le Christ, ils prtendent que ce pouvoir est donn automatiquement, en silence, lors de la crmonie au cours de laquelle le prtre est ordonn, c'est--dire lorsqu'il reoit le pouvoir qui est l'essence de la prtrise, celui de changer le pain et le vin dans le Corps et le Sang du Christ.

Prtendre qu'un pouvoir ou une grce peut tre accord sans aucune mention ou aucune indication est non seulement le sommet de la btise, ce n'est pas rationnel, ce n'est pas admis par l'esprit humain et cela rend la thologie ridicule. Comment un tel non-sens peut-il se concilier avec le prcepte que "Les sacrements, en tant qu'ils sont perceptibles et les signes efficients d'une grce invisible, signifient la grce qu'ils produisent".

Le nouveau rite de conscration des vques conciliaires donne la confirmation de cette absence de pouvoir de remettre les pchs du chef des prtres du Novus Ordo, mme si pour la qualit de l'argument on admette qu'ils sont de vrais prtres, puisqu'il s'agit d'un pouvoir qui ne peut tre donn qu' des prtres catholiques ordonns validement. Le premier des pouvoirs demands l'Esprit-Saint est celui de remettre les pchs. Si en tant que prtres, ils l'avaient dj, comme l'ont tous les prtres catholiques, il serait illogique de demander ce pouvoir une nouvelle fois Dieu, mais ce serait mme sacrilge. En fait, comme maints auteurs l'ont crit -diverses occasions, ils ne sont pas de prtres, tout au plus des clergymen, ou des Prsidents comme Paul VI les a appels.

Certains prtendent que les rites orientaux, accepts comme valides par l'Eglise Catholique, ne contiennent aucune rfrence au pouvoir de remettre les pchs. Nous rpliquons cela qu'un tel pouvoir n'a pu et ne peut tre donn, si l'on ne fait pas usage de paroles formelles, et peut-tre d'une crmonie, lors de l'ordination du prtre ou par aprs, comme Notre Seigneur le fit lorsqu'il confra ce pouvoir. Et quant l'argument que l'usage de ces paroles institues par le Christ a t absent pendant l'quivalent de 1200 ans, il faut admettre dans ce cas que le sacrement de la pnitence a t perdu jamais. Le Pouvoir doit tre transmis, ou il s'teint. Ceci remet en question l'origine divine de l'Eglise.

Durant la vie de Notre Seigneur sur terre, quelques scribes le questionnrent, comme relat dans l'vangile selon Saint-Marc, chap.II.v.5. Il dit au paralytique "Mon fils, vos pchs vous sont remis". Que fit le Christ pour prouver qu'il avait ce pouvoir? Ne fit-il rien, ne dit-il rien? Bien au contraire. Il rpliqua. " Or, afin que vous sachiez que celui qui a voulu tre le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de remettre les pchs, il dit au paralytique: levez-vous, je vous le commande ; emportez votre lit et entrez en votre maison. Il se leva aussitt, emporta son lit et s'en alla devant tout le monde". Les scribes accusaient le Christ de blasphmer quand il disait "Mon fils, vos pchs vous sont remis", car , d'aprs eux, II n'avait pas le pouvoir de remettre les pchs. Tels sont les prtres du Novus Ordo. Le prtre catholique qui dispose de ce pouvoir, peut comme le Christ en faire la preuve. S'il ne le peut, il n'a pas ce pouvoir, mme s'il est par ailleurs un vrai prtre, c'est--dire quelqu'un qui a reu l'essence de la prtrise, le pouvoir de changer le pain et le vin dans le Corps et le Sang du Christ et de les Lui offrir en sacrifice, le Saint-Sacrifice de la Messe.

Considrons maintenant un autre aspect de la thologie du sacrement de l'ordre. Le pouvoir essentiel de changer le pain et le vin dans le Corps et le Sang du Christ est le seul pouvoir confr par ce sacrement. Ce n'est pas seulement un pouvoir qui lui est donn par Dieu, mais un pouvoir o le prtre agit la place de Dieu. "Ceci est mon Corps, ceci est mon Sang". Le pouvoir annexe de remettre les pchs est donn sparment, comme le Christ le donna ses Aptres. A nouveau le prtre est le mandataire de Dieu. "Je vous remets vos pchs". Seul Dieu peut remettre les pchs, mais II a transmis son pouvoir certaines personnes. Le prtre a d'autres pouvoirs, mais ils sont d'une nature diffrente, comme par exemple dans le sacrement de l'Extrme-Onction, o il est d'ordre administratif.

Le 3 mars 1547, le concile de Trente proclamait dans son Canon 1:
"Si quelqu'un prtend que les sacrements de la Loi Nouvelle n'ont pas tous t institus par Jsus-Christ Notre Seigneur ; ou qu'il y en a moins ou plus que sept savoir: le Baptme, la Confirmation, l'Eucharistie, la Pnitence, l'Extrme-Onction, l'Ordre et le Mariage ; ou que l'un de ceux-ci n'est pas vritablement et proprement un sacrement, qu'il soit dclar anathme".

Malgr ce dcret dogmatique, des crivains qui sont des thologiens, usent lors de leurs discussions propos du sacrement de l'Ordre d'une terminologie qui, soit relve le nombre de sacrements plus de sept, soit divise l'unit du sacrement en deux parties, suite la confusion entre un sacrement qui ne donne qu'une grce, principalement par ce qu'ils appellent la Matire et la Forme, et des grces et des pouvoirs confrs par des rites similaires, mais qui ne sont pas des sacrements et ne peuvent l'tre en raison de l'infaillibilit du dcret de Trente. Donc le fait de donner le pouvoir de remettre les pchs n'est pas un sacrement, bien qu'il confre au prtre un pouvoir sacramentel. Nous le rptons, le sacrement de l'Ordre confre un pouvoir et un seul, celui de changer le pain et le vin dans le Corps et le Sang du Christ et de les Lui offrir en sacrifice. Pour reprendre une fois de plus les vques anglais, un prtre est celui qui offre un sacrifice, et dans le cas du prtre catholique il s'agit du sacrifice de la Messe.

Trs souvent, on parle du sacrement des Ordre, comme si chaque tape du chemin menant la prtrise, la personne recevant des grces ou des pouvoirs, ce que nous ne contesterons pas, recevait juste une partie du sacrement, ce qui est absurde et provient vraisemblablement de la dfinition inadquate de ce qu'est un sacrement. Lorsque le Christ a institu ce sacrement, il ne l'a pas fait par tapes, mais en une fois et II leur donna un pouvoir, comme dit plus haut. La dfinition habituelle disant qu'un sacrement est un signe extrieur de la grce qui est donne nos mes, doit tre prcise au moins en disant quelle grce est accorde et par la rfrence son institution par le Christ. Il n'y a aucune justification, ni rationalit dans la fragmentation de ce seul sacrement.

Citons un exemple de cette confusion et de cette fausse interprtation repris au Catholic Dictionary de Addis & Arnold, publi par Virtue & Co, Londres, 1931, page 603:
"Ceci semble cependant tre l'endroit propice pour discuter de la question thologique de la matire et de la forme essentielles des ordres par lesquelles le sacrement est confr sans aucun doute, c'est--dire les ordres de l'piscopat, de la prtrise et du diaconat". Comme il n'y a qu'un seul sacrement de l'ordre, ceci implique une fragmentation.

A la page 605 du mme dictionnaire, on trouve une autre affirmation faisant preuve de confusion et d'un manque de raisonnement logique. On y parle d'une ordination d'un degr majeur pour quelqu'un qui n'a pas reu les ordres mineurs et on y prtend que le fait de confrer l'ordre majeur inclut la transmission des pouvoirs des ordres mineurs. Ceci est peut-tre vrai en ce qui concerne les quatre ordres mineurs et les deux ordres majeurs prcdant la prtrise, qui est l'objet du sacrement de l'ordre, mais on atteint le domaine de l'absurde lorsqu'on justifie, comme Michael Davies le fait dans la publication Approaches, N 71, 1980, la validit de l'ordination de Monseigneur Lefebvre par le cardinal Linart en crivant: "qu'il n'y a qu'un sacrement de l'Ordre et que la conscration piscopale a l'effet de le confrer l'vque dans toute sa plnitude". Il prtend que mme si l'ordination comme archevque tait invalide, il est devenu un prtre par le fait du rite de la conscration l'piscopat. Ceci n'a pas de sens: rien ne peut donner la plnitude quelque chose, si ce quelque chose n'existe pas dj.

Davies poursuit: "En effet, au cours des premiers sicles, les vques taient consacrs sans ordination sacerdotale". Il ne donne pas d'exemples, ni de raisons pour justifier cette allgation, dont nous contestons la vracit, car ces soi-disant vques n'auraient pu tre aptes transmettre aux autres le pouvoir du sacerdoce qu'il n'avaient et ne pouvaient avoir eux-mmes. Morinus conteste que l'antiquit ait pu fournir des exemples de personnes consacres comme vques, qui n'aient pas t ordonnes prtres auparavant. La plnitude de la prtrise ne peut tre donne qu' un prtre.

Le Catholic Dictionary, auquel nous nous sommes rfrs, signale que Saint-Cyprien a t consacr vque, aprs avoir t ordonn prtre, sans passer par les ordres mineurs, et il dit de mme propos de Saint-Augustin. Il n'y a rien redire ceci. Tous les ordres antrieurs la prtrise ont t crs par l'homme. Les Aptres ne sont pas passs par ceux-ci et presque tous ont t abolis par l'Eglise Conciliaire. Ceci confirme l'absurdit de l'expression le sacrement des ordres". De plus, le rite en usage pour la conscration des vques, du moins dans les temps modernes, ne fait pas rfrence l'intention de confrer la grce et le caractre de la prtrise et ce n'est pas un sacrement. Comme nous le verrons plus loin, il s'agit d'un rite confrant des pouvoirs supplmentaires un prtre. Il n'y a qu'un sacrement de l'Ordre et un seul, la prtrise.

Dans un livre intitul "The Teaching of the Catholic Church", "L'enseignement de l'Eglise Catholique", publi en 1948 par Canon George Smith D.D.Ph.D., un article crit par C. Cronin fait preuve de la mme confusion. A la page 1046, il crit: " Le sacerdoce est donc un sacrement. L'piscopat est aussi un sacrement, bien que ce soit un ordre diffrent du sacerdoce". Ceci fait huit sacrements, contrairement au dcret de Trente. Il poursuit la confusion en ajoutant "Le sacerdoce et l'piscopat ne sont cependant pas deux sacrements distincts et il n'induisent pas dans l'me deux caractres sacramentels diffrents". Faut-il en conclure que ce sacrement unique est divis en deux parties? Cronin ajoute encore: "Le sacerdoce seul ne reoit qu'un caractre incomplet, imparfait, immature". Tout ceci ne sont que des mots: aucune explication sur la nature de ce caractre, ni pourquoi ou comment Dieu aurait confr un sacrement incomplet, imparfait, immature. Est-ce cela ce que le Christ a fait lorsqu'il a institu le sacrement le Jeudi-Saint. Cela signifie-t-il que la plus grande partie du clerg n'a joui pendant prs de deux mille ans que d'un sacrement imparfait, immature? C'est tellement irrationnel et absurde, que cela mrite peine qu'on s'y attarde plus longtemps. Le fait rel que nous soutenons est que le prtre reoit le sacrement de l'ordre dans son entiret, c'est--dire qu'il reoit la grce ou le pouvoir de changer le pain et le vin dans le Corps et le Sang du Christ et de l'offrir en sacrifice. Dans cette optique, un vque n'est pas plus un prtre que celui qui n'est pas vque. Ce qui le distingue, c'est que par un rite spcial il a reu entre autres choses le pouvoir de transmettre le pouvoir du prtre d'autres, et galement le pouvoir de transmettre le pouvoir de remettre les pchs, assurant ainsi la perptuation de ces deux sacrements, l'Eucharistie et la Pnitence. Disposant de ce pouvoir de transmettre les deux pouvoirs essentiels dont il dispose comme prtre, l'vque atteint la plnitude de la prtrise, il est devenu le grand-prtre. Le rite qui lui confre ces pouvoirs ou ces grces n'est pas un sacrement et ne peut l'tre la lumire du dcret de Trente, mme si la crmonie comprend ce que les thologiens appellent la Matire et la Forme.

Pour qu'un sacrement soit valide, trois lments essentiels sont requis. La Matire, c'est--dire le signe matriel, comme l'imposition des mains, la prsentation du calice avec le vin, et le pain, accompagn des paroles appropries, telles que: recevez le pouvoir d'offrir le sacrifice, de sorte que la grce ou le pouvoir confr soit clairement signifi dans la Matire et dans la Forme, qui constitue les paroles accompagnant l'acte matriel. Si cette signification n'est pas suffisamment clairement exprime dans la Matire et la Forme, elle doit l'tre ailleurs dans la consistance du rite. C'est prcisment le dfaut de la part des Rformateurs du 16e sicle de prciser ce que le mot "prtre" voulait dire pour eux, qui a t la base de la dclaration du pape Lon XIII que l'ordination sous ce rite tait "nulle et de nul effet".
Le concile de Trente en session VII dclare:
"Les sept sacrements de la Nouvelle Loi ont tous t institus par Jsus-Christ et l'Eglise n'a aucun pouvoir sur la substance, sur les objets que le Christ Notre Seigneur a tabli comme devant tre conservs comme signes sacramentels, ainsi que le prouvent les sources de la Rvlation Divine".
Quels sont les signes sacramentels que le Christ a utilis lorsqu'il institua le sacrement de l'Ordre, comme rvl divinement par les critures?

Dans l'vangile selon Saint Luc, chap. XXII, v. 17 nous pouvons lire:
"Ensuite prenant la coupe, II rendit grces et dit: Prenez-la et la distribuez entre vous " et au verset 19: Puis II et le leur pour vous, prit le pain et ayant rendu grces, II donna, en disant: Ceci est mon corps. Faites ceci en mmoire de moi"

Le concile de Trente a dclar, sous peine d'excommunication, que les mots "Faites ceci en mmoire de moi" constituaient l'institution du sacrement de l'Ordre.

Il nous semble clair que la matire du sacrement tel que institu, tait constitue par le calice, dont a pris une part, et par le pain. La Forme telle que Trente l'a dcrt taient les paroles cites ci-dessus.
II est vident et rationnel de conclure que les mots ou la Forme utilise par le Christ ne pouvait plus tre employe par les Aptres ou leurs successeurs, mais srement la Matire, la transmission du tre la substance, calice contenant le vin, et le pain doivent le Christ l'a institu. Suivant l'enseignement du pour la changer, comme concile de Trente, l'Eglise n'a pas autorit pour le changer. A la lumire de la relation fidle par les Ecritures de l'institution du sacrement de l'Ordre par le Christ, que nous dit l'histoire?

Le "Dictionnaire de thologie catholique" publi Paris en 1931, contient la colonne 1316 un article de Fr. J. Perinelle O.P dans lequel on peut lire: "L'histoire du sacrement de l'Ordre montre qu'au cours des neuf premiers sicles la porrection (la prsentation des instruments, c'est--dire le calice contenant le vin et la patne contenant l'hostie) tait totalement inconnue dans le rite de l'ordination. Le dcret du pape Eugne IV au concile de 1437 l'a rendue essentielle si pas la ailleurs, seule chose Florence en essentielle du sacrement de l'Ordre. Par ailleurs, les actes pontificaux ont accept comme valides les ordinations faites l'Orient, sans la porrection des instruments".

Bien que l'auteur parle du sacrement de l'Ordre, et non des Ordre, il n'est pas absolument clair s'il parle de la prtrise, qui, nous le maintenons, est le seul et unique sacrement de l'Ordre. Par ailleurs, il ne fait aucun doute que le pape Eugne IV parlait bien de la prtrise et ceci tait en accord avec l'enseignement de Saint Thomas d'Aquin, environ deux sicles plus tt.

L'article n'apporte pas de preuves l'appui de l'affirmation que la porrection a t inconnue pendant les neufs premiers sicles, ni aucun dtails sur les rites orientaux. Nous ne sommes pas non plus en mesure de contredire ces affirmations. Cependant, le concile de Florence ne fait aucune mention que son dcret se rapporte une crmonie vieille de quatre cent ans et l'auteur n'explique pas comment la lumire de la relation par la Bible de l'institution du sacrement avec la transmission des instruments, le calice contenant le vin et le pain, l'usage de cette crmonie a t inconnu pendant neuf sicles aprs sa cration.

D'aprs Suarez, le dcret de Florence tait un dcret infaillible, "manant du Magistre Solennel et Extraordinaire de l'Eglise". Le Dictionnaire dit aussi, mais sans donner de dtails, que "la plupart des auteurs du 16e et du 17e sicle pensaient de mme".

Le rite catholique en usage depuis au moins dix sicles jusqu' son abolition en 1968 par le pape Paul VI, contenait la prsentation des instruments, accompagne de cette prire: " recevez le pouvoir d'offrir le sacrifice Dieu, et de clbrer la Messe, pour tous deux les vivants et les morts, au nom du Seigneur".
Dans son volume 2, colonne 1320, le Dictionnaire relate (contrairement sa premire assertion que la porrection des instruments a t inconnue pendant les neufs premiers sicles) que Dominique Soto, Grgoire de Valence, Estius et d'autres prtendent que la porrection des instruments remonte aux temps apostoliques, ou qu'au moins un quivalent existait. Malheureusement aucune preuve n'est fournie l'appui de cette affirmation, ni d'ailleurs propos de celle de Gormache et Jean Cabass que "l'imposition des mains est le rite institu par le Christ et que l'Eglise a le droit d'ajouter des conditions supplmentaires de validit, dont la tradition des instruments ferait partie".

L'usage des instruments dans les ordres autres que la prtrise, et la confusion dans les penses et les crits propos de ce qui constitue le sacrement de l'Ordre, conduit douter srieusement de ce quoi l'auteur fait rfrence, s'il s'agit du rite catholique ou du rite oriental.
On peut prsumer que c'est en se basant sur le fait que le dcret du pape Eugne IV n'tait pas un dcret infaillible, que le pape Pie XII a mis en 1947 son dcret Sacramentum Ordinis.
Si le dcret solennel de Florence a pu tre chang, on peut supposer que celui de Pie XII peut l'tre aussi ; en fait il revendiquait pour l'Eglise le droit de modifier les rgles, et ceci fut fait en concordance avec son propre dcret l'Eglise Conciliaire.

Sacramentum Ordinis implique la fragmentation du sacrement, car il parle du sacrement des Ordre, et pour autant que la transmission des instruments soit en cause, il semble s'appliquer galement des ordres autres que la prtrise.

Sacramentum ordinis dclare:
"Maintenant, il est vident que les sacrements de la Loi Nouvelle, en tant qu'ils sont des signes perceptibles et efficients d'une grce invisible, devraient signifier la grce qu'ils produisent ... Le pouvoir et la grce ont t suffisamment signifis dans tous les rites de l'Eglise Universelle diffrentes poques et en diffrents lieux par 1'imposition des mains et les paroles qui la dterminent.. L'Eglise Romaine a toujours considr comme valides les ordinations confres dans le rite grec, sans la prsentation des instruments, de sorte que le concile de Florence lui-mme, au cours duquel l'union entre l'Eglise Grecque et l'Eglise Romaine fut affecte, n'a pas demand aux Grecs de changer le rite de l'ordination, ou d'y insrer la prsentation des instruments. L'Eglise dsire, en effet, qu' Rome mme, les prtres grecs puissent tre ordonns selon leur propre rite. Il en rsulte, qu'en accord avec l'esprit du concile de Florence lui-mme, la volont de Notre Seigneur Jsus-Christ Lui-mme ne demandait pas la prsentation des instruments pour la substance et la validit du sacrement".
Si ceci est vrai propos du concile de Florence, comment se fait-il que ce dcret ait t considr comme un dcret infaillible, ainsi que nous l'avons relev?

Comment efface-t-il l'usage des instruments par le Christ ainsi que les critures le rvlent? Si ceci n'est pas la substance, et Trente dit que la substance ne peut tre change, pourquoi Florence ne l'a-t-il pas dit ou n'a-1.-il pas dcrt au contraire que la prsentation des instruments n'tait pas ncessaire et que l'imposition des mains tait suffisante? Si les instruments n'taient pas la substance du sacrement, qu'tait-elle? Si Florence avait accept l'imposition des mains comme suffisante chez les Grecs, pourquoi n'a-t-il pas tabli une rgle uniforme?

Pie XII poursuit:
"Mais si ceci a parfois t ncessaire pour la validit cause de la volont et des rgles de l'Eglise, tout le monde sait que l'Eglise est aussi capable de changer et d'abroger ce qu'elle a tabli".
Il se rfre videmment la prsentation des instruments, mais ceci ne rpond pas la question: est-ce le Christ ou l'Eglise qui utilisa les instruments comme la Matire?
Bien que nous ne contestons pas pour l'Eglise le droit de modifier ce qu'elle a tabli, un changement demande une raison, et Pie XII ne donne aucune raison pour modifier le rite de la prsentation' des instruments par celui de l'imposition des mains.

Comme nous l'avons signal, Pie XII dit que: "Le pouvoir et la grce sont suffisamment signifis par l'imposition des mains et par les paroles qui l'accompagnent". Ces paroles sont les suivantes: "Nous te prions Pre Tout-Puissant, confre la dignit de la prtrise tes serviteurs ici prsents. Renouvelle dans leurs curs l'esprit de saintet, qu'ils puissent obtenir l'office du second rang reu de Toi Dieu, et qu'ils puissent par l'exemple de leur vie, inculquer le modle d'une sainte existence". Leur signification n'est certainement pas aussi claire que celle de la prsentation du calice avec le vin et du pain de l'autel, accompagne des paroles, non pas quelque temps aprs, mais en mme temps. "Recevez le pouvoir d'offrir le sacrifice Dieu et de clbrer la Messe, tant pour les vivants que pour les morts, au nom du Seigneur". Nous nous posons la question de savoir si elles sont suffisamment claires. Elles n'indiquent pas la signification du mot prtrise et une fois de plus nous nous trouvons dans la situation des ordres anglicans. Nous insistons sur le fait que dans notre critique, nous discutons seulement de la prtrise, et non des ordres mineurs ou majeurs qui y conduisent.

Pie XII termine avec ce qui suit:
"En dfinitive, tout ce que nous avons dclar et stipule ne peut en aucun cas tre compris comme une permission de ngliger ou d'omettre le moindre dtail des autres rites prescrits par le Pontifical Romain: au contraire, nous ordonnons mme que tous les dtails prescrits par le Pontifical Romain soient religieusement observs et excuts."

La seule raison que nous pouvons voir dans cette ordonnance est que l'imposition des mains et les paroles qui l'accompagnent ne signifient pas clairement et sans aucun doute la grce et le pouvoir confr, savoir changer le pain et le vin dans le Corps et le Sang du Christ, et lui offrir le sacrifice de la Messe. La prsentation des instruments et les prires qui l'accompagnent le font. Elles signifient clairement la signification de la prtrise.

Ce dcret de 1947 tait-il le premier pas dans la destruction de la prtrise? Les rformateurs de Vatican II et leurs commanditaires se sont saisis de ce dcret pour justifier le nouveau rite de l'ordination. " Tous ce qui est ncessaire pour une ordination valide sont la Matire et la Forme appropries". La prsentation des instruments et les prires ont t abandonnes, ct d'autres choses. Ils traitent l'enseignement de la Matire et de la Forme comme une sorte de formule magique, une sorte d'Abracadabra, ayant un sens ou n'en ayant pas. Nous pensons que la signification de n'importe quel rite ou de n'importe quelle prire est essentielle, comme le fit le pape Lon XIII lorsqu'il condamna les ordres anglicans.

L'abandon de la prsentation des instruments et des prires fait disparatre la signification catholique de la prtrise. Et leur intention de dtruire la prtrise catholique (offrir le sacrifice de la Messe) apparat sans le moindre doute dans la dfinition que Paul VI et les autres apostats donnent de la Messe et du prtre:
"Le repas du Seigneur est la runion sacre de l'assemble du peuple de Dieu, runie sous la prsidence du prtre pour celebrer la mmoire du Seigneur."
Comparez cela la dfinition du catchisme:
"La Sainte Messe est le sacrifice du Corps et du Sang de Jsus-Christ, rellement prsents l'autel sous l'apparence du pain et du vin, et offert Dieu pour les vivants et les morts" .

Les Rformateurs utilisaient la mme Matire, l'imposition des mains, et la mme Forme, ou les paroles, que Pie XII dfinissait comme "suffisamment significatives du pouvoir ou de la grce confr". De toute vidence ceci n'est pas vrai et c'est cette nouvelle signification de ce qu'est un prtre qui rvle l'intention extrieure, comme le dit Lon XIII, d'introduire un autre rite non catholique. C'est cela le nud de la question permettant de condamner le rite de Paul VI comme non valide. De plus, comme on peut le dduire de la dfinition - donne ci-dessus, non seulement le prtre n'est plus qu'un Prsident, mais la Messe devient une simple clbration commmorant la dernire Cne. Et les paroles de la conscration deviennent tout simplement une narration des paroles de l'institution.

Quelles sont les raisons qui ont pouss Paul VI mettre un dcret contraire au concile de Florence? Pourquoi a-t-il ouvert la porte aux Rformateurs? Un relent de Modernisme? Est-ce pour cette raison qu'il introduisit la rforme liturgique de la Semaine Sainte en 1947?
L'intgrit de la thologie catholique propos de ce sacrement pourra tre mise en doute jusqu' ce que toutes les questions que nous avons souleves relativement au sacrement de l'ordre aient reu une rponse rationnelle et donc satisfaisante,

L'piscopat

On ne sait pas si les Aptres ont reu l'autorit de transmettre les deux pouvoirs fondamentaux - celui de changer le pain et le vin dans le Corps et le Sang du Christ et celui de donner l'absolution - par le simple fait qu'ils ont reu ces pouvoirs du Christ ou si un autre rite a eu lieu. Ce qui est certain, c'est que les Aptres avaient le droit de transmettre ces pouvoirs, de faon perptuer les sacrements de l'Eucharistie et de la Pnitence aprs leur mort. Il semble nanmoins que ds les premiers temps, certains prtres appels vques dtenaient cette autorit et ce pouvoir, et que d'autres, formant la majorit, ne les dtenaient pas.
Dans le Pontifical Romain en usage jusqu' sa suppression en 1968 par Paul VI, le rite pour accorder ce pouvoir, cette grce ou cette autorit contenait les soi-disant Matire et Forme, bien qu'il ne s'agisse pas
Tout comme pour un sacrement, il est logique de demander que ces deux lments, ou tout au moins le contexte du rite, signifient clairement quelle grce ou quel pouvoir est confr. Le rite auquel nous faisons allusion se droulait comme suit:
"Un vque doit juger, interprter, procder aux ordinations, offrir, baptiser et confirmer" ... "Prions mes frres que dans sa bont le Dieu Tout-Puissant accorde l'abondance de ses Grces cet lu, pour le bnfice de son Eglise". "C'est ainsi que nous vous prions Seigneur d'accorder cette grce au serviteur que vous avez choisi pour le ministre de la prtrise suprme". Ceci dfinit bien les pouvoirs d'un vque, le plus important tant celui de l'ordination, et ces paroles demandent Dieu d'lever le candidat cette fonction.

Tout au contraire, le nouveau rite de Paul VI ne fait absolument aucune rfrence au pouvoir d'ordonner des prtres. Par les paroles suivantes, il demande trois pouvoirs:
Le principal officiant dit dans la prire de la conscration: "Par l'Esprit qui donne la grce de la prtrise suprme, accordez lui le pouvoir de remettre les pchs comme vous l'avez ordonn d'attribuer le sacerdoce comme vous l'avez dcrt dfaire tous les liens par l'autorit que vous avez accorde vos Aptres.

Tout comme le rite de l'ordination d'un prtre apporte une nouvelle signification la dfinition du prtre, ce rite de conscration donne un nouveau sens aux mots de prtrise suprme. De plus, il confirme que le "prtre" n'a pas le pouvoir de remettre les pchs. Car s'il l'avait, cette requte serait blasphmatoire et sacrilge.

Il est incroyable que des experts veulent imposer un tel rite, sans aucune mention du pouvoir principal demand un vque, sauf si, comme dans le cas de la prtrise, l'intention est de dtruire compltement le sacerdoce. Ce rite, comme celui de la prtrise, n'est pas valide, et lorsqu'on lui oppose cette objection, l'Eglise Conciliaire reste silencieuse.

Ceci signifie que l'Eglise Catholique doit prir. Comment concilier cela avec la promesse du Seigneur d'tre prsent avec son Eglise jusqu' la fin des temps? Peut-tre celle-ci, est-elle proche.
D'un point de vue purement humain, y a-t-il encore un espoir de sauver l'essentiel?

Le 24 dcembre 1971, l'archevque franais Marcel Lefebvre, anciennement Suprieur des Pres du Saint-Esprit, clbra nouveau la Messe Catholique, connue sous le nom de Messe Tridentine ou Messe de St. Pie V, du nom du pape qui l'a proclame comme valide et lgale perptuit. En 1970, Monseigneur Lefebvre a fond cne, en Suisse, un sminaire pour la formation de prtres catholiques, en opposition avec la religion conciliaire. Tant qu'il vit, il a donc assur la continuation de la prtrise Catholique, mais il faut des vques pour procder aux ordinations. Va-t-il raliser temps que Rome a apostasie, que l'occupant du trne de Pierre est un usurpateur, que la religion de Vatican II n'est pas la religion catholique et consacrer un ou plusieurs vques? Le temps s'coule rapidement.

Ou Dieu va-t-il sauver son Eglise grce aux vques consacrs par Monseigneur Pierre Martin Ng-dinh-Thuc, archevque de Hu au Vietnam, en 1981:?
Monseigneur Moises Carmona d'Acapulco, Mexique, Toulon, France
Monseigneur Adolfo Zamora de Giernavaca, Mexique
Monseigneur Gurard des Lauriers, O.P., France
ou par:
Monseigneur George Musey, consacr par Monseigneur Carmona le 1 avril 1982
Monseigneur Louis Vezelis O.F.M., consacr par Monseigneur Musey Buffalo New York, le 24 aot 1983
Monseigneur Conrad Altenbach, consacr par Monseigneur Musey Milwaukee, Michigan U.S.A., le 24 mai 1984
Monseigneur Ralph Siebert, consacr par Monseigneur Altenbach le mme jour
Monseigneur Gnther Storck, consacr par Monseigneur des Lauriers en France , le 30 avril 1984.

Le 25 fvrier 1982, Monseigneur Thuc fit Munich la dclaration suivante:
"En tant qu' vque de l'Eglise Catholique Romaine, je dclare que le Sige de Rome est vacant. Il est de mon devoir d'assurer la prservation de l'Eglise Catholique pour le salut ternel des mes".
L'glise Catholique veut-elle tre rduite une poigne de fidles avant la fin du monde, comme Robert Hugh Benson le prdit dans sa nouvelle prophtique "Lord of th World"? Verra-t-on se raliser la prophtie de Saint-Malachie suivant laquelle un seul pape doit venir aprs Jean-Paul II, avant le dernier pape de tous, le second Pierre. Et dans son valuation, Saint-Malachie a-t-il tenu compte du fait que Jean-Paul II, comme ses trois prdcesseurs, est un antipape? Seul le temps nous l'apprendra.

 
(c) 2004-2018 brainsquad.de